Comment l’Algérie peut devenir un leader de l’énergie propre

Algérie, hydrocarbures, économie, énergie propre, énergie verte, #Algérie,

Pressée par la baisse pour des prix plus longs des hydrocarbures dans un marché exigeant la baisse de carbone exigeant, l’Algérie affiche visiblement ses ambitions pour réussir à atteindre ses objectifs de transition énergétique

par Reda Amrani, responsable de la discipline des technologies de production chez Shell

Peu d’événements ont marqué le cours de l’industrie de l’énergie aussi profondément que l’accord de Paris. En effet, pour la première fois depuis des décennies, les acteurs du monde entier se sont réunis en décembre 2015 et ont convenu de limiter l’impact du réchauffement climatique à deux degrés Celsius en dessous des niveaux préindustriels. La rapidité de la transformation qui s’est immédiatement déroulée a laissé perplexes même les observateurs les plus optimistes, alors que les sociétés et les économies se sont dépassées pour avancer vers un modèle énergétique plus décarboné.

Depuis lors, de nombreux pays de la région MENA riches en hydrocarbures ont rejoint le peloton des défenseurs et des promoteurs des sources d’énergie décarbonées, alors que les décideurs acceptent les réalités dévoilées de la transition énergétique. Incapables d’entraver les vagues de changement, les dirigeants de la région MENA ont commencé à modifier leurs stratégies nationales pour faire face à la transformation des fondamentaux du marché de l’énergie et s’efforcer de récolter les fruits des opportunités émergentes créées par la transition énergétique.

Membre historique de l’OPEP et deuxième exportateur européen de gaz, l’Algérie entre aujourd’hui dans la course aux énergies renouvelables et à la production d’hydrogène vert. Le pays est sur le point de jouer un rôle important en tant que fournisseur fiable émergent pour alimenter l’ambition de l’Europe vers un bouquet énergétique principalement basé sur les énergies renouvelables.

En 2020, le gouvernement a créé un ministère de la transition énergétique et des énergies renouvelables et a nommé à sa tête Chams Eddine Chitour, défenseur à long terme du développement durable et professeur renommé du monde universitaire. En quelques mois, le pays a commencé à progresser rapidement dans l’élaboration de sa stratégie de production d’hydrogène vert, en faisant le point sur le potentiel existant inexploité et en s’engageant à inclure l’hydrogène dans son bouquet énergétique d’exportation d’ici 2030.

De nombreux experts de l’industrie ont fait valoir que l’Algérie n’a pas été à la hauteur de son potentiel d’énergie renouvelable, illustré par une maigre part d’énergie renouvelable de 1% dans ses sources de production d’électricité. Depuis l’indépendance, la succession de découvertes de gisements de pétrole et de gaz dans le désert du Sahara a naturellement favorisé un développement d’une industrie énergétique à prédominance fossile pour remplir les caisses du pays de cash-flows conséquents tout en assurant sa sécurité énergétique. Cependant, la chute des prix des combustibles fossiles sur les marchés internationaux couplée à l’effet de compression des volumes d’exportation induit par la baisse des réserves et la croissance de la demande intérieure ont servi de sonnette d’alarme aux décideurs.

La crise économique de longue durée a douloureusement contraint le pays à se lancer dans un programme de diversification de la gestion de l’énergie, tardif mais vital. Pressée par l’urgence de maintenir les revenus d’exportation d’énergie sur un marché en transition, tout en satisfaisant son appétit énergétique national, la transition de l’Algérie vers le remplacement des combustibles fossiles par l’hydrogène vert semble être davantage un impératif de survie qu’un résultat facultatif.

Malgré le manque de capitaux investis dans les projets d’énergie renouvelable, ce qui entraîne une capacité de production marginale et un écart de développement croissant lorsqu’il est comparé au niveau régional, l’Algérie est bien placée pour rattraper son retard et jouer un rôle de premier plan au sein de ses pairs exportateurs d’hydrocarbures. Il existe des catalyseurs clés pour aider le pays à augmenter rapidement sa production d’hydrogène vert :

Accès au vaste potentiel de production d’énergie renouvelable dominé par le solaire : Occupant une grande partie de la ceinture solaire, l’Algérie est dotée d’une abondance d’énergie solaire et a une formidable opportunité de générer de l’énergie électrique rentable et à haute intensité pour alimenter l’hydrogène vert électrolyseurs toute l’année.
Proximité du marché en expansion de la demande d’hydrogène : située sur la rive sud de la mer Méditerranée, l’Algérie a développé au fil des ans un réseau de gazoducs transcontinentaux qui fournit des flux de gaz liquéfiés constants aux portes sud de l’Europe. Le respect constant des obligations contractuelles à long terme envers ses clients européens a également renforcé la réputation de l’Algérie en tant que fournisseur d’énergie fiable. En tant que producteur émergent d’hydrogène vert, l’Algérie pourrait reproduire la même stratégie d’exportation en convertissant ou en développant son infrastructure existante de distribution et de stockage de gaz pour expédier de manière rentable l’hydrogène vert produit localement vers ses marchés cibles. Avec sa demande croissante d’hydrogène prévue et la production limitée d’énergie solaire, l’Europe est en passe de devenir un marché de prélèvement idéal pour les producteurs nord-africains à mesure que les importations de gaz diminuent.

Capacités existantes et main-d’œuvre qualifiée : pour développer ses ressources énergétiques en hydrocarbures, l’Algérie s’est historiquement appuyée sur sa main-d’œuvre qualifiée nationale tout en valorisant le savoir-faire et l’expertise du pays. Dans le sillage de la nationalisation de ses réserves d’hydrocarbures en 1971, l’Algérie s’est lancée dans un ambitieux programme de formation et de développement visant à doter ses actifs amont et aval en expansion des profils qualifiés et des capacités de ressources humaines nécessaires. Bon nombre des compétences développées sont considérées, par de nombreux spécialistes, comme transférables aux énergies renouvelables telles que la gestion de projets de construction à grande échelle, l’ingénierie de discipline ou les fonctions commerciales.

Élargissement du marché intérieur : la population croissante de l’Algérie a atteint un pic à 43 millions récemment, entraînant une courbe de demande d’électricité en spirale (la demande d’électricité a atteint un niveau record à 15,6 GW à l’été 2019). Parallèlement à l’inflation de la consommation des ménages, l’écosystème industriel algérien couvre un certain nombre de centres de fabrication et de transformation connus pour être de grands consommateurs d’électricité et d’ammoniac (par exemple, pétrochimie, GNL, aciéries, engrais, etc.). La création d’un futur marché intérieur pour l’hydrogène vert pourrait également favoriser les investisseurs privés d’entrée de gamme, mieux équipés pour développer des réseaux de production et de distribution d’hydrogène évolutifs et localisés.

Une analyse récente co-écrite par McKinsey & Company et le Hydrogen Council et publiée en février 2021 sur les perspectives du marché mondial de l’énergie a souligné le potentiel de l’Algérie à produire et à expédier sa future production d’hydrogène vert vers l’Europe centrale (par exemple, la région de la Ruhr en Allemagne ) à un coût inférieur à 2 USD/Kg, surpassant certains des développements les plus compétitifs déjà sanctionnés dans la région.

Dans leur quête de sources d’hydrogène vert fiables susceptibles de renforcer leurs stratégies de décarbonisation à long terme, de nombreux ministres européens de l’énergie, des représentants gouvernementaux et des sociétés énergétiques courtisent déjà leurs homologues de la région MENA pour forger de nouvelles alliances, créer de nouvelles chaînes d’approvisionnement et se positionner comme précurseurs de saisir les avantages des opportunités d’affaires à venir. L’Algérie est aujourd’hui le dernier acteur poids lourd de l’énergie à entrer dans la course, vantant son potentiel renouvelable et annonçant notamment ses intentions de le monétiser.

Malgré toutes les chances réunies en faveur de l’Algérie pour accélérer la transformation du pays du deuxième exportateur de gaz d’Europe à un acteur dominant de l’hydrogène vert sur le marché régional, le chemin vers la livraison du premier kilogramme d’hydrogène reste long et semé de défis de taille. Le pays manque toujours d’un cadre réglementaire sur mesure et d’un régime fiscal adapté régissant la production d’énergie verte qui est toujours dominée par un monopole du secteur public.

En outre, de nombreuses études analysant la performance économique et les mécanismes de financement des projets d’hydrogène vert ont révélé que les développements à grande échelle sont plus susceptibles d’atteindre une production rentable, en raison des investissements initiaux importants liés à la production d’énergie renouvelable. Pour saper les fournisseurs déjà établis dans l’arène régionale de l’hydrogène vert, l’Algérie doit exploiter tout son potentiel pour viser une production à grande capacité et atteindre les meilleurs prix de vente.

Le succès d’une telle stratégie dépendra en fin de compte de la capacité de l’Algérie à attirer des financements de projets considérables tout en offrant un terrain fertile pour les investisseurs étrangers qui peuvent apporter une expertise indispensable. Ces dernières années, l’instabilité au sein du paysage de leadership et de gouvernance à la tête du secteur de l’énergie a sapé la capacité de l’Algérie à établir un partenariat commercial durable et a affaibli sa capacité à atteindre ses objectifs.

Comme dans de nombreuses industries en plein essor, la route vers la construction d’une infrastructure nationale de production et de distribution d’hydrogène est semée de difficultés technologiques, de pénuries de ressources, de risques inhérents et d’incertitudes intimidantes. S’engager dans ce voyage de transformation doit par tous les moyens figurer au cœur de la future stratégie énergétique globale de l’Algérie, qui exploite avec succès les flux de trésorerie générés par les combustibles fossiles pour inciter à une production et à une distribution évolutives d’énergie renouvelable avec de l’hydrogène vert en son cœur. Dans la transition énergétique en évolution d’aujourd’hui, la survie des économies ancrées dans les hydrocarbures comme l’Algérie est en jeu.

Oil & Gas Middle East, 17/05/2021