France: Pass sanitaire pour un café et un croissant

France, pass sanitaire, covid 19,

Un café et un croissant dans un café français ? Vous aurez besoin d’un laissez-passer COVID pour cela.

PARIS, 9 août (Reuters) – Le rituel français du matin, qui consiste à prendre un café et un croissant, est devenu plus compliqué lundi, car les gens doivent présenter une preuve de vaccination ou un test COVID-19 négatif avant de s’asseoir dans leur café préféré, bien que de nombreux établissements aient ignoré les nouvelles règles.

Un laissez-passer sanitaire doit désormais être présenté pour manger dans un restaurant, boire dans un bar, accéder à un traitement non urgent dans un hôpital ou voyager dans un train interurbain, dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour contenir une quatrième vague d’infections.

Le président Emmanuel Macron a dévoilé ce décret le mois dernier avec un message clair : faites-vous vacciner. Les taux de vaccination ont grimpé en flèche alors que les Français étaient confrontés à la perspective d’être privés de certains plaisirs quotidiens, mais cela a également suscité une vague de protestations dans les rues.

« C’est simple, nous avons téléchargé une application… donc nous scannons le code QR des clients, et s’il est valide, ils peuvent entrer. Et s’il n’est pas valide, nous ne pouvons pas les servir », a déclaré Romain Dicrescenzo, gérant du café Vrai Paris dans le quartier de Montmartre de la capitale.

Il a déclaré avoir refusé des dizaines de personnes, certaines ayant oublié leur carte et d’autres n’ayant pas été vaccinées.

Les propriétaires de cafés et de bars pris en flagrant délit de non-respect de la règle s’exposent à un avertissement suivi d’une ordonnance de fermeture de sept jours à la deuxième infraction. Deux autres infractions peuvent entraîner une peine d’un an de prison.

Malgré cela, sur les 10 propriétaires de restaurants et de cafés avec lesquels Reuters s’est entretenu lundi à Paris, la moitié a déclaré qu’ils refusaient de procéder aux contrôles sanitaires. Selon le ministère de l’Intérieur, la police fera preuve d’indulgence dans un premier temps.

D’autres pays européens, comme l’Italie, ont introduit des passeports sanitaires similaires, mais celui de la France est le plus complet. Les opposants à ce laissez-passer affirment qu’il empiète sur leur liberté et qu’il est discriminatoire à l’égard de ceux qui ne veulent pas du vaccin COVID.

Les données du ministère de la santé ont montré que neuf patients sur dix admis en soins intensifs à la fin du mois de juillet n’avaient pas été vaccinés contre le COVID. Selon les sondages, une majorité de Français est favorable au passeport santé.

La législation régissant les exigences du passeport santé restera en vigueur jusqu’à la mi-novembre. Elle exige également la vaccination obligatoire du personnel de santé.

Des contrôles du passeport santé ont également été effectués à la gare de Lyon, à Paris. Les contrôles à bord des trains seront aléatoires et seront effectués sur un train longue distance sur quatre lundi, a déclaré le ministre des transports.

Le client du café Issam Fakih, un ouvrier de la logistique pétrolière, a déclaré : « Pour être honnête, je suis un peu partagé sur le passeport santé. Je me suis fait vacciner, parce que dans mon travail, c’est important ? Maintenant, le pass est quelque chose qui se trouve sur mon téléphone, donc ça ne me dérange pas quand on me le demande ».

Mais il ajoute : « Je pense que c’est quand même une tentative de restreindre certaines libertés, mais peut-être que certaines réactions sont un peu exagérées. »