Algérie – Libye: la volte-face du chef du gouvernement libyen (vidéo)

Algérie, Libye, Abdelhamid Dbeibah, #Algérie, #Libye,

En exclusivité.- Algérie54 diffuse une vidéo montrant le chef du gouvernement libyen Abdelhamid Dbeibeh, se réunir avec les responsables de la Compagnie générale de l’électricité de Libye (GECOL), dans laquelle des fausses informations et des mensonges sont tenues à l’égard de l’Algérie, accusée de chantage et de surenchère, cachant des desseins sournois inavoués par les responsables libyens qui peuvent torpiller le rapprochement entre les deux pays, et le rôle que les actions que mène pour trouver une solution politique dans ce pays frère et voisin, théâtre d’une instabilité depuis la chute du leader libyen Mouammar El Gueddafi.

Cette dérive libyenne est, selon certains observateurs avertis, liée à tentatives de certaines officines étrangères soucieuses de maintenir le statu-quo, et la présence étrangère sur le sol libyen.

Pour mieux éclairer l’opinion publique nationale et internationale, Algérie54 tente de mettre la lumière de cette volte-face du chef du gouvernement libyen, Abdelhamid Dbeibeh, inféodé à la cause de la confrérie des Frères Musulmans, induit apparemment en erreur par des responsables libyens de la GECOL, en vue d’attribuer le marché à des entreprises du Golfe, ou à des entreprises turques.

Ainsi, il convient de rappeler, que suite à une demande de la part du chef du gouvernement libyen de transition, le Président algérien Abdelmadjid Tebboune a dépêché une équipe de la Société algérienne de production d’électricité, relevant de la Sonelgaz, conduite par le PDG de la SPE Sabri Lazhari. Ce dernier avait été accompagné par des équipes de techniciens et d’ingénieurs pour effectuer des opérations de maintenance et de diagnostic au niveau d’installations électriques.

« Une première équipe d’une douzaine de techniciens et d’ingénieurs SPE s’était rendue en octobre dernier en Libye, à la demande du président de la République, pour réparer une panne au niveau de la centrale électrique de Khoms alimentant Tripoli. La centrale est d’une capacité similaire à celle du Hamma d’Alger (près de 500 MW). La première unité de la centrale libyenne avait pu être ainsi remise en service en 8 jours » indiquera le PDG de la SPE, il y a plusieurs semaines à l’APS.

Une autre équipe de techniciens et d’ingénieurs de cette filiale de Sonelgaz s’était rendue ensuite afin de préparer le pic de consommation estival du pays.

Pour en revenir au fait, les équipes techniques et de maintenance de la SPE, dépêchées à Khoms ont réussi à réparer la centrale électrique d’une capacité de 500 Mégawatts, composée de deux turbines de 250 Mégawatts chacune. La réparation de la première turbine n’a coûté aucun sou aux libyens, alors qu’une entreprise turque exigeait 65 millions de dollars pour réparer les turbines en 6 mois. Les équipes techniques n’avaient eu besoin que de 10 jours pour mettre la première turbine en activité et la seconde en 25 jours, et qui demeure en activité jusqu’à ce jour.

En vue d’avoir 600 Mégawatts, la compagnie libyenne a demandé à Sonelgaz la location de 8 turbines de marque Général Electric, pour une durée d’une année et d’un montant de 37 millions de dollars. Les deux parties se sont convenues à transporter les équipements via des avions cargos, avant que la GECOL ne se rétracte en suggérant le transport des équipements et turbines par navires à partir des ports algériens de Skikda et Alger.

Les responsables libyens au lieu de tenir leurs engagements vis-à-vis du partenaire algérien qui n’a pas hésité un instant pour être au chevet des frères libyens, leur portant assistance pour retrouver la « lumière » sont devenus ingrats et passent à la collection des mensonges et des contre-vérités qui porteront certainement atteinte à la confiance restaurée dernièrement par un travail diplomatique et de solidarité par l’Algérie. D’ailleurs, le président Tebboune n’avait pas mâché ses mots en décrétant Tripoli, une ligne rouge, lors de l’offensive menée par Khalifa Haftar.

Échange de visites

Deux mois après son élection le 16 mars dernier, le chef du gouvernement libyen d’unité nationale, Abdelhamid Dbeibeh, avait effectué une visite officielle en Algérie. Cette visite de Dbeibeh coïncidera avec le lancement du Forum économique algéro-libyen,et la réouverture du poste frontière “Debdeb-Ghadamès” avec la Libye et une ligne maritime cargo entre les deux pays. Elle sera suivie par la visite d’une délégation de Sonelgaz conduite par le PDG du groupe, Chaher Boulakhras.

“Dès l’arrivée de la délégation au siège du ministère libyen de l’Électricité et des Énergies renouvelables à Tripoli, et après la cérémonie protocolaire, les deux parties ont entamé les travaux d’une réunion d’urgence au cours de laquelle ont été examinés les moyens d’approvisionner la Libye en électricité durant l’été 2021”, avait précisé le groupe Sonelgaz sur sa page Facebook.

Il était question de mettre en œuvre la première phase d’un accord signé entre les deux parties, conformément aux résultats du Forum économique algéro-libyen tenu récemment à Alger. La Compagnie générale de l’électricité de Libye (GECOL) avait tracé un programme d’urgence visant à répondre aux besoins immédiats en électricité.

La compagnie libyenne a, dans ce cadre, sollicité Sonelgaz pour un approvisionnement en énergie électrique, via le réseau tunisien, d’une capacité de 180-200 mégawatts au cours des deux prochains jours, avait annoncé Boulakhras.

A la demande de location de turbines à gaz mobiles “dans les plus brefs délais” formulée par GECOL, Sonelgaz a répondu de manière effective “en lançant l’opération en Algérie à travers toutes ses équipes et filiales qui travaillent d’arrache- pied pour sa concrétisation dans les meilleurs délais en vue d’appuyer le réseau, notamment à Tripoli”, affirmait le PDG du groupe Sonelgaz.

Pour sa part, le président du conseil d’administration de “GECOL”, Wiam El-Abdelli, avait salué la “réaction rapide” de la partie algérienne à l’invitation libyenne pour la couverture de ses besoins en électricité durant la saison estivale 2021.

Que ce qu’il a changé, pour qu’on assiste à cette volte-face libyenne? La géopolitique liée aux derniers évènements de la région, ayant permis à l’Algérie de revenir comme interlocuteur de premier plan sur tous les dossiers de la région, en est-t-elle la cause?

Algérie54, 08/08/2021