Le logiciel Pegasus menace les démocraties du monde entier

Israël, Pegasus, Espionnage, NSO Group, #Pegasus, #Israël,

Israël est mécontent de Ben & Jerry’s, qui ne veut plus vendre de glaces dans les territoires occupés, écrit le journaliste de MO* Peter Speetjens. Le reste du monde concentre son indignation sur le logiciel espion Pegasus qu’Israël a vendu à toutes sortes de régimes autoritaires. Ce serait une grave erreur que de considérer avec cynisme qu’il s’agit d’une nouvelle variante technologique d’un jeu ancestral.

Le 19 juillet, le producteur Ben & Jerry’s a annoncé qu’il ne vendrait plus de crème glacée dans les territoires palestiniens occupés, car cela contredit les valeurs défendues par l’entreprise. Cette décision a suscité une vague d’indignation en Israël.

« Le boycott d’Israël – une démocratie entourée d’îlots de terreur – reflète la façon dont [le monde] s’est égaré « , a déclaré le Premier ministre israélien Naftali Bennett. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a parlé d’une « reddition honteuse » face à l’antisémitisme et au mouvement international de boycott BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

Le 28 juillet, 90 des 120 membres de la Knesset, le parlement de l’État d’Israël, ont signé une lettre ouverte à Ben & Jerry’s lui demandant d’annuler « le boycott des villages et des villes d’Israël ». Il est frappant de constater que, bien que Ben & Jerry’s souhaite uniquement cesser de vendre des glaces dans les territoires occupés, cette décision est présentée comme une attaque contre l’État d’Israël tout entier.

En revanche, les logiciels d’espionnage qu’Israël a vendus à de nombreux régimes autoritaires ont suscité beaucoup moins d’indignation. Tirant son nom du cheval ailé de la mythologie grecque, Pegasus permet d’accéder à n’importe quel téléphone mobile, où qu’il soit. Le logiciel peut même activer le microphone et l’appareil photo à l’insu du propriétaire du téléphone.

Pegasus est l’idée du groupe NSO, l’une des dizaines d’entreprises israéliennes spécialisées dans la surveillance et la cybersécurité. Selon NSO, le programme ne sert qu’à combattre les « criminels et les terroristes » et c’est pourquoi il n’est vendu qu’aux gouvernements qui respectent les droits de l’homme.

En ce qui concerne ce dernier point, il suffit de mentionner les pays connus pour avoir acheté la « drogue du cheval » israélienne : Mexique, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Hongrie, Inde, Émirats arabes unis (EAU), Arabie saoudite, Bahreïn, Maroc, Rwanda et Togo. Aucun de ces pays n’est connu comme un modèle de démocratie et de droits de l’homme.

Les recherches menées par Forbidden Stories et Amnesty International, en coopération avec 17 organisations de médias, montrent également que les « criminels et les terroristes » sont loin d’être les principales cibles du logiciel espion Pegasus.

À partir d’une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone sélectionnés par les clients de NSO qui a fait l’objet d’une fuite, le projet Pegasus a pu découvrir l’identité de 1400 numéros. Parmi eux : quelque 180 journalistes et 250 militants des droits de l’homme.

La plateforme médiatique libanaise Daraj, pour laquelle je travaille également, était l’un des partenaires du projet et a concentré ses recherches principalement sur le monde arabe, où se trouvent certains des principaux utilisateurs du logiciel : les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et le Maroc.

Les Émirats arabes unis et le Maroc avaient chacun environ 10 000 numéros de téléphone sur la liste. Un passe-temps coûteux. Selon une liste de prix de 2016, NSO a facturé 650 000 dollars pour infiltrer 10 téléphones, en plus des 500 000 dollars de frais d’installation et des frais de maintenance annuels de 17 %. Une centaine de cibles supplémentaires coûte 800 000 dollars.

Les EAU avaient jusqu’à 3 000 numéros au Qatar sur la liste, dont celui de l’émir lui-même et du journaliste jordanien Yasser Abu Hilala, qui a dirigé Al Jazeera de 2014 à 2018. On ne sait pas encore à qui appartenaient les autres numéros.

En Irak, les EAU ont suivi des hommes politiques, des ministres, des parlementaires, des agents de renseignement, des ambassadeurs et le chef spirituel Sayed Ali al-Sistani. Un autre numéro important de la liste était celui de l’actuel Premier ministre du Kurdistan irakien, Masrour Barzani.

Au Yémen et en Égypte, le Premier ministre et presque tous les ministres ont été surveillés. Les Saoudiens ont fait de même avec les ministres égyptiens, notamment au moment du sommet arabe de 2019 à Tunis.

Mais le pouvoir du téléphone portable en tant qu’oreille et œil d’autrui va bien au-delà de l’arène politique. Le 4 mars 2018, les garde-côtes indiens ont arrêté la princesse Latifa, fille du cheikh Mohamed bin Rashid Al Maktoum de Dubaï, et l’ont renvoyée chez elle. Elle avait fui la chefferie en yacht quelques jours auparavant. La sixième épouse du cheikh Maktoum, la princesse Haya, a eu plus de succès lorsqu’elle s’est enfuie en Angleterre un an plus tard. Le projet Pegasus montre comment les EAU, après leur vol, ont mis sur écoute les téléphones des deux femmes et de leur cercle d’amis.

Les services de renseignement saoudiens ont fait de même avec le téléphone du journaliste Jamal Khashoggi juste avant son assassinat à Istanbul le 2 octobre 2018. Les autorités marocaines ont également ciblé des journalistes et des opposants en utilisant le logiciel espion NSO. MO* en a parlé plus tôt cette année dans une interview avec le militant égyptien de la vie privée Ramy Raoof.

Les EAU ont également pris pour cible des journalistes internationaux tels que Bradley Hope du Wall Street Journal, Simon Kerr du Financial Times et Greg Carstorm de The Economist. Ils ont également suivi la militante des droits de l’homme Alaa Siddiq, décédée dans un accident de voiture le 19 juin, et son patron Yahya Asiri. Ahmed Mansour, emprisonné depuis 2017 pour avoir « diffusé des mensonges », et des militants saoudiens tels que Loujain Al-Hathloul, Omar Abdulaziz et Ghanem Al-Dosari ont également été espionnés.
Alors, que devons-nous penser de Pegasus ? s’interroge l’écrivain indien Arundhati Roy dans un essai pour The Guardian. Le rejet cynique de ce projet comme une nouvelle variation technologique d’un jeu séculaire (…) serait une grave erreur. Nos téléphones portables font partie de notre intimité. Les révélations du projet Pegasus montrent que la menace potentielle est plus répandue que toute autre forme d’espionnage et de surveillance ».

L’Inde aussi a fait un usage enthousiaste de Pegasus. Et là encore, il ne s’agissait guère de « criminels et de terroristes ». Selon M. Roy, les quelque 1 000 numéros de téléphone figurant sur la liste constituent un véritable annuaire des opposants au programme nationaliste hindou dans le pays.

Nous nous dirigeons vers une situation où nous sommes dirigés par des États qui savent tout ce qu’il y a à savoir sur le peuple, mais dont le peuple sait de moins en moins de choses », a déclaré M. Roy. Cette asymétrie ne peut mener que dans une seule direction. Le mal. Et la fin de la démocratie ».

La fin de la démocratie. C’est plutôt ironique pour un pays qui aime se présenter comme « la seule démocratie du Moyen-Orient ». Une démocratie qui, en fait, fournit à des pays comme les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et le Maroc les oreilles et les yeux nécessaires pour étouffer dans l’œuf les développements démocratiques.

Une démocratie qui ne peut être appelée ainsi que si l’on fait abstraction des millions de Palestiniens qui vivent à Gaza et en Cisjordanie sous la botte militaire israélienne.

Et c’est là que le boycott de Ben & Jerry’s et Pegasus se rencontrent. Ils sont tous deux issus de l’occupation militaire. Le logiciel espion a été développé pour opprimer les gens là-bas. Au début de l’année, MO* a publié une analyse sur la manière dont Israël menace également la vie privée de ses propres citoyens.
L’occupation militaire est comme un énorme éléphant dans l’armoire à porcelaine israélienne. Et le scandale qui entoure Pegasus n’a fait que donner à Ben & Jerry’s une raison supplémentaire de ne pas vendre de crème glacée dans les territoires occupés.

MO, 04/08/2021