L’agenda espionné de Cembrero était intéressant pour le Maroc

Espagne, Ignacio Cembrero, espionnage, Pegasus, Maroc, #Maroc #Pegasus

L’agenda espionné de Cembrero comprenait les noms de membres du gouvernement, de militants, de réfugiés et d’exilés marocains.
Le journaliste expert du Maghreb dénonce l’espionnage de Pegasus au Parquet.

Le journaliste Ignacio Cembrero, l’un des principaux spécialistes européens de l’information sur le monde arabe et plus particulièrement sur le Maghreb, a demandé au ministère public d’identifier les responsables de l’espionnage dont il a été victime, après avoir appris qu’il figurait sur la liste des cibles surveillées par les autorités marocaines à l’aide du logiciel « Pegasus ».

Dans une récente interview accordée à ElPlural.com, M. Cembrero a accusé directement et sans équivoque les services secrets marocains, soulignant que le Maroc avait « une longue histoire d’espionnage de nombre de ses exilés ». C’est précisément en raison de son travail d’information que le journaliste a été dénoncé à plusieurs reprises par les autorités marocaines, qui ont intenté des procès qui ont toujours été classés sans suite.

Aujourd’hui, les rôles sont inversés et c’est Ignacio Cembrero lui-même qui a dénoncé l’affaire d’espionnage dont il a fait l’objet devant le ministère public.

Le vendredi 16 juillet, Ignacio Cembrero a reçu un appel téléphonique de l’équipe de Forbidden Stories, qui l’a informé que son numéro de téléphone avait été inclus dans la liste des cibles du logiciel malveillant « Pegasus » par les autorités marocaines.

Logiciel de piratage mobile

Le logiciel est délibérément envoyé sur les téléphones mobiles, où il s’infiltre et prend possession du contenu du téléphone, surveillant les mouvements de l’utilisateur sur le combiné infecté. Les opérateurs peuvent également activer à distance la caméra ou le microphone.

L’agenda convoité de Cembrero

L’objectif principal dans le cas du journaliste espagnol était, comme le lui a expliqué son interlocuteur, et sans préjudice d’autres intrusions, de faire une copie de sa liste de contacts, une liste convoitée qui comprend des hauts fonctionnaires, des membres du gouvernement espagnol, des diplomates, des militants, des réfugiés et des exilés marocains.

Des informations publiées par la suite dans la presse européenne indiquent que l’espionnage a été initié par la Direction Générale de Surveillance du Territoire, l’une des autorités de police opérant au Maroc. Elle dispose également de personnes stationnées en Espagne pour effectuer des travaux de renseignement.

Contexte

L’apparition de son nom sur la liste n’a pas été une surprise pour le journaliste espagnol. Le 20 juin 2021, le journal en ligne Maroc-Diplomatique, favorable aux autorités marocaines, a publié un article intitulé « Ignacio Cembrero : l’ectoplasme de la Moncloa ». Il y mentionne qu’il a tenu des « séances de remue-méninges » avec un membre du gouvernement espagnol et des hauts fonctionnaires de l’administration de l’État. Dans l’avant-dernier paragraphe, l’article comprenait un commentaire du journaliste adressé à ces interlocuteurs en relation avec la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc. Le commentaire de Cembrero a seulement été envoyé par le journaliste via WhatsApp à quelques destinataires. L’auteur de l’article, en somme, n’aurait pu obtenir ces informations qu’en lisant le contenu de leurs messages.

Le 22 juillet, Ignacio Cembrero a été photographié alors qu’il parlait au journaliste José Antonio Lisbona à Madrid. Les deux hommes se sont rencontrés par hasard et discutaient, lorsqu’un homme s’est approché d’eux et les a photographiés avec un téléphone portable.

Ce n’est pas la première fois qu’Ignacio Cembrero est victime des tactiques d’espionnage marocaines. En avril 2014, il a été usurpé d’identité sur Facebook et a reçu des menaces de mort qui ont été signalées à la brigade d’investigation technologique. Un an plus tard, il a été suivi et photographié dans des cafés de Madrid et de Paris, avec des clichés qui ont été publiés par des journaux marocains favorables aux autorités. Ils ont également été utilisés pour réaliser un photomontage, publié dans la presse marocaine, le montrant assis à côté du prince Moulay Hicham, considéré comme le membre dévoyé de la famille royale.

Depuis l’aggravation de la crise entre l’Espagne et le Maroc en mai dernier, la presse marocaine lui a consacré des articles virulents, parfois insultants, l’accusant d’être à la solde de La Moncloa ou du régime algérien, ce qui pourrait être une réponse aux analyses publiées par le journaliste dans El Confidencial.

Soutien de RSF

Reporters sans frontières a apporté son soutien au journaliste et a dénoncé « Le harcèlement qu’Ignacio Cembrero subit depuis des années de la part des autorités marocaines a franchi une étape supplémentaire avec l’espionnage de son téléphone portable. RSF le soutient et le soutiendra, tant en Espagne qu’au niveau international, partout où il aura besoin de nous, comme nous le ferons avec les 200 journalistes victimes du tristement célèbre logiciel Pegasus. Nous ne nous arrêterons pas tant que justice ne sera pas rendue, dans chaque cas et dans chaque pays où nous pouvons agir », déclare Alfonso Armada, président de RSF Espagne.

Dénonciation de la société israélienne à l’origine du logiciel malveillant

RSF, qui dénonce depuis quatre ans la société israélienne NSO, auteur du logiciel malveillant d’espionnage, a publié une liste de recommandations à l’intention des journalistes qui ont subi une situation similaire ou qui pensent avoir été victimes de Pegasus.

Le Maroc est classé 136e sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse de RSF. Reporters sans frontières soutient sans réserve le journaliste dans sa lutte contre l’espionnage de masse, tant dans ses actions en Espagne que dans celles que l’organisation prépare au niveau international.