Algérie : Financement participatif pour affronter la Covid

Algérie, covid 19, coronavirus, pandémie, financement participatif, #Algérie #Covid19

Alors que les services de santé du pays s’effondrent sous l’augmentation des cas de coronavirus, les individus et les hôpitaux demandent l’aide de la diaspora dans le but de collecter des fonds pour l’équipement médical essentiel.
Depuis mai, l’Algérie a connu une augmentation de plus de 600 % des cas de Covid-19, la variante Delta, plus transmissible, représentant plus de 70 % des infections.

Le réseau médical algérien s’est tourné vers les médias sociaux pour collecter des fonds alors que les fournitures médicales s’épuisent de plus en plus.

Les approvisionnements en oxygène, en particulier, s’épuisent, des militants algériens ayant lancé des initiatives de financement participatif dans le but de sensibiliser et d’apporter des fonds indispensables aux hôpitaux et aux particuliers en Algérie.

« Nous comptons sur votre générosité pour protéger nos travailleurs de première ligne avec le matériel de protection nécessaire, pour aider les patients Covid avec les médicaments dont ils auront besoin pour guérir », a déclaré Hanane Benhamou, l’une des organisatrices de l’initiative.

Rien qu’en mai de cette année, le pays comptait en moyenne environ 200 cas de Covid-19 par jour. Aujourd’hui, l’Algérie connaît sa quatrième vague de coronavirus, avec des cas quotidiens à leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie avec environ 1 300 cas par jour.

Avec plus de 175 000 cas officiels officiellement enregistrés et environ 4 300 décès, l’Algérie a échappé au pire de ce que de nombreux autres pays ont connu.

Le Maroc voisin compte plus de 640 000 cas, et la Tunisie a enregistré près de 600 000 cas avec plus de 20 000 décès, le deuxième plus élevé d’Afrique.

Mais comme les événements en Tunisie l’ont montré, une mauvaise gestion de la pandémie a des implications importantes.

Les Algériens se sont tournés vers le site de crowdsourcing français appelé Leetchi.

Un village algérien appelé Ait-aissi qui a mis en place une page de crowdsourcing a qualifié la préparation du pays de parfois « dérisoire ».

Hénine Houcine, qui est derrière la page de collecte de fonds, a appelé les Algériens du pays et, en particulier, la diaspora du pays à aider à financer les besoins de santé des villages avant que la crise ne s’aggrave.

« La solidarité est un acte d’amour, être solidaire, c’est savoir écouter les grandes douleurs silencieuses de ses proches », a déclaré Houcine.

Jusqu’à présent, le village a amassé plus de 5 000 $.

Mais ce ne sont pas seulement les villes et villages du pays qui se sont tournés vers le crowdsourcing.

Certains hôpitaux du pays se sont tournés vers Leetchi pour faire face à la crise en cours.

L’un des seuls hôpitaux de la région rurale de Yakouren a qualifié la situation à l’hôpital de « catastrophique », demandant de l’aide pour acheter des équipements de base pour la prise en charge des patients.

« Nous comptons sur votre générosité pour aider nos familles et amis en Algérie », a déclaré l’organisateur de la page, qui a récolté près de 17 000 $.

Il y a au moins 15 de ces pétitions, seulement Leetchi.

Mais sur d’autres plateformes, il y a aussi des appels à l’aide notamment de la « diaspora », qui sont plus susceptibles d’avoir des revenus disponibles.

Un compte cherchant à collecter des fonds pour les régions rurales de Boghni et de Kabylie en Algérie a déclaré que « maintenant plus que jamais, le besoin d’aide de la diaspora » est nécessaire pour s’approvisionner en équipements qui « manquent cruellement ».

Ces ressources comprennent les gels hydroalcooliques, qui sont des désinfectants de qualité médicale, les masques à gants médicaux et en particulier l’oxygène.

L’Algérie n’a complètement vacciné que 1,6 pour cent de sa population et environ 6 pour cent ont reçu au moins une dose.

Le pays a récemment signé un accord pour produire localement le vaccin contre le coronavirus chinois Sinovac. Cela s’ajoute à un accord signé pour fabriquer le vaccin russe Spoutnik V, dont la production nationale commencera à partir de septembre.

Agence Anadolou, 04/08/2021