Tigré : Les USA mettent l’Ethiopie en garde

Les Etats-Unis mettent l’Ethiopie en garde contre une « rhétorique déshumanisante » sur le Tigré

NAIROBI, Kenya (AP) – Le chef de l’Agence américaine pour le développement international s’est dit préoccupé mercredi par la « rhétorique déshumanisante » utilisée par les dirigeants éthiopiens au milieu des neuf mois de conflit dans la région du Tigré, dont les forces ont été qualifiées le mois dernier de « mauvaises herbes ». et « cancer » par le premier ministre du pays, lauréat du prix Nobel de la paix, Abiy Ahmed.

Samantha Power s’est entretenue avec des journalistes après avoir pressé le gouvernement éthiopien d’assouplir le blocus de l’aide humanitaire au Tigré, où des centaines de milliers de personnes sont confrontées à la famine lors de la pire crise alimentaire au monde depuis une décennie. Seulement 10 % de l’aide ciblée a atteint la région depuis la mi-juillet, a-t-elle déclaré – 153 camions il y a deux jours, tandis que les Nations Unies ont déclaré que 1 500 camions étaient nécessaires pendant cette période.

Le gouvernement éthiopien a accusé ces dernières semaines des groupes d’aide d’armer les forces du Tigré, sans fournir de preuves, et a suspendu le travail de deux groupes d’aide internationaux tout en accusant Médecins sans frontières et le Conseil norvégien pour les réfugiés de « diffuser de la désinformation ».

Pendant ce temps, a déclaré Power, « les besoins humanitaires désespérés deviennent de plus en plus aigus de jour en jour » au Tigré, où plus de 5 millions de personnes ont besoin d’aide après que les forces éthiopiennes et alliées poursuivant les combattants du Tigré ont été accusées de pillage et de destruction de vivres. Le Tigré reste coupé du monde extérieur, avec des liaisons de communication en panne et une seule route disponible pour les convois d’aide, qui ont dû faire face à de nombreux points de contrôle et perquisitions.

Alors que l’Occident serait en train d’explorer la possibilité d’un couloir d’aide humanitaire du Soudan voisin vers le Tigré occidental, le chef de la commission nationale de gestion des risques de catastrophe de l’Éthiopie a rejeté cette semaine cette idée. Un porte-parole de l’USAID n’a pas répondu lorsqu’on lui a demandé si Power, qui s’était rendu au Soudan avant l’Éthiopie, avait discuté de l’idée avec les dirigeants soudanais.

Power a également noté les discussions de plus en plus houleuses entre les deux parties au conflit et a déclaré que le genre de langage « virulent » utilisé par le Premier ministre et d’autres responsables, également vu sur les réseaux sociaux en Éthiopie, « accompagne souvent les atrocités à motivation ethnique ».

Elle a appelé à un cessez-le-feu immédiat et au dialogue.

Les chances de dialogue semblent minces alors que le gouvernement éthiopien a déclaré les forces du Tigré groupe terroriste.

La guerre a commencé en novembre après une brouille politique entre le parti au pouvoir du Tigré, qui avait dominé le gouvernement éthiopien pendant près de trois décennies, et l’actuel Premier ministre. Maintenant, les forces du Tigré disent qu’elles veulent Abiy comme condition préalable aux pourparlers.

Power a également averti que la présence de la résurgence des forces du Tigré près des routes clés « va également obstruer l’accès ». Elle a déclaré que quelque 76 000 personnes avaient été déplacées dans la région voisine d’Afar et 150 000 dans la région d’Amhara après l’entrée des forces du Tigré dans ces régions ces dernières semaines.

Par ailleurs, le secrétaire d’État Antony Blinken s’est entretenu mercredi avec le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok au sujet de « l’extension de la confrontation armée dans les régions d’Amhara et d’Afar en Éthiopie, de la détérioration de la situation humanitaire dans la région du Tigré et des informations faisant état de troupes érythréennes rentrant en Éthiopie, tout cela a un impact sur la stabilité régionale », a déclaré le département d’État.

Des témoins au Tigré ont allégué des abus généralisés par des soldats érythréens, qui partagent une frontière avec la région et ont combattu aux côtés des forces éthiopiennes. Abiy a nié pendant des mois leur présence.

AP

Etiquettes : Ethiopie, Tigré, Etats-Unis, #Ethiopie