Qu’y a-t-il derrière la crise olympique de l’athlète biélorusse ?

KYIV, Ukraine (AP) – Le différend entre la sprinteuse olympique biélorusse Krystsina Tsimanouskaya et les responsables de son équipe, qui l’a amenée à se réfugier dans l’Union européenne, a une fois de plus mis en évidence l’atmosphère répressive qui règne dans le pays d’origine de l’athlète, une ancienne nation soviétique où les autorités ont déclenché une répression implacable de la dissidence.

Mardi, Tsimanouskaya a déclaré à l’Associated Press que les responsables de l’équipe qui l’ont emmenée à l’aéroport et ont tenté de la renvoyer en Biélorussie lui ont fait comprendre qu’elle allait « certainement subir une sorte de punition » après avoir critiqué la direction de son équipe sur les médias sociaux.

Voici un bref aperçu de la situation au Belarus et des dangers encourus par ceux qui osent défier les autorités bélarussiennes.

RÉPRESSION POST-ÉLECTORALE

Le Belarus a été secoué par des mois de manifestations déclenchées par la réélection du président Alexandre Loukachenko pour un sixième mandat lors d’un scrutin organisé en août 2020, que l’opposition et l’Occident ont qualifié de truqué.

Les autorités bélarussiennes ont répondu aux manifestations, dont les plus importantes ont rassemblé jusqu’à 200 000 personnes, par une répression massive au cours de laquelle plus de 35 000 personnes ont été arrêtées et des milliers ont été battues par la police. Des personnalités de premier plan de l’opposition ont été emprisonnées ou contraintes de quitter le pays.

NOUVELLES RELATIVES

  • Un coureur olympique biélorusse qui craignait de rentrer chez lui atterrit à Vienne
  • EXPLICIT : Que se passe-t-il lorsque les Jeux olympiques et la politique entrent en collision ?
    M. Loukachenko, qui dirige le Belarus d’une main de fer depuis 27 ans, a dénoncé ses opposants comme des marionnettes étrangères et accusé les États-Unis et leurs alliés de comploter pour renverser son gouvernement.

AUCUNE LIMITE

Signe de leur détermination à poursuivre les dissidents à tout prix, les autorités biélorusses ont détourné en mai un vol Ryanair reliant la Grèce à la Lituanie et l’ont forcé à atterrir à Minsk, la capitale biélorusse, où elles ont détenu un journaliste dissident qui se trouvait à bord.

Après son arrestation, le journaliste, Raman Pratasevich, est apparu dans plusieurs interviews à la télévision d’État, déclarant qu’il coopérait pleinement avec les enquêteurs, promettant de respecter Lukashenko et pleurant. L’opposition et l’Occident ont affirmé que les interviews télévisées avaient été forcées.

Mardi, un militant biélorusse qui dirigeait en Ukraine un groupe d’aide aux Biélorusses fuyant les persécutions a été retrouvé pendu dans un parc de la capitale ukrainienne, Kiev. La police a déclaré qu’elle avait ouvert une enquête pour déterminer s’il s’agissait d’un suicide ou d’un meurtre maquillé en suicide.

RÉPRESSION ACCRUE

Après avoir pris pour cible les dirigeants et les militants de l’opposition pendant des mois, les autorités biélorusses ont intensifié leur répression au cours des dernières semaines, avec des centaines de descentes dans les bureaux et les domiciles de journalistes et de militants indépendants.

M. Loukachenko a dénoncé les militants comme des « bandits et des agents étrangers » et a promis de poursuivre ce qu’il a appelé une « opération de nettoyage » à leur encontre.

Plus de 50 ONG risquent la fermeture, notamment l’Association bélarussienne des journalistes, l’organisation médiatique la plus importante et la plus respectée du pays, et le Centre PEN bélarussien, une association d’écrivains dirigée par Svetlana Alexievitch, lauréate du prix Nobel de littérature 2015.

Dans le contexte de la répression, la Pologne et la Lituanie, pays voisins de l’UE, ont apporté un soutien sans faille aux manifestants et ont offert un refuge aux personnes fuyant la répression. La Pologne a rapidement accordé à Tsimanouskaya un visa humanitaire. L’athlète est montée à bord d’un avion mercredi matin à l’aéroport international Narita de Tokyo, qui a décollé par la porte d’embarquement pour Vienne, bien qu’il n’ait pas été immédiatement précisé s’il s’agissait de sa destination finale.

LE DE PRÉSIDENT DE LA BI DU SUR LE SPORT

M. Loukachenko, qui s’intéresse de près au sport et a dirigé le Comité national olympique du Belarus pendant près d’un quart de siècle avant de céder le poste à son fils aîné en février, a sévèrement averti les athlètes olympiques du pays qu’ils devaient se montrer très performants.

« Si vous y allez en tant que touristes et que vous n’apportez rien, vous feriez mieux de ne pas revenir dans le pays », a déclaré M. Loukachenko.

Le dirigeant biélorusse et son fils ont été interdits d’accès aux Jeux olympiques de Tokyo par le Comité international olympique, qui a enquêté sur les plaintes déposées par des athlètes affirmant avoir subi des représailles et des intimidations lors de la répression des manifestations dans le pays.

« Loukachenko considère le sport comme une vitrine de son régime, il veut le faire briller et considère tout échec et toute défaite comme un coup porté à sa réputation personnelle et à son autorité », a déclaré Valery Karbalevich, un analyste politique biélorusse indépendant, ajoutant que le dirigeant biélorusse « considère le sport comme faisant partie de l’idéologie de l’État ».

Le président biélorusse était furieux lorsque les championnats du monde de hockey sur glace ont été retirés du pays au début de l’année en raison de la répression des manifestations par les autorités.

« Lukashenko croit que le Belarus est entouré d’ennemis et considère toute critique comme faisant partie d’une conspiration occidentale », a déclaré Karbalevich. « C’est pourquoi il a vu la situation avec Tsimanouskaya comme une nouvelle attaque des ennemis occidentaux et une partie d’une guerre hybride contre le Belarus.

LES ATHLÈTES DANS LE COLLIMATEUR

De nombreux athlètes bélarussiens ont fait l’objet de représailles après s’être élevés contre les autorités et avoir exprimé leur soutien aux manifestations.

La star du basket-ball biélorusse Yelena Leuchanka, ancienne joueuse de la WNBA, a passé 15 jours en prison en octobre après avoir manifesté pacifiquement contre les autorités. Elle a ensuite déclaré à l’AP que les conditions de détention étaient épouvantables, sans eau chaude ni toilettes dans sa cellule et avec des détenus contraints de dormir sur des lits métalliques sans matelas.

Maria Shakuro, capitaine de l’équipe nationale de rugby du Belarus et médaillée de bronze au championnat européen de beach rugby, a également été condamnée à dix jours de prison pour avoir participé à une manifestation pacifique.

Le légendaire lanceur de marteau olympique Vadim Devyatovsky a été limogé en septembre de la tête de la fédération d’athlétisme du pays après avoir publié sur Facebook une critique de Loukachenko.

Et Natalya Petrakova, l’une des plus célèbres joueuses de handball du Belarus, a été démise de ses fonctions d’entraîneur principal de l’équipe nationale féminine de handball après avoir signé une lettre de protestation.

La Fondation de solidarité sportive du Belarus a déclaré que 124 athlètes au total ont été condamnés à des peines de prison, ont été licenciés ou ont fait l’objet d’autres mesures répressives.

« L’horrible situation du pays se reflète également dans le sport », a déclaré Vadim Krivosheyev, un militant de la fondation sportive. « Toute la puissance de la machine répressive a été dirigée vers les sportifs qui ont osé exprimer leur position citoyenne. Le sport au Belarus est en train de se dégrader rapidement, car seuls les athlètes loyaux (aux autorités) sont autorisés à se produire. « 

AP

Etiquettes : Jeux Olympiques, JO, Tokyo, Alexander Lukashenko, Krystsina Tsimanouskaya, #Biélorussie,