Le Mexique poursuit les fabricants d’armes américains pour trafic d’armes

MEXICO (AP) – Le gouvernement mexicain a intenté un procès aux fabricants et distributeurs américains d’armes à feu mercredi devant un tribunal fédéral américain, arguant que leurs pratiques commerciales négligentes et illégales ont déclenché un énorme bain de sang au Mexique.

Cette action en justice inhabituelle a été déposée devant le tribunal fédéral américain de Boston. Parmi les personnes poursuivies figurent certains des plus grands noms du secteur des armes à feu, notamment : Smith & Wesson Brands, Inc ; Barrett Firearms Manufacturing, Inc ; Beretta U.S.A. Corp ; Colt’s Manufacturing Company LLC, et Glock Inc. Un autre défendeur est Interstate Arms, un grossiste de la région de Boston qui vend des armes de tous les fabricants cités, sauf un, à des revendeurs dans tous les États-Unis.

Le gouvernement mexicain fait valoir que les entreprises savent que leurs pratiques contribuent au trafic d’armes vers le Mexique et qu’elles le facilitent. Le Mexique veut être indemnisé pour les ravages causés par les armes à feu dans son pays.

Le gouvernement mexicain « intente cette action pour mettre fin aux dommages massifs que les défendeurs causent en facilitant activement le trafic illégal de leurs armes à feu aux cartels de la drogue et autres criminels au Mexique », indique la poursuite.

Le gouvernement estime que 70% des armes trafiquées au Mexique proviennent des États-Unis, selon le ministère des Affaires étrangères. Et que pour la seule année 2019, au moins 17 000 homicides ont été liés à des armes trafiquées.

Alejandro Celorio, conseiller juridique du ministère, a déclaré mercredi aux journalistes que les dommages causés par les armes trafiquées seraient égaux à 1,7 % à 2 % du produit intérieur brut du Mexique. Le gouvernement demandera au moins 10 milliards de dollars de compensation, a-t-il ajouté. L’année dernière, le PIB du Mexique s’élevait à plus de 1,2 billion de dollars.

« Nous ne le faisons pas pour faire pression sur les États-Unis », a déclaré Celorio. « Nous le faisons pour qu’il n’y ait pas de morts au Mexique ».

Ebrard a déclaré que le procès était une autre pièce des efforts du gouvernement contre les armes à feu. « La priorité est de réduire les homicides », a-t-il dit. « Nous ne cherchons pas à changer les lois américaines ».

Le Mexique n’a pas demandé l’avis du gouvernement américain sur la question, mais a conseillé l’ambassade des États-Unis avant de déposer la poursuite.

Steve Shadowen, l’avocat principal représentant le Mexique, a déclaré qu’au début des années 2000, une trentaine de villes américaines ont intenté des procès similaires contre des fabricants d’armes à feu, arguant qu’ils devaient être responsables de l’augmentation des frais de police, d’hospitalisation et autres coûts associés à la violence armée.

Lorsque certaines villes ont commencé à obtenir gain de cause, les fabricants d’armes se sont adressés au Congrès et ont obtenu une loi d’immunité pour les fabricants. M. Shadowen a déclaré qu’il pensait que l’immunité ne s’appliquait pas lorsque le préjudice se produisait en dehors des États-Unis.

« Le fond de l’affaire est fortement en notre faveur et nous devons ensuite contourner cette loi d’immunité que nous pensons pouvoir gagner », a-t-il déclaré. « Cette loi ne s’applique tout simplement pas. Elle ne s’applique que lorsque vous êtes aux États-Unis. »

Il a ajouté que, selon lui, c’est la première fois qu’un gouvernement étranger poursuit les fabricants d’armes.

La vente d’armes à feu est sévèrement limitée au Mexique et contrôlée par le ministère de la Défense. Mais des milliers d’armes sont introduites clandestinement au Mexique par les puissants cartels de la drogue du pays.

L’année dernière, plus de 36 000 meurtres ont été commis au Mexique, et le bilan reste obstinément élevé malgré la promesse du président Andrés Manuel López Obrador de pacifier le pays. En 2020, le taux national de meurtres au Mexique est resté inchangé, à 29 pour 100 000 habitants. À titre de comparaison, le taux d’homicides aux États-Unis en 2019 était de 5,8 pour 100 000 habitants.

En août 2019, un homme armé a tué 23 personnes dans un Walmart d’El Paso, dont certains citoyens mexicains. À l’époque, le secrétaire aux Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, avait déclaré que le gouvernement étudierait ses options juridiques. Le gouvernement a déclaré mercredi que les décisions récentes des tribunaux américains ont contribué à sa décision de déposer la plainte.

Il a cité une décision rendue en Californie autorisant une poursuite contre Smith & Wesson à aller de l’avant, une poursuite déposée la semaine dernière contre Century Arms relativement à une fusillade survenue en 2019 à Gilroy, en Californie, et le règlement de 33 millions de dollars conclu par Remington avec certaines des familles dont les enfants ont été tués lors de la fusillade dans une école de masse à Newtown, au Connecticut.

AP

Etiquettes : Méxique, armes, trafic d’armes, #Mexique