Sans gouvernement, c’est l’inquiétude, la confiance et l’attente en Tunisie

TUNIS, Tunisie (AP) – La Tunisie reste dans l’incertitude plus d’une semaine après que le président Kais Saied a renvoyé le premier ministre, gelé le parlement et pris les pouvoirs exécutifs. Certains citoyens s’inquiètent de ce qui va suivre, et du moment où cela va se produire, alors que la pression pour les décisions s’intensifie.

Ancien professeur de droit constitutionnel, M. Saied a nié les allégations selon lesquelles il aurait monté un coup d’État, affirmant que ses mesures radicales sont strictement conformes à la constitution. Les sondages locaux ont montré que la grande majorité des personnes interrogées soutiennent les actions de Saied, mais l’attente laisse certains citoyens et alliés inquiets.

Le président, lui, ne semble pas inquiet. Dimanche, il s’est promené sur l’avenue Bourguiba, l’axe principal emblématique de la capitale, discutant avec les passants, a rapporté Radio Mosaïque.

Le comptable Zied Amar, 36 ans, était d’un optimisme prudent.

« Je pense surtout que la décision de Kais Saied était juste, même si nous prenons en considération les accusations », a-t-il dit, assis sur la plage de La Marsa avec sa femme et son bébé par un week-end caniculaire. « Mais nous avons besoin d’une décision qui permette au peuple de se sentir moins anxieux, de ressentir de l’espoir – l’espoir en une personne qui défendra ses droits », a-t-il ajouté. « Les citoyens ont peur que quelqu’un puisse leur voler leur liberté ».

Les indices sur les prochaines actions de Saied étaient rares, mais il y en avait. Il est passé à l’action après une journée de manifestations nationales, dimanche dernier, pour dénoncer la détérioration de la situation sociale et économique du pays d’Afrique du Nord, aggravée par l’épidémie de coronavirus, et a commencé à gouverner par décret.

La semaine dernière, il a nommé un nouveau ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité, premier remplacement parmi les dizaines de hauts fonctionnaires qu’il avait licenciés. Il s’est également engagé à lutter contre la corruption et à s’attaquer aux hommes d’affaires véreux, a demandé aux commerçants, aux grossistes et aux pharmacies de baisser leurs prix, et a demandé samedi aux banques de baisser leurs taux d’intérêt. Il a également interdit les rassemblements de plus de trois personnes et instauré un couvre-feu de 22 heures à 5 heures du matin.

Les pays du Moyen-Orient, les alliés européens et les États-Unis s’inquiètent désormais de l’avenir de la Tunisie, le pays qui a déclenché le printemps arabe il y a dix ans, en chassant son dirigeant autocratique de longue date. La révolution a ricoché sur d’autres pays, mais la Tunisie a été le seul exemple de réussite, mettant en place un système démocratique qui n’est pas encore totalement cimenté.

La plupart des personnes rencontrées lors d’une promenade dans la capitale semblaient ne pas s’inquiéter de l’avenir de leur pays, faisant confiance à leur président.

« Je suis avec Kais Saied. Grâce à Dieu », a déclaré Jamel Diwen, un nettoyeur de rue.

Mais tout le monde n’était pas aussi certain. Plusieurs personnes ont été vues en train de regarder les enregistrements des discours de Saied sur leurs téléphones, au milieu de discussions animées dans les cafés et les bars. Wejden Ben Alaya, une cadre commerciale de 26 ans assise dans un bar de la plage, a déclaré qu’elle avait l’impression que le soutien à Saied était en grande partie « émotionnel ».

« En raison du dilemme social et des problèmes économiques du pays… les gens en avaient assez. Kais Saied s’est présenté comme un sauveur et il est logique que les gens s’alignent sur cette émotion », a-t-elle déclaré.

Ben Alaya a déclaré qu’elle avait voté pour Saied, un inconnu sans expérience politique, lors des élections présidentielles de 2019 parce qu’il semblait être la meilleure des mauvaises options. Maintenant, « je ne suis pas à l’aise avec ces mesures. Je ne sais pas où cela va mener, étant donné qu’il n’est pas soutenu par un système clair ou une entité claire comme un parti ou un mouvement. Je pense que c’est inquiétant ».

Les États-Unis, qui viennent de faire don d’un million de doses de vaccin à la Tunisie, semblent être sur la même longueur d’onde, exhortant à une action rapide mais intelligente.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, s’est entretenu samedi avec le dirigeant tunisien, lui transmettant le ferme soutien du président Joe Biden au peuple et à la démocratie tunisienne, a indiqué Emily Horne, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, dans un communiqué de la Maison Blanche.

Elle a toutefois précisé que l’appel téléphonique « s’est concentré sur la nécessité cruciale pour les dirigeants tunisiens d’esquisser un retour rapide à la voie démocratique de la Tunisie ». M. Sullivan « a souligné que cela nécessitera la formation rapide d’un nouveau gouvernement, dirigé par un premier ministre capable de stabiliser l’économie tunisienne et de faire face à la pandémie de COVID-19, ainsi que d’assurer le retour en temps voulu du parlement élu. »

Rachid Ghannouchi, leader du parti islamiste Ennahdha, le parti dominant au Parlement, et président de la législature maintenant gelée, a qualifié les actions de Saied de coup d’Etat, et a déclaré dans une interview la semaine dernière avec l’Associated Press que son parti ferait pression sur le président « pour demander le retour à un système démocratique ». Ennahda a été blâmé pour l’inaptitude du gouvernement, largement perçue, et Ghannouchi a admis que le parti devait procéder à un examen interne, comme les autres partis.

Ghannouchi, 80 ans, a été brièvement hospitalisé samedi pour des examens après un évanouissement, mais il est rentré chez lui plus tard dans la journée, a rapporté l’agence de presse officielle TAP.

Etiquettes : Tunisie, Kaïs Saïed, #Tunisie