La GB critiquée pour ne pas s’excuser de sa consfiscation des terres au Kenya

Le gouvernement britannique a été critiqué pour ne pas avoir présenté d’excuses et indemnisé les membres de deux communautés de l’ouest du Kenya dont les terres ont été confisquées pendant l’ère coloniale.

Un groupe d’enquêteurs des Nations unies – ou rapporteurs spéciaux – a mis en lumière les violations des droits de l’homme commises aux XIXe et XXe siècles à l’encontre des peuples Kipsigis et Talai dans le comté de Kericho. Il s’agissait notamment d’homicides illégaux et de violences sexuelles.

L’équipe de l’ONU estime que plus d’un demi-million de personnes ont été touchées.

Les rapporteurs spéciaux ont également reproché au gouvernement britannique de ne pas avoir « adopté de mesures pour établir les faits et connaître la vérité sur les circonstances entourant ces violations ».

Ils ont envoyé leur rapport au gouvernement à la fin du mois de mai et lui ont donné 60 jours pour répondre. Ce délai est maintenant écoulé et il n’y a pas eu de réponse.

« Il a été très difficile de se sentir ignoré pendant si longtemps par le gouvernement britannique pour les choses terribles qu’il nous a faites », a déclaré Dickson Sitienei au nom des victimes.

« Nous nous sommes battus pour que nos voix soient entendues pendant de nombreuses années et si le gouvernement britannique pense que nous allons oublier ce qu’ils ont fait, ils ont tort. Nous ne pouvons pas nous sentir libres tant qu’ils ne reconnaissent pas ce qu’ils ont fait, c’est la seule façon d’avancer. »

De vastes étendues de terre dans la région sont maintenant utilisées par diverses sociétés de thé britanniques et multinationales, dont Findlay’s, Williamson Fine Tea et Unilever.

Etiquettes : Kenya, GB, Royaume Uni, excuses, #Kenya #RoyaumeUni #GB #Colonsation