Algérie: Dossiers cruciaux

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a présidé, samedi dernier, une réunion du Gouvernement, consacrée essentiellement aux secteurs de la Communication, de l’Industrie, de l’Agriculture et de la Santé. Des secteurs stratégiques devant jouer un rôle important dans le processus de renforcement du programme de développement du Président Abdelmadjid Tebboune.

La stratégie de communication gouvernementale demeure un facteur essentiel en vue d’accompagner les efforts de l’Etat dans la consécration du principe de rapprocher les institutions du citoyen, regagner sa confiance, renforcer la démocratie participative par une information de proximité plus efficace, en phase avec les préoccupations de la population.

L’Algérie étant confrontée à des messages électroniques fictifs, des programmes nichés dans des sites web piégeurs, à l’heure où Internet et les réseaux sociaux s’immiscent partout, et pas souvent pour la bonne cause, où la violence cybernétique monte en puissance, il est plus que nécessaire de refermer la boîte de Pandore. L’industrie, de par son rôle dans la création d’emploi et la diffusion de l’innovation, constitue un enjeu majeur pour faire éclore des entreprises industrielles performantes, et ce pour en faire une locomotive de croissance.

Le pays a besoin d’un tissu industriel varié, secteur longtemps freiné par des atermoiements, des projets avortés ou repoussés aux calendes grecques, ou des demi-mesures inopérantes. Un des blocages qui entravent le développement de ce secteur demeure celui des assiettes de foncier industriel. souvent attribuées, mais inexploitées. On cite encore la libération de l’acte d’investir, la réforme fiscale, la dépénalisation de l’acte de gestion.

La relance de l’activité agricole est un enjeu stratégique dont la concrétisation est tributaire d’un investissement structuré, d’un développement efficace des filières stratégiques qui ont un impact sur l’économie en termes d’importations et de sécurité alimentaire. Conjoncture oblige. Le chef de l’Exécutif a rappelé les directives du président de la République pour la mobilisation de tous les moyens nécessaires aux établissements de santé ainsi que les efforts engagés pour l’acquisition de nouvelles quantités de vaccins et instruit les membres du gouvernement d’accélérer la cadence de vaccination.

A ce propos, il est réconfortant d’observer que les citoyens éligibles à la vaccination se font vacciner, de plus en plus convaincus qu’ils accomplissent un acte de prévention indispensable. Il faut sans cesse rappeler que le vaccin demeure le moyen le plus efficace pour réduire le nombre de contaminations et que les citoyens doivent maintenir un haut degré de vigilance, respecter les règles d’hygiène et de distanciation physique, outre le respect des mesures de confinement et le port obligatoire du masque de protection.

La vaccination ajoutera un outil majeur à la trousse d’outils dont dispose le personnel soignant, mais, à elle seule, elle ne fera pas le travail d’éradication d’une pandémie inédite, qui bouleverse le monde entier.
EL MOUDJAHID, 02/08/2021

Etiquettes : Algérie, relance économique, #Algérie