Tunisie: Kaïs déclare qu’il ne deviendra pas un dictateur

Le président tunisien déclare qu’il ne deviendra pas un dictateur après l’arrestation du député.

TUNIS, 30 juillet (Reuters) – Le président tunisien a promis vendredi qu’il ne se transformerait pas en dictateur et a rejeté les accusations de coup d’Etat, alors que deux députés ont été arrêtés suite à sa décision de lever leur immunité lorsqu’il a pris le contrôle du gouvernement cette semaine.

La Tunisie est plongée dans une crise politique depuis que le président Kais Saied a décidé dimanche de limoger le Premier ministre et de geler le Parlement pendant 30 jours, ce qui a conduit les principaux partis à l’accuser de coup d’État.

M. Saied n’a pas encore pris les mesures que les critiques jugent nécessaires pour rassurer les Tunisiens, notamment la nomination d’un premier ministre intérimaire et une feuille de route pour mettre fin aux mesures d’urgence.

« Je connais très bien les textes constitutionnels, je les respecte et les ai enseignés et après tout ce temps, je ne me transformerai pas en dictateur comme certains l’ont dit », a déclaré l’ancien professeur de droit cité par la présidence.

Les inquiétudes concernant les droits et libertés en Tunisie, une démocratie depuis la révolution de 2011, se sont accrues vendredi après l’arrestation du parlementaire et blogueur influent Yassin Ayari et l’annonce d’enquêtes sur des violences présumées commises par des personnes protestant contre les actions de Saied lors d’une manifestation lundi.

La justice militaire a déclaré qu’Ayari avait été emprisonné en vertu d’une décision judiciaire rendue il y a trois ans pour avoir diffamé l’armée. Dimanche, Saied a levé l’immunité des membres du Parlement, ce qui rendait vulnérables à l’arrestation tous ceux qui étaient poursuivis.

Un autre membre du parlement, Maher Zid, du parti conservateur Muslim Karama, a été placé en détention tard vendredi, selon son avocat, après avoir été condamné à deux ans de prison en 2018 pour avoir offensé des personnes sur les médias sociaux et insulté le président de l’époque.

Lundi, le plus grand parti au Parlement, le parti islamiste modéré Ennahda, a organisé un sit-in devant le Parlement après que celui-ci a été encerclé par l’armée. Des centaines de partisans d’Ennahda et de Saied se sont affrontés, certains lançant des pierres ou des bouteilles.

Le pouvoir judiciaire a déclaré avoir ouvert des enquêtes sur quatre personnes liées à Ennahda pour « tentative d’actes de violence » lors de la manifestation, dont un membre du conseil du parti et deux membres ayant des liens avec son dirigeant.

La décision de Saied de prendre le contrôle de l’exécutif semble bénéficier d’un large soutien populaire en Tunisie, où des années de mauvaise gouvernance, de corruption, de paralysie politique et de stagnation économique ont été aggravées cette année par une flambée meurtrière de cas de COVID-19.

Les Etats-Unis ont livré vendredi 1 million de doses du vaccin Moderna à la Tunisie par le biais du programme Covax, a indiqué l’ambassade des Etats-Unis à Tunis.

Malgré la crise politique, il n’y a pas eu de signes d’agitation en Tunisie depuis la manifestation devant le parlement lundi.

Washington a été un fervent défenseur de la démocratie tunisienne depuis la révolution. lire la suite

« Nous exhortons le président Saied à fournir une feuille de route claire et à lever rapidement les mesures d’urgence et à débloquer le Parlement », a déclaré vendredi Jalina Porter, porte-parole du département d’État.

Etiquettes : Tunisie, Kaïs Saïed, Ennahdha, #Tunisie