Situation en Tunisie : Que peuvent faire les pays voisins ?

Quelques jours après les événements politiques survenus en Tunisie, la situation dans ce pays demeure préoccupante et ne laisse pas indifférents la communauté internationale.

Les pays limitrophes de la Tunisie sont certainement davantage préoccupés et suivent attentivement ce qui se passe dans ce pays. La visite effectuée par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, avant-hier, est le signe que l’Algérie suit de très près ce qui se passe dans ce pays voisin. Le président du Conseil présidentiel

libyen, Mohamed Younes El-Menfi, qui a entamé hier une visite officielle de deux jours en Algérie, pourrait certainement attester de l’attention qu’accorde cet autre pays voisin de la Tunisie aux développements politiques que connait ce pays . C’est dans l’ordre naturel des choses puisque et l’Algérie et la Libye sont deux pays frontaliers de la Tunisie. Depuis l’annonce par le Président tunisien, Kaïs Saïed, de la suspension du Parlement tout en démettant le Premier ministre, Hichem Al Machichi, tous les regards sont braqués sur la Tunisie. Le Président, Abdelmadjid Tebboune, a reçu, lundi dernier, soit vingt-quatre heures après le début des événements en Tunisie, un appel téléphonique de son homologue tunisien, Kaïs Saïed, durant lequel a été évoquée la situation en Tunisie, a indiqué un communiqué de la présidence de la République. « Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, hier, un appel téléphonique de sonfrère Kaïs Saïed, président de la République tunisienne, au cours duquel ont été évoqués les développements de la situation en Tunisie. Les deux Présiden ont abordé également les perspectives des relations algéro-tunisiennes et les voies et moyens de leur consolidation », précise le même communiqué.

L’Algérie ne s’est pas contentée de cet appel téléphonique puisque le Président Tebboune a aussi dépêché son ministre des Affaires étrangères pour s’enquérir de la situation sur place. Ramtane Lamamra, a, été reçu par le Président tunisien Kaïs Saïed, au palais de Carthage, à qui il a remis un message du Président Tebboune. « L’audience a donné lieu à un échange de vues sur l’état des relations bilatérales et les perspectives de leur renforcement afin de permettre aux deux pays d’affronter de manière plus efficace les défis communs, y compris ceux relatifs à la pandémie du Covid-19 » a indiqué le communiqué du ministère des Affaires étrangères. L’audience a été, en outre, « le lieu d’aborder les questions régionales t internationales d’intérêt commun, notamment la situation au sein de la région du Maghreb, l’espace sahelo-saharien, ainsi qu’au sein du monde arabe ».

Lamamra a tenu une séance de travail avec son homologue tunisien, Othman Jerandi. Dans ses déclarations au sortir de cette audience Lamamra s’est contenté de formules diplomatiques en évitant de parler de la situation politique en Tunisie. Si publiquement Lamamra s’est montré réservé, il en est certainement autrement lors de l’audience puisqu’il est évident que le Président tunisien a évoqué devant so hôte les développements politiques dans son pays. Pour l’heure l’Algérie, qui fait de la noningérence dans les affaires intérieures des pays un credo, n’a pas réagi publiquement. Mais certains observateurs soutiennent que c’est suite à cet entretien que le Président tunisien a fait marche arrière sur certaines décisions pourtant annoncés. D’autres analystes croient que l’Algérie va jouer les bons offices entre les différents protagonistes de cette crise politique qui secoue la Tunisie.

Par : KAMEL HAMED

Le Midi Libre, 31/07/2021

Etiquettes : Tunisie, Algérie, crise politique, #Tunisie #Algérie