Maroc-Espagne: Cette poudrière appelée Ceuta

Cette poudrière appelée Ceuta
JUAN TORTOSA

– « Non aux cordons sanitaires, mais pas de oui non plus aux cordons sanitaires mis en place par Vox pour mettre en danger la coexistence de Ceuta, pour mettre le feu à Ceuta et diviser les Ceutiens. Dans la bouche de Juan Jesús Vivas, président de la Ville autonome de Ceuta pour le Parti populaire, ces mots acquièrent une grande importance.

Que Ceuta ait promu la déclaration de « persona non grata » au leader d’extrême droite Santiago Abascal est une décision d’une grande importance car, pour que la motion aille de l’avant, il fallait que le Parti populaire ne vote pas contre. Et ne l’a pas fait. Ses conseillers, conduits par le maire-président, se sont abstenus. Et le polémique Abascal a été répudié dans l’une des enclaves politiques les plus chaudes de ce pays.

Ils y sont parvenus en ajoutant sept voix du PSOE , deux du Parti pour la dignité et la citoyenneté , qui était la formation à partir de laquelle l’initiative est partie, et une du représentant d’un parti local appelé « Caballas » . Dix sur un total de vingt-cinq qui, avec les neuf abstentions du PP, ont permis d’adresser un message très clair aux représentants de Vox au sein de la corporation de la Ville autonome, conseillers qui vont toujours chevaucher la poule en toute séance plénière : ce que nous avons accompli, assez de bêtises!

Abascal et les gens de son parti franchissent la ligne depuis trop longtemps, mais à Ceuta, ils ont franchi toutes les lignes lorsque le chef en personne y est apparu le 24 mai, dévêtu, dans un style légionnaire ringard, et s’est permis d’affirmer que « à l’Assemblée à Ceuta il y a des partis de cinquième colonne de Mohamed VI ». Celui-ci, quelques jours seulement après que le Maroc, furieux que le leader du Front Polisario soit soigné dans un hôpital de La Rioja, décide de « faciliter » l’entrée à Ceuta de plusieurs milliers de jeunes Marocains.

Pour le président de Ceutí qui, rappelons-le, appartient au Parti populaire , les propos d’Abascal étaient « d’une gravité énorme, bien plus graves, a-t-il dit, que les déclarations politiques qui peuvent être faites de reproche ou de censure envers une certaine personne ». Après tout, le déclarer « persona non grata » est une résolution politique qui n’a aucun effet juridique.

Ce qu’Abascal a fait, c’est « offenser, Vivas a répété ces jours-ci sans cacher sa colère, mettant notre coexistence en danger et alimentant la discorde » . La complexité sociale d’un lieu aussi spécial que Ceuta est mal comprise en dehors de là. Musulmans, juifs, hindous et chrétiens forment une société labyrinthique qui demande un tact exquis dans la gestion de la coexistence quotidienne. Parmi ses quatre-vingt-cinq mille habitants, il y a d’une part un grand pourcentage de militaires et de fonctionnaires et, d’autre part, plus de 40 mille sont des musulmans avec une carte d’identité espagnole. Quant à quelqu’un qui n’a aucune idée de cette réalité d’apparaître là pour secouer le poulailler.

« Je suis le représentant de tout Ceuta, y compris ceux qui ont voté pour le parti Vox, a répété Vivas ces derniers jours sans prendre la peine de cacher sa colère. Abascal a eu l’occasion de me rendre visite lorsqu’il est venu ici et d’avoir mon avis, et oui je lui aurait dit que Ceuta n’est pas pour les incendies ».

Il a fallu un certain temps aux dirigeants madrilènes du Parti populaire pour comprendre que ce qu’avaient fait le président Juan Jesús Vivas et ses huit collègues du monde des affaires, contribuant par leur abstention à déclarer Santiago Abascal « persona non grata » , était pertinent. Vivas dirige la ville depuis vingt ans et c’est un homme de droite, oui, mais là, comme à Melilla, les codes politiques ne fonctionnent pas comme dans la péninsule. C’est pourquoi il n’a pas hésité à faire part de sa volonté de démissionner, et celle de plusieurs des siens, s’il était contraint de reculer. Si vous pensez que vous êtes si intelligent, il a dû le leur dire, venez ici et combattez-vous. Et, bien sûr, Pablo Casadoil fut choqué lorsqu’il réalisa l’impasse presque sans issue dans laquelle il s’était retrouvé et commença à deviner les dimensions que le brun pourrait acquérir s’il ne fermait pas l’affaire bientôt.

Alors tout le monde a commencé à ravaler ses mots et à reculer. Les premiers ceux de Vox , lâches comme toujours, qui menaçaient de rompre les relations avec le PP et ont fini par se limiter à  » prendre note » ; puis ils ont menacé de déposer un recours pour forcer un nouveau vote à révoquer la déclaration de « persona non grata » ou forcer le PP à s’abstenir une seconde fois, mais pour l’instant la question est reportée à septembre.

Au siège à Gênes, les petits choux du dôme, motus et bouche cousue sur la question et changement de langage. Quoi qu’il en soit, ce serait bien s’ils profitaient des vacances pour étudier un peu la géographie et l’histoire espagnoles.

Quand un fasciste fait irruption dans un endroit comme Ceuta avec une boîte d’allumettes dans une main et une cruche d’essence dans l’autre, vous ne pouvez pas perdre votre temps à régler des cornemuses. Si Ceuta a donné un carton rouge à Abascal… peut-être que le PP de la Ville autonome a donné un carton jaune à Pablo Casado.

Público, 31/07/2021

Etiquettes : Espagne, Ceuta, Maroc, migration,