Espionnage : Le Monde fustige le silence de la France

Le quotidien français Le Monde a vivement fustigé, jeudi dernier, le silence et l’absence d’une réaction de la part des autorités françaises à l’encontre du Maroc qui a mis sous surveillance des personnalités politiques et journalistes français, s’interrogeant sur les véritables raisons derrière cette attitude.

Le journal Le Monde fait partie des dix sept médias qui avec le consortium Forbidden Stories ont révélé récemment au grand jour le projet Pegasus qui a été utilisé pour mettre sous écoute des milliers de personnalités politiques et journalistes à travers le monde.

«Plus d’une semaine après la révélation par dix sept rédactions internationales, dont Le Monde, et Amnesty International du ciblage par le royaume chérifien des téléphones du chef de l’Etat et de certains de ses ministres, l’exécutif français se mure dans le silence, ou presque», s’est indigné d’emblée le journal dans son éditorial, faisant observer que les faits sont qualifiés pourtant de graves en interne.

«Si les faits sont avérés, ils sont très graves, répète-t-on inlassablement à l’Elysée», rapporte le journal. Il souligne à ce sujet qu’en coulisses, l’affaire est prise au sérieux, «au point de contraindre l’exécutif à revoir certaines de ses méthodes de travail». «Emmanuel Macron a ainsi changé de téléphone portable et des téléphones sécurisés Android ont été distribués ces derniers jours à la plupart des membres du gouvernement pour remplacer leurs appareils professionnels», relève le Monde.

Le média français note que le silence des autorités françaises est édifiant notamment à l’endroit du Maroc. «Si l’entretien téléphonique d’Emmanuel Macron avec le Premier ministre de l’entité sioniste, Naftali Bennett, a été confirmé de source officielle, l’Elysée se refuse à tout commentaire en ce qui concerne un échange avec les autorités marocaines», indique-t-il.

Selon le Monde, les arguments de certains cercles qui mettent en avant la prudence en minimisant les faits ne tiennent pas la route. Pour Le Monde, le silence du gouvernement français est désormais davantage inquiétant, car les vacances gouvernementales et parlementaires sont pour bientôt.

Regrettant l’absence d’informations sur le fait que si les téléphones du président et des ministres ont été effectivement infectés, le journal a indiqué que l’Agence nationale de la sécurité et des systèmes d’information et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour qui les portables ont été confiés, a mis d’ores et déjà beaucoup de temps.

«Le temps d’extraction et d’analyse des données d’un téléphone n’excède pas en théorie quelques heures, tout au plus», a-t-il noté.

Etiquettes : Le Monde, Maroc, France, Espionnage, Pegasus, NSO Group, #France #Maroc #Espionnage #Pegasus