El Hammouchi ou l’ami de la France qu’il n’hésite pas à espionner

Le quotidien Le Monde poursuit ses révélations et publications sur le dévoiement de Pegasus, un puissant logiciel espion israélien utilisé par les services de renseignement de certains pays, dont le Maroc.

Ce vendredi, le journal français a consacré un article à Abdellatif, patron de la police et du renseignement intérieur du makhzen. Intitulé « Abdellatif Hammouchi, homme le mieux informé du Maroc et grand ami de la France », l’article en question revient sur l’ascension de cet homme adoubé par Mohammed VI en personne.

Celui que le journaliste et opposant Ali Lmrabet qualifie de « l’homme qui terrorise tout monde au Maroc » était pourtant inconnu du grand public. Grâce à son monarque, le quinquagénaire est devenu ce qu’il est actuellement : « l’incarnation de la dérive du royaume».

« Car, aujourd’hui, Abdellatif Hammouchi chapeaute une institution accusée d’avoir espionné ou tenté d’espionner des milliers de personnes, comme Ali Lmrabet, réfugié en Espagne, et ciblé par le logiciel espion israélien Pegasus en mars 2019 pour le compte de Rabat. Et comme une longue liste de victimes en France, où les numéros de téléphone d’Emmanuel Macron et de quinze ministres ont été sélectionnés en vue d’un possible ciblage ; ainsi que les numéros d’au moins 40 journalistes marocains, français, algériens sélectionnés ou ciblés », souligne Le Monde.

Patron de la DST (direction de la surveillance) – baptisée depuis DGST (direction générale de la surveillance du territoire) – depuis 2005, cet ancien simple fonctionnaire du ministère marocain de l’Intérieur est connu pour utiliser une méthode bien graveleuse, voire salace, pour terroriser les journalistes et les opposants.

Pour les enfoncer, Abdellatif Hammouchi fabrique de toute pièce à leur encontre des accusations de viol, d’adultère ou encore de relations sexuelles hors mariage. Ces dernières sont toujours passibles de prison au Maroc.

Les exemples les plus illustratifs sont ceux de Taoufik Bouachrine, directeur du journal Akhbar Al-Yaoum, qui purge une peine de quinze ans de prison pour viol (son numéro de téléphone a été entré comme cible potentielle dans le logiciel espion de NSO Group), de Omar Radi, condamné à six ans de prison pour « viol » et « atteinte à la sécurité de l’Etat », et Soulaimane Raissouni, condamné à cinq ans pour « agression sexuelle ».

Suscitant la crainte au Maroc, ce sbire de Mohammed VI cultive par ailleurs des amitiés avec les responsables des services occidentaux. Une donne qui lui a donné la certitude que tout était permis. Quitte à espionner son propre roi et ses amis ?

« Il ne fait rien sans l’aval du roi », nuance Omar Brousky, ancien correspondant de l’AFP à Rabat, ciblé par le mouchard de NSO Group.

« L’homme est puissant, mais il doit informer le roi de toutes les décisions qu’il prend. Aucune décision stratégique ne peut être prise sans accord royal », ajoute-il.

En France, Abdellatif Hammouchi est présenté comme un ami. Pas surprenant donc que Paris affiche publiquement sa faiblesse face au Maroc en se murant dans un silence inexplicable.

Après la tension née entre les deux pays après sa convocation par la justice française en 2014, c’est tout dispositif de l’arsenal juridique qui a été modifié.

Depuis, les plaintes déposées en France contre les maillons forts du makhzen sont « prioritairement » renvoyées vers Rabat ou tout simplement classées sans suite. « C’est littéralement du foutage de gueule et du jamais-vu. Sachant que les magistrats eux-mêmes ont, en général, décidé de ne pas l’appliquer étant donné la façon dont il a été rédigé », estime l’avocat Joseph Breham.

Abdellatif Hammouchi, quant à lui, a été élevé officier de l’ordre national français de la Légion d’honneur en 2015.

« La France avait déjà eu l’occasion de distinguer monsieur Hammouchi en 2011 en lui attribuant le titre de Chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur. Elle saura prochainement lui témoigner à nouveau son estime en lui remettant cette fois les insignes d’Officier », écrivait TV5 Monde sur son site internet au mois de février de la même année.

Si la France tente coûte que coûte d’éviter la polémique avec le Maroc et Israël, les Etats-Unis commencent à réagir. Selon Axios et le Washington Post, « la Maison Blanche a fait part de ses préoccupations aux responsables israéliens à la suite de révélations selon lesquelles un logiciel espion produit par la société israélienne NSO Group a été utilisé pour surveiller secrètement des journalistes, des militants des droits de l’Homme et des personnalités de l’opposition dans de nombreux pays à travers le monde ».

Djaouad Amine

La Patrie News, 30/07/2021

Etiquettes : Maroc, France, Espionnage, Pegasus, Emmanuel Macron, Abdellatif El Hammouchi, #Maroc #France #Pegasus #Espionnage #Macron