Données sur les pédophiles des Témoins de Jéhovah

Dans la base de données secrète sur les pédophiles des Témoins de Jéhovah

Le documentaire de Vice TV « Crusaders » examine une base de données secrète contenant des milliers de délinquants sexuels de Témoins de Jéhovah, constituée par la Watch Tower Bible and Tract Society.

NDLR : Pourquoi toutes les grandes organisations ecclésiastiques ont-elles un tel problème de pédophilie – et pourquoi se sont-elles systématiquement efforcées de le dissimuler ?

Des années après la découverte de l’Église catholique, qui a systématiquement hébergé et protégé des abuseurs sexuels d’enfants tout en punissant les victimes qui demandaient justice pour leurs horribles épreuves, un nouveau long métrage documentaire de Vice TV s’attaque aux Témoins de Jéhovah.

Le film d’Aaron Kaufman, Crusaders, sorti dans le cadre de la série de non-fiction « Vice Versa » de Vice TV, viscère la foi des Témoins de Jéhovah dans laquelle il a été élevé, offrant une plateforme publique aux anciens membres pour qu’ils s’expriment sur le fléau de la pédophilie au sein de l’église, et sur les anciens qui s’engagent à garder le secret.

Diffusé en avant-première sur Vice TV le 28 juillet, Crusaders s’appuie sur l’article publié en 2019 par Douglas Quenqua dans Atlantic sur une base de données secrète contenant des milliers de délinquants pédosexuels Témoins de Jéhovah, constituée et dissimulée aux yeux des curieux par la Watch Tower Bible and Tract Society, l’organisation à but non lucratif qui dirige l’église. Cette liste accablante d’agresseurs a été créée le 14 mars 1997, lorsque – en réponse à des plaintes antérieures de dénonciateurs – un questionnaire a été envoyé aux 10 000 congrégations du pays pour demander aux membres s’ils soupçonnaient un collègue Témoin d’être un prédateur pédophile. L’église a reçu des informations sur de nombreux monstres en son sein, bien que le nombre exact de noms reste inconnu.

L’identité de la plupart de ces personnes est également un mystère, mais pas de toutes. En effet, comme le révèle Crusaders, deux anciens Témoins de Jéhovah (qui, dans le film de Kaufman, se font appeler « Judas » et « Jézabel ») se sont introduits dans un siège local du Massachusetts et ont volé certains de ces dossiers compromettants. De plus, ils ont divulgué un document sur Reddit, puis en ont envoyé de nombreux autres à un ancien militant des Témoins de Jéhovah nommé Mark O’Donnell (qui opérait en ligne sous le pseudonyme de « John Redwood »). C’est ainsi qu’est né l’article de Quenqua, qui a fait la une des journaux nationaux et a braqué un projecteur national accusateur sur les Témoins de Jéhovah, qui n’ont pas apprécié d’être présentés comme une organisation qui, en principe, condamne les abuseurs d’enfants, mais qui, en pratique, s’assure de garder leurs crimes secrets, de peur que la foi ne soit considérée comme un refuge pour le pire du pire.

Crusaders s’efforce de dénigrer les Témoins de Jéhovah, ce qui implique également d’examiner les systèmes de croyance et les mécanismes de contrôle utilisés par la religion pour manipuler et dominer ses adeptes. L’idée maîtresse des Témoins de Jéhovah est que l’Armageddon est imminent et que la seule façon d’être sauvé d’une mort terrible à la fin des temps est de se conformer à leurs principes, qui sont dispensés par le Watch Tower Governing Body – un conseil de direction composé d’anciens de sexe masculin qui font office de représentants de Dieu sur terre. En suivant la ligne qu’ils ont établie, les Témoins se verront accorder l’accès au Nouveau Système, un paradis post-apocalyptique où ils pourront commencer leur vraie vie, par opposition à leurs existences actuelles dans le Nouveau Système. Si vous suivez les règles, vous êtes en or ; si vous désobéissez – ou même si vous les remettez en question – vous risquez l’excommunication de vos amis, de votre famille et de la seule communauté que vous ayez jamais connue.

À intervalles réguliers, le documentaire de Kaufman propose des fiches blanches à l’écran définissant les termes clés des Témoins de Jéhovah, tels que « disfellowshipped » (expulsion pour insubordination), « PIMO » (abréviation de « physical in, mentally out ») et « Two Witness Rule » (règle des deux témoins). (abréviation de « physical in, mentally out ») et la « règle des deux témoins », un décret scripturaire qui stipule qu’aucun témoin de Jéhovah ne peut être officiellement accusé d’avoir commis un péché sans deux témoignages corroborants. Cette dernière stipulation revêt une importance particulière, car elle réduit à néant les accusations d’agression sexuelle, qui se produisent très rarement en présence d’autres personnes. Crusaders met en lumière cette pratique monstrueuse à travers des vidéos officielles de Témoins de Jéhovah montrant des anciens prêchant cette doctrine comme quelque chose de sacré – leur fermeté autoritaire et arrogante sur cette question sentant l’auto-préservation transparente, voire la déviance pure et simple – ainsi qu’à travers les témoignages d’un certain nombre d’anciens Témoins de Jéhovah qui ont été molestés par leurs camarades croyants.

Dans les histoires de Mark et Kimmy O’Donnell (cette dernière a été terrorisée pendant des années par sa mère, qui n’a subi aucune répercussion pour les délits qu’elle a signalés et qui est toujours en contact avec des enfants), Kameron Torres, Asher, Judas et d’autres ex-Témoins de Jéhovah, Crusaders fournit des récits déchirants de première main d’épreuves d’abus sexuels. Dans presque tous ces cas, la pression pour se conformer et garder le silence était exigée non seulement par les responsables de l’église, mais aussi par les parents, les grands-parents, les amis et les collègues, tous tellement convaincus de leur droiture qu’ils croyaient que le fait de couper les liens avec leurs proches était en fait un geste de miséricorde destiné à garantir leur salut éventuel. C’est le cas de Barbara Anderson, Témoin de Jéhovah pendant 43 ans jusqu’à ce qu’elle rompe avec l’organisation après avoir appris qu’elle avait l’habitude d’abriter des pédophiles – une décision qui lui a coûté sa relation avec son fils.

Le réalisateur Kaufman complète avec assurance ses interviews déchirantes par des titres de journaux, des documents et de la littérature des Témoins de Jéhovah, ainsi que par des vidéos éclairantes d’anciens prêchant devant la caméra et enregistrés subrepticement par Kameron (au cours desquelles un gros bonnet déclare, à propos des sévices subis par Kameron et ses propres fils : « Vous apprenez juste à vivre avec et à mettre cela derrière vous. Essayez de ne pas en parler, essayez de ne pas y penser »). Si certaines de ses reconstitutions dramatiques peuvent être maladroites et guindées – qu’il s’agisse de séquences mises en scène de Judas et Jezebel pénétrant par effraction dans leur QG local pour voler des documents de base de données, ou de plans de remplissage de Mark O’Donnell tapant sur son ordinateur – son approche globale est directe et clairvoyante, expliquant les méthodes astucieuses employées par les Témoins de Jéhovah pour exercer et maintenir leur autorité sur leurs adeptes.

Le principal portrait qui se dessine est celui d’une secte très structurée et extrêmement dangereuse. Il n’y a guère de différence entre les Témoins de Jéhovah et la Scientologie – ou, d’ailleurs, Heaven’s Gate. Cette secte, qui prêche la fin du monde et qui est la seule à posséder les connaissances nécessaires pour échapper à la mort et à la damnation, exigeait également de ses membres qu’ils se distancient des non-croyants, qu’ils fassent exactement ce que les dirigeants leur disaient et qu’ils fassent tout pour prouver leur loyauté. Dans le cas des Témoins de Jéhovah, le prix payé par beaucoup pour avoir adhéré à ce dogme religieux extrême a été des années d’abus sexuels, et des sentiments de honte et d’impuissance nés du fait de ne rien pouvoir y faire. À cet égard, Crusaders n’est pas seulement un exposé, c’est aussi un vibrant appel aux armes.

Actu Intel, 28/07/2021

Etiquettes : Témoins de Jehova, pédophlie, pédocriminalité, église, #Pédophilie