Navire lié à Eyal Ofer attaqué au large d’Oman, 2 morts

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) – L’attaque d’un pétrolier lié à un milliardaire israélien a tué deux membres d’équipage au large d’Oman, dans la mer d’Oman, ont indiqué les autorités vendredi, marquant les premiers décès après des années d’attaques visant la navigation dans la région.

Personne n’a immédiatement revendiqué la responsabilité du raid de jeudi soir sur le pétrolier Mercer Street, battant pavillon libérien. Cependant, un responsable américain a déclaré qu’il semble qu’un drone suicide ait été utilisé dans l’attaque, ce qui soulève la possibilité qu’un gouvernement ou une milice en soit à l’origine.

La marine américaine s’est précipitée sur les lieux après l’attaque et escorte le pétrolier vers un port sûr, a déclaré vendredi une société de gestion de navires basée à Londres.

L’assaut a représenté la pire violence maritime connue à ce jour dans les attaques régionales contre le transport maritime depuis 2019. Les États-Unis, Israël et d’autres ont imputé les attaques à l’Iran dans un contexte de détricotage de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales. L’Iran semble maintenant déjà prêt à adopter une approche encore plus dure avec l’Occident alors que le pays se prépare à inaugurer un protégé de la ligne dure du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, comme président la semaine prochaine.

L’attaque de jeudi soir a visé le pétrolier juste au nord-est de l’île omanaise de Masirah, à plus de 300 kilomètres (185 miles) au sud-est de la capitale d’Oman, Muscat.

La société londonienne Zodiac Maritime, qui fait partie du groupe Zodiac du milliardaire israélien Eyal Ofer, a déclaré que l’attaque avait tué deux membres d’équipage, l’un originaire du Royaume-Uni et l’autre de Roumanie. Elle ne les a pas nommés et n’a pas décrit ce qui s’est passé lors de l’assaut. Elle a déclaré qu’elle pensait qu’aucun autre membre d’équipage à bord n’avait été blessé.

« Au moment de l’incident, le navire se trouvait dans le nord de l’océan Indien et se rendait de Dar es Salaam à Fujairah sans aucune cargaison à bord », indique le communiqué de Zodiac Maritime, qui cite des ports situés respectivement en Tanzanie et aux Émirats arabes unis.

Les données de suivi par satellite de MarineTraffic.com montrent que le navire s’est trouvé à proximité de l’endroit où, selon les autorités britanniques, l’attaque a eu lieu. Toutefois, le dernier signal envoyé par le navire l’a été tôt vendredi matin.

Zodiac Maritime a décrit les propriétaires du Mercer Street comme étant japonais, sans les nommer. L’autorité maritime Lloyd’s List a identifié le propriétaire ultime du navire comme étant Taihei Kaiun Co, qui appartient au groupe Nippon Yusen basé à Tokyo.

Vendredi dernier, Zodiac Maritime a déclaré que le pétrolier naviguait sous le contrôle de son équipage « vers un lieu sûr avec une escorte navale américaine ». La société n’a pas donné de détails. La 5e flotte de la marine américaine, qui patrouille au Moyen-Orient, n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les opérations commerciales maritimes de l’armée britannique ont déclaré qu’une enquête était en cours sur l’attaque et que les forces de la coalition y participaient.

Un responsable américain, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter de l’enquête en cours, a déclaré à l’Associated Press que l’attaque semblait avoir été menée par un drone « à sens unique » et que d’autres drones y avaient pris part. Le responsable a déclaré que l’on ne savait pas immédiatement qui avait lancé l’attaque et a refusé de donner plus de détails.

La remarque du responsable est intervenue après qu’un rapport antérieur de la société privée de renseignement maritime Dryad Global ait fait état d’une observation de drone impliquant le navire avant l’attaque. L’Iran et les rebelles Houthi du Yémen, soutenus par Téhéran, ont déjà utilisé des drones suicide dans le passé, des avions sans pilote chargés d’explosifs qui explosent à l’impact avec une cible.

Les responsables omanais n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. Le sultanat est situé à l’extrémité orientale de la péninsule arabique, le long de routes maritimes vitales pour le transport de marchandises et d’énergie par le détroit d’Ormuz, l’étroite embouchure du golfe Persique.

Les responsables israéliens n’ont pas reconnu l’attaque. D’autres navires liés à Israël ont également été pris pour cible ces derniers mois, dans le cadre d’une guerre de l’ombre entre les deux nations, les responsables israéliens accusant la République islamique d’être responsable de ces attaques.

Entre-temps, Israël a été soupçonné dans une série d’attaques majeures visant le programme nucléaire iranien. L’Iran a également vu son plus grand navire de guerre couler récemment dans des circonstances mystérieuses dans le golfe d’Oman voisin.

L’attaque de jeudi intervient dans un contexte de tensions accrues autour de l’accord nucléaire iranien et alors que les négociations sur le rétablissement de cet accord sont au point mort à Vienne. La série d’attaques de navires soupçonnées d’avoir été menées par l’Iran a commencé un an après que le président de l’époque, Donald Trump, a retiré unilatéralement l’Amérique de l’accord en 2018.

Les médias iraniens ont cité des rapports de la presse étrangère sur l’attaque de jeudi, mais n’ont rien offert de plus. L’attaque est survenue la nuit après que le secrétaire d’État américain Antony Blinken, s’exprimant depuis le Koweït, a averti l’Iran que les discussions à Vienne sur l’accord nucléaire « ne peuvent pas se poursuivre indéfiniment. »

C’est la deuxième fois ce mois-ci qu’un navire lié à Ofer est apparemment visé. Début juillet, le porte-conteneurs CSAV Tyndall, battant pavillon libérien et lié à Zodiac Maritime, a subi une explosion inexpliquée à bord alors qu’il se trouvait dans le nord de l’océan Indien, selon l’administration maritime américaine.

Etiquettes : Mercer Street, pétrolier, Eyal Ofer, # MercerStreet, #pétrolier, #EyalOfer,