Economie européenne: croissance de 2 %, fin de la récession

L’économie européenne progresse de 2 %, mettant fin à une récession à double creux

FRANCFORT, Allemagne (AP) – L’Europe est sortie d’une récession à double creux au deuxième trimestre avec une croissance plus forte que prévu de 2,0% par rapport au trimestre précédent, selon les chiffres officiels publiés vendredi, alors que les restrictions liées à la pandémie se sont atténuées, que les consommateurs ont commencé à dépenser l’épargne accumulée et que les grandes entreprises ont affiché de meilleurs résultats.

Toutefois, l’économie des 19 pays qui utilisent la monnaie commune de l’euro est restée en deçà des niveaux antérieurs à la pandémie et a été inférieure aux reprises plus rapides enregistrées aux États-Unis et en Chine, la variante hautement transmissible du virus delta ayant jeté une ombre d’incertitude sur la reprise.

Le chiffre de la croissance pour le trimestre avril-juin annoncé par l’agence statistique de l’Union européenne Eurostat est à comparer à une baisse de 0,3 % au premier trimestre 2021, les pays de la zone euro ayant subi une récession à double creux après un rebond à la mi-2020. Le chiffre de la croissance du deuxième trimestre a été plus fort que les 1,5 % prévus par les analystes du marché.

Une grande partie de l’amélioration provient des pays d’Europe du Sud qui avaient été durement touchés par d’importantes épidémies de COVID-19 et une perte de revenus touristiques.

L’Italie, qui a subi 128 000 décès dus à la pandémie et une profonde récession, a été une surprise positive majeure au dernier trimestre, avec une croissance de 2,7 % grâce à la reprise des dépenses de consommation. Le Portugal a connu un boom avec une croissance de 4,9 %. Parallèlement, la croissance est revenue en Allemagne, la plus grande économie de l’UE, qui a vu sa production augmenter de 1,5 % après une forte baisse de 2,1 % au premier trimestre.

Les constructeurs automobiles allemands, en particulier, ont enregistré de solides bénéfices malgré une pénurie de composants de semi-conducteurs, alors que les marchés mondiaux de l’automobile se redressent, notamment pour les véhicules haut de gamme vendus par Mercedes-Benz et par les marques de luxe Audi et Porsche de Volkswagen.

Autre signe de reprise de l’activité, le constructeur aéronautique européen Airbus a relevé cette semaine ses prévisions de livraisons pour cette année.

Toutefois, sur le long terme, la reprise de la zone euro est inférieure à celle des États-Unis, où l’économie a dépassé son niveau pré-pandémique au cours du deuxième trimestre de 2021, avec une croissance de 1,6 % par rapport au trimestre précédent.

Les chiffres de vendredi laissent la zone euro 3% plus petite qu’avant l’apparition du virus, selon Capital Economics. La Chine, qui a été la première touchée par l’épidémie de coronavirus, a été la seule grande économie mondiale à poursuivre sa croissance pendant l’année pandémique de 2020.

La meilleure performance de l’Europe du Sud pourrait être le résultat de l’augmentation des dépenses des ménages suite à l’assouplissement des restrictions, a déclaré Andrew Kenningham, économiste en chef pour l’Europe chez Capital Economics.

L’Espagne, avec une croissance de 2,8 % et des dépenses de consommation en hausse de 6,6 %, a illustré le rebond, tout en soulignant le chemin qu’il reste à parcourir. Le produit intérieur brut y reste inférieur de 6,8 % à ce qu’il était avant la pandémie.

La lenteur du déploiement de la vaccination a freiné l’économie européenne au cours des premiers mois de l’année. Mais l’Europe a fait des progrès constants depuis, dépassant ces derniers jours les États-Unis pour le nombre total de vaccinations ajusté à la population.

Néanmoins, la propagation de la variante delta, hautement contagieuse, a conduit à des prévisions selon lesquelles elle pourrait ralentir, mais pas faire dérailler, la reprise économique de l’Europe. Les voyages et le tourisme se redressent mais restent modérés.

« Étant donné sa dépendance à l’égard du tourisme, l’économie espagnole semble particulièrement vulnérable à la variante delta qui oblige plusieurs régions du pays à imposer de nouvelles restrictions, tandis que les gouvernements étrangers découragent les voyages dans la péninsule ibérique », a déclaré Edoardo Campanella, économiste à la banque UniCredit à Milan.

D’autres chiffres publiés vendredi ont montré que le chômage dans la zone euro était de 7,7 % en juin, contre 8 % en mai. L’inflation a augmenté à 2,2 % en juillet, contre 1,9 % en juin.

L’économie de la zone euro a été soutenue par les importantes dépenses publiques consacrées à l’aide aux victimes de la pandémie, notamment les subventions accordées aux entreprises qui maintiennent les travailleurs licenciés sur le marché du travail.

La Banque centrale européenne apporte un soutien monétaire supplémentaire en maintenant les taux d’intérêt de référence à des niveaux historiquement bas et en achetant pour 1,85 billion d’euros (2,2 billions de dollars) d’obligations d’État et d’entreprises jusqu’en mars 2022 au moins. Cette mesure fait baisser les taux d’emprunt à plus long terme et contribue à maintenir le flux de crédit pour les entreprises et les gouvernements.

Etiquettes : Europe, Union Européenne, économie, zone euro, inflation #Europe #UE #Economie #Croissance #ZoneEuro