Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo acquité par la CPI

La Cour internationale abandonne le mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo

LA HAYE, Pays-Bas (AP) – La Cour pénale internationale a retiré son mandat d’arrêt contre l’épouse de l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, après l’acquittement de son mari accusé d’avoir participé aux violences meurtrières qui ont éclaté après l’élection présidentielle contestée de 2010 dans son pays.

Simone Gbagbo avait fait face à des accusations similaires en vertu d’un mandat d’arrêt émis par le tribunal mondial des crimes de guerre en 2012.

Son mari a été acquitté en 2019, à mi-parcours de son procès devant la CPI, de toute responsabilité pour des crimes, notamment des meurtres, des viols et des persécutions, lors des violences post-électorales en Côte d’Ivoire. Les juges ont déclaré que les procureurs n’avaient pas réussi à prouver leurs arguments. Les juges d’appel de la cour mondiale ont confirmé l’acquittement en mars, permettant à Gbagbo et au coaccusé Charles Ble Goude de rentrer chez eux.

Dans une décision écrite publiée confidentiellement le 19 juillet et rendue publique cette semaine, un panel de juges de la CPI a approuvé une demande des procureurs de retirer le mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo.

« La Chambre estime que les développements intervenus en première instance et en appel dans l’affaire de M. Gbagbo font apparaître que les éléments de preuve sur lesquels le mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo était fondé ne peuvent plus être considérés comme satisfaisant au seuil de preuve requis », ont écrit les juges.

En 2017, un tribunal ivoirien a déclaré Simone Gbagbo non coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour son rôle présumé dans les exactions commises après l’élection de 2010. Elle avait été reconnue coupable deux ans plus tôt de crimes contre l’État et condamnée à 20 ans de prison, mais a été libérée après avoir bénéficié d’une amnistie en 2018.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a rencontré mardi Laurent Gbagbo, qui est rentré chez lui le mois dernier, pour tenter d’apaiser les tensions politiques qui persistent dans la nation ouest-africaine depuis leur dernière rencontre il y a plus de dix ans.

Le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite aux élections de 2010 a entraîné des mois d’affrontements entre leurs partisans, qui ont fait plus de 3 000 morts. Ouattara a fini par l’emporter et est depuis lors le président de la Côte d’Ivoire.

Etiquettes : Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, Cour Pénale Internationale, CPI, #Cotedivoire #SimoneGbagbo #CPI