Affaire Pegasus : L’Algérie a-t-elle piégé le Maroc ?

Bien avant l’éclosion du scandale d’espionnage marocain à travers le logiciel israélien Pegasus, des officiels algériens en avaient parlé aux médias locaux, notamment le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Ammar Belhimer.

Lors d’une journée d’étude organisée le 8 février 2021 par l’armée algérienne sur «la cybercriminalité et ses répercussions sur la sécurité nationale et celle du citoyen», M. Belhimer a affirmé que l’Algérie est ciblée par des parties étrangères à travers une guerre électronique structurée, soulignant que la cybercriminalité est devenue une réalité inquiétante qui n’est pas une résultante du progrès technologique mais une dérive du mésusage de ces innovations techniques.

Quelques jours plus tard, le 15 février plus précisément, Belhimer apportait plus de détails dans une interview accordée au journal Echourouk dans laquelle « il a révélé, avec des chiffres et des indicateurs, les faits de guerre électronique contre l’institution, et les recherches militaires menées par l’entité sioniste dans les logiciels offensifs et ses applications civiles dans le cyberespace, qui sont vendus aux pays qui souhaitent espionner leurs citoyens ainsi que les pays en conflit, au premier rang desquels se trouve le Maroc ».

Belhimer a indiqué que « la recherche militaire menée par l’entité sioniste et ses applications civiles est le matériau qui alimente généreusement les entreprises opérant dans le cyberespace ». « L’ONS a mené l’attaque à l’aide d’un logiciel espion, appelé Pegasus, qui a été accessoirement utilisé contre des défenseurs des droits humains, des avocats, des chefs religieux, des journalistes et des travailleurs humanitaires », a-t-il ajouté.

« Le NSO a également accordé une licence d’utilisation de ce programme à des dizaines de gouvernements, en particulier des régimes qui ne jouissent pas d’une bonne réputation dans le domaine du respect des droits de l’homme, comme le Maroc», a-t-il signalé.

Les autorités algériennes étaient-elles au parfum du scandale qui allait exploser cinq mois après ? En tout cas, malgré les dimensions de leur espionnage dans le pays voisin de l’Est, les services secrets marocains n’ont pas prévu la démission du président Abdelaziz Bouteflika. Pire encore, des médias proches du palais, tels que Le360, ont fait le ridicule en annonçant la mort du président Tebboune et en parlant de coup d’Etat organisé par le général Saïd Changriha.

Etiquettes : Algérie, Maroc, Pegasus, espionnage, NSO Group, Israël, guerre cybernétique, cyberarmes,