Sahara Occidental : La MINURSO a été affamée à l’Est du mur

Les deux dernières militaires irlandais se retirent du Sahara occidental après 30 ans

Les forces de défense partent à un moment précaire pour la mission Minurso des Nations Unies

Les deux soldats irlandais qui ont atterri cette semaine à l’aérodrome de Casement dans l’ouest de Dublin avaient plus de raisons que la plupart d’accueillir la pluie.

Alors que l’ Irlande sortait d’une vague de chaleur d’une semaine, le commandant Ciarán McKeown et le capitaine Cillian McHugh revenaient du service de maintien de la paix des Nations Unies au Sahara occidental , un vaste pays désertique où les températures sont connues pour atteindre 45 degrés.

«Nous avons été transportés par avion dans le désert et ma réaction a été que ce n’est qu’un vaste, vaste, vaste morceau de terre. Il n’y a littéralement rien autour de vous. L’endroit le plus proche de moi était à 450 km », a déclaré le Capt McHugh.

“La pluie et la verdure irlandaises avaient l’air ravissantes alors que nous volions hier.”

La plupart des Irlandais ignorent que les Forces de défense contribuent à la mission Minurso de l’ONU au Sahara occidental depuis 30 ans.

Cela est dû en partie à la taille de la mission – il n’y a jamais eu plus de deux ou trois officiers irlandais dans le pays à un moment donné – et en partie à la relative stabilité du pays ; jusqu’à l’année dernière, le conflit qui a conduit à la création de la mission en 1991 était resté en sommeil.

Le Commandant McKeown et le Capitaine McHugh ont été les derniers soldats irlandais à contribuer à la mission. Cela est dû à ce que les Forces de défense en sous-effectif appellent « un besoin de consolider les opérations en cours », y compris les autres missions de maintien de la paix de l’Irlande au Moyen-Orient et en Afrique .

« L’Irlande reste attachée à ses engagements internationaux actuels et prévoit de réaffecter ces nominations au sein de ses autres déploiements existants », a-t-il déclaré.

Temps délicat

Le retrait irlandais intervient à un moment délicat pour la mission. En novembre dernier, le cessez-le-feu vieux de 30 ans a été rompu lorsqu’un côté, le Front Polisario qui contrôle le sud-est du pays, a commencé à tirer sur le territoire sous contrôle marocain.

Cela a laissé les 200 casques bleus de l’ONU dans une position précaire, en particulier les troupes situées dans la zone contrôlée par le Polisario, située à l’est du mur de sable de 2 700 km érigé par le Maroc pour endiguer les raids de la guérilla.

C’était la zone où le commandant McKeown, père de trois enfants de Cork, était affecté. La Minurso est une mission non armée, ce qui signifie que son contingent a dû s’appuyer sur les troupes du Polisario pour se protéger dans les « zones de bandits » du territoire, a-t-il déclaré.

Ils se sont également appuyés sur la bonne volonté du Polisario pour permettre le transport de fournitures vers et depuis leur base. Après la rupture du cessez-le-feu, cette bonne volonté se faisait rare, laissant les troupes dans une situation « imprévisible ».

« Ils ont limité les fournitures que nous pouvions obtenir. Nous ne pouvions les acheminer que par avion, donc c’est devenu une situation précaire sur le plan logistique », a-t-il déclaré. « Vous pourriez avoir un hélicoptère par mois ou vous pourriez en avoir deux. »

Cela signifiait parfois que les troupes de l’ONU n’avaient pas le carburant pour mener à bien leur fonction principale dans le pays, pour effectuer des patrouilles à longue distance pour s’assurer que les deux parties respectaient la trêve. Les patrouilles se déroulaient par voie aérienne et terrestre et pouvaient durer jusqu’à 10 heures.

Des pénuries alimentaires

Cela a aussi eu des conséquences plus immédiates. Les livraisons de nourriture sont devenues imprévisibles, ce qui signifie que le commandant McKeown et ses hommes ont été contraints de puiser dans leurs rations de combat de réserve.

Ils sont restés de longues périodes sans nourriture fraîche. Cela a duré jusqu’à récemment, lorsque les négociations avec le Polisario ont finalement porté fruit (et légumes). Le cmdt McKeown a déclaré qu’il avait une nouvelle appréciation des aliments non en conserve.

Malgré l’intensification de l’activité militaire, les troupes de l’ONU ne couraient pas de danger significatif, a-t-il déclaré. « Évidemment, si le Polisario voulait prendre des mesures contre nous, il le pourrait probablement, mais cela serait très préjudiciable à leur cause car les membres du site de l’équipe étaient multinationaux. »

La Minurso continuera sans implication irlandaise. Son objectif principal, superviser un référendum sur la question de l’indépendance du Sahara occidental vis-à-vis du Maroc, semble plus éloigné que jamais. Cependant, les Marocains semblent maintenir leur côté de la trêve, laissant espérer que le cessez-le-feu pourra être sauvé.

D’ici là, le Sahara occidental restera le seul pays africain encore inscrit sur la liste des « territoires non autonomes » de l’ONU.

Irish Times, 29/07/2021

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, MINURSO, ONU, Irlande,