Tunisie : La rue accueille avec indifférence la crise politique

Peu de signes de colère contre le coup d’État apparent, mais certains déplorent la menace qui pèse sur la fragile démocratie.

Au lendemain de l’arrêt de la démocratie tunisienne, les rues de la capitale étaient calmes, voire indifférentes, mardi, la présence de troupes de l’armée près d’une chaîne de télévision étant l’un des rares symboles d’une nouvelle et inquiétante normalité.

Les manifestants qui avaient fait rage dimanche avant que le président Kais Saied ne limoge le premier ministre du pays et ne suspende le parlement étaient absents des sites qui, quelques jours auparavant, avaient été des foyers fébriles de mécontentement. Au contraire, les passants semblaient vaquer à leurs occupations sans se soucier de la gravité du moment. Dans certains quartiers de Tunis, l’ambiance était presque à la fête.

Après le succès légendaire de la révolution tunisienne et la décennie de transition vers la démocratie, le porte-drapeau du printemps arabe semble épuisé et incertain. La lenteur du changement a usé nombre de ses citoyens, et le ralentissement mondial induit par la crise a conduit certains à préférer la certitude d’un pouvoir fort aux promesses d’un avenir meilleur faites par les dirigeants politiques.

Sur une place populaire, des étals improvisés se disputent l’espace avec les taxis et les mobylettes. Près d’un chariot empilé de figues de barbarie, Abderrazak Gasouma, 53 ans, dit soutenir la décision du président. « Les décisions sont correctes à 99%, je ne suis juste pas sûr des méthodes », a-t-il dit. « Elles auraient dû être plus démocratiques.

« Ils ont perdu la confiance des gens », a-t-il dit à propos du parlement. « Ils ont besoin de plus de jeunes. Moins de gens qui se battent. Le parlement est nécessaire. On ne peut pas avoir un pays sans parlement, mais il faut lui faire confiance. »

Plus loin dans la rue bondée, Firas Gallah, un étudiant de 24 ans, a suggéré que l’intervention, qui a été décrite par les élus comme un coup d’État, était attendue depuis longtemps. « Cela aurait dû être comme ça depuis 10 ans. Ces politiciens corrompus, ils ont pris l’argent et ils n’ont rien fait. Vous devez aller voir nos hôpitaux. Ils vous choqueront. Regardez nos hôpitaux, nos maisons, nos voitures. C’est faux. »

Il a ajouté : « La démocratie est bien, le problème c’est la démocratie tunisienne. Nous sommes tous bien. Nous voulons vivre ensemble, et nous le devons. Tu veux prier, je veux boire de la bière, et alors ? Chacun peut faire ce qu’il veut ».

Le premier ministre limogé, Hichem Mechichi, a déclaré mardi qu’il ne contesterait pas sa destitution, alors que Saied a resserré son emprise sur l’État nord-africain en imposant un couvre-feu dans tout le pays de 19 heures à 6 heures du matin et en interdisant les rassemblements de plus de trois personnes. Les déplacements entre les villes ont également été limités en vertu de pouvoirs d’urgence étendus.

M. Saied a prévenu que les protestations violentes seraient réprimées par la force. Mais il y a eu peu de signes immédiats de colère ou de mobilisation contre ces mesures. Les dirigeants politiques tunisiens ont semblé stupéfaits par la décision du président et l’absence de police dans les rues des villes et des villages a laissé penser que ceux qui avaient pris le pouvoir ne craignaient guère une riposte imminente.

Sayida Ounissi, députée du parti Ennahda au pouvoir, a déclaré que la suspension du parlement créait un précédent inquiétant dans un pays qui s’était battu pour instaurer la démocratie depuis le renversement de Zine al-Abidine Ben Ali au début des révoltes régionales connues sous le nom de printemps arabe. Ennahda, un bloc démocratique islamiste, a joué un rôle dominant dans les affaires du pays depuis lors et la Tunisie a survécu comme la seule véritable démocratie de la région après une décennie de troubles dans d’autres parties.

« Est-ce ainsi que vous résolvez les problèmes démocratiques ? » a-t-elle demandé. « Je ne pense pas que la fermeture de ces institutions soit une solution. Nous avons été élus, tout comme Saied. »

La suspension du parlement a fait suite à des manifestations dans tout le pays dimanche, où les manifestants se sont insurgés contre les échecs économiques, qui avaient été amplifiés par une réponse à la pandémie de coronavirus qui est largement considérée comme ayant échoué. Ces dernières années, le chômage a oscillé autour de 16 %, tandis que la valeur du dinar a chuté et que le coût de la vie a augmenté. Le parti au pouvoir a fait les frais des accusations de mauvaise gestion économique.

« [Le coronavirus] a été important, très important », a déclaré M. Ounissi. « C’est l’un des principaux défis. Lorsque le gouvernement a décidé de donner la priorité à l’économie sur la situation sanitaire, voilà ce qui s’est passé. Tous les autres pays qui ont fait cela n’ont jamais gagné. »

S’exprimant par téléphone depuis Tunis, Rached Chadli, 34 ans, qui a été touché par des balles pendant le soulèvement il y a dix ans, a déclaré que le coup d’État apparent avait fait reculer la Tunisie. « Je me fiche de la façon dont les gens veulent présenter cela, c’est faux », a-t-il dit. « Nous nous sommes battus trop durement pour nous effacer. Ce pour quoi nous nous sommes battus était digne. Revenir sans réagir à l’époque d’avant Ben Ali ne l’est pas. Regardez l’Égypte. Regardez la Syrie. Tirez les leçons de l’histoire. »

S’exprimant par téléphone depuis Tunis, Rached Chadli, 34 ans, qui a été touché par des balles pendant le soulèvement il y a dix ans, a déclaré que le coup d’État apparent avait fait reculer la Tunisie. « Je me fiche de la façon dont les gens veulent présenter cela, c’est faux », a-t-il dit. « Nous nous sommes battus trop durement pour nous effacer. Ce pour quoi nous nous sommes battus était digne. Revenir sans réagir à l’époque d’avant Ben Ali ne l’est pas. Regardez l’Égypte. Regardez la Syrie. Tirez les leçons de l’histoire. »

Au cours des années qui ont suivi les révoltes qui ont secoué l’Égypte, la Libye et la Tunisie, l’Afrique du Nord est devenue un point central des agendas régionaux, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte étant alignés contre la Turquie, le Qatar et les restes du mouvement égyptien des Frères musulmans dans un concours d’influence régionale.

« Ce qui s’est passé ici est-il dû à leurs rivalités ? » a demandé Chadli. « Je ne sais pas. Le temps nous le dira. « 

The Guardian, 27/07/2021

Etiquettes : Tunisie, Kaïs Saïed, crise politique, printemps arabe,