Situation en Tunisie. Est-ce un coup d’Etat?

Un coup d’Etat en Tunisie ?

Will Todman*

Le dimanche 25 juillet, le président tunisien Kais Saied a invoqué l’état d’urgence, renvoyé le premier ministre et suspendu le parlement pour 30 jours. Saied a déclaré qu’il gouvernerait aux côtés d’un nouveau premier ministre. Dans une allocution télévisée, il a déclaré que ces mesures resteraient en place « jusqu’à ce que la paix sociale revienne en Tunisie et que nous sauvions l’État ». La Tunisie, longtemps saluée comme la seule réussite des soulèvements du Printemps arabe, est désormais confrontée à sa crise politique la plus dangereuse depuis la révolution d’il y a dix ans.

Q1 : S’agit-il d’un coup d’Etat ?

R1 : Il est trop tôt pour le dire. Saied affirme qu’il a agi conformément à l’article 80 de la Constitution, qui donne au président le pouvoir de prendre « toutes les mesures rendues nécessaires par les circonstances exceptionnelles » si le pays se trouve dans un « état de danger imminent ». Il fait valoir qu’il a agi pour écarter un gouvernement inefficace qui avait perdu le soutien de la population dans un contexte d’escalade des crises. Les sondages montrent que Saied est l’homme politique le plus populaire de Tunisie, et de nombreux Tunisiens sont descendus dans la rue pour célébrer son action.

Le président du Parlement et chef du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, a accusé Saied de lancer un coup d’État. Ghannouchi a souligné que, selon la Constitution, le président doit consulter le chef du gouvernement et le président du Parlement avant de prendre des mesures d’urgence. Ghannouchi a entamé un sit-in devant le parlement avec d’autres membres du parlement lorsque l’armée les a empêchés d’entrer, et il a appelé ses partisans à « protéger la révolution et la volonté du peuple » en descendant dans la rue.

La légitimité constitutionnelle des mesures prises par le président Saied restera probablement incertaine. La Tunisie n’a pas encore établi de cour constitutionnelle pour statuer sur ce type de questions, car les partis politiques n’ont pas réussi à proposer de candidats et M. Saied a ensuite refusé de ratifier le projet de loi adopté par le Parlement pour établir cette cour. Si le président Saied est en mesure de nommer rapidement un premier ministre qui soit considéré comme indépendant, légitime et populaire, les accusations de coup d’État pourraient se dissiper.

La loi américaine interdit l’aide étrangère à tout pays « dont le chef de gouvernement dûment élu est déposé par un coup d’État ou un décret militaire ». Pour cette raison, il est peu probable que le gouvernement américain qualifie cette situation de coup d’État dans les semaines à venir.

Q2 : Pourquoi cela s’est-il produit maintenant ?

A2 : Une décennie après sa révolution, la Tunisie n’a pas encore cimenté sa transition vers la démocratie. L’économie était en difficulté avant la pandémie de Covid-19, et les perceptions de l’incompétence du gouvernement ont augmenté au cours de l’année dernière. Les crises économique et sanitaire ont motivé d’importantes manifestations ces dernières semaines, qui ont donné lieu à de violents affrontements entre les manifestants et la police. Le mécontentement populaire à l’égard de l’incapacité du gouvernement à faire face aux crises économique et sanitaire, à améliorer le niveau de vie et à combattre la corruption endémique a entraîné une baisse de la confiance du public dans le gouvernement et les institutions publiques.

La Tunisie a le plus haut taux de mortalité par habitant dû à la Covid-19 en Afrique et l’un des pires au monde. L’hésitation à se faire vacciner est élevée, et les mesures strictes de confinement que le gouvernement a tenté d’imposer ont été contestées à plusieurs reprises. La pandémie a également décimé l’industrie touristique de la Tunisie, exacerbant sa profonde crise économique. Le taux de chômage, déjà élevé, a grimpé en flèche l’année dernière, en particulier chez les jeunes.

Dans le contexte de ces crises, les tensions entre le Président Saied et le Premier Ministre Mechichi n’ont cessé de s’intensifier ces derniers mois. Depuis que Mechichi a renvoyé plusieurs ministres proches de Saied lors d’un remaniement ministériel en janvier 2021, Saied a refusé de prêter serment à leurs remplaçants. En avril, Ennahda a accusé Saied de « tendances autoritaires ». La semaine dernière, Saied a ordonné à l’armée d’assumer la responsabilité de l’intervention de Covid-19, après que Mechichi a limogé le ministre de la santé qui était proche de Saied. Dimanche, des manifestants ont appelé à la dissolution du parlement et Saied a saisi son opportunité.

Q3 : S’agit-il d’une répétition de l’Égypte ?

A3 : Les actions du président Saied ont suscité des comparaisons avec le coup d’État lancé par le général Abdel Fatah el-Sisi en Égypte pour renverser les Frères musulmans en 2013. Les deux dirigeants ont profité du mécontentement populaire à l’égard des résultats des partis islamistes en matière de gouvernance et se sont présentés comme des alternatives laïques. Ce faisant, ils ont tous deux séduit les citoyens qui, insatisfaits des résultats de leurs révolutions, cherchaient un homme fort et sauveur. Saied et Sisi bénéficient également d’un soutien militaire et d’un soutien régional, notamment dans les pays arabes du Golfe, qui favorisent les nouveaux gouvernements plus laïques.

Mais il existe des différences essentielles entre la Tunisie et l’Égypte. Kais Saied a été élu président lors d’une élection écrasante en 2019, tandis que Sisi était le ministre de la défense nommé en Égypte lorsqu’il a pris le pouvoir. Sisi était un général de l’armée égyptienne et bénéficiait du fort soutien des forces armées, mais Saied est un civil et ne bénéficie pas des mêmes niveaux de soutien de la part des militaires. La Tunisie possède également des syndicats puissants (notamment l’Union générale tunisienne du travail ou UGTT) et une société civile beaucoup plus développée que celle de l’Égypte lorsque Sisi a pris le pouvoir. Les acteurs non gouvernementaux tunisiens sont susceptibles de jouer un rôle important de médiateur et peuvent façonner la trajectoire de la Tunisie.

Q4 : Comment les acteurs internationaux sont-ils censés réagir ?

A4 : La plupart des acteurs internationaux ont appelé au calme et exhorté les dirigeants politiques à respecter la constitution. Mais ils ont des intérêts différents en jeu et voudraient voir la Tunisie prendre des chemins différents pour aller de l’avant.

L’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et l’Egypte sont de fervents partisans du Président Saied. Ils saluent en privé les mesures visant à limiter l’influence des islamistes en Tunisie, y compris la coalition dirigée par Ennahda. Ils sont probablement favorables à l’émergence d’un gouvernement fort et laïc en Tunisie, et aucun d’entre eux n’est favorable à une politique en roue libre en Tunisie où les politiciens islamistes jouent un rôle actif.

La Turquie et le Qatar ont exprimé leur inquiétude quant à la décision de Saied de suspendre le parlement. Tous deux ont soutenu les partis islamistes depuis les soulèvements du Printemps arabe et ont intérêt à ce qu’Ennahda ne soit pas balayé par les actions de Saied. Toutefois, le Qatar et la Turquie s’efforcent actuellement de normaliser leurs relations avec l’Arabie saoudite, ce qui pourrait les inciter à limiter leurs interventions en Tunisie pour éviter de créer de nouvelles tensions régionales qui feraient dérailler ce processus.

Les États occidentaux ont appelé au respect de la constitution tunisienne et ont déclaré qu’ils suivaient de près l’évolution de la situation. Ils ont tout intérêt à ce que la Tunisie post-révolutionnaire soit un « succès », économiquement et politiquement. Les crises de l’année dernière ont sapé leur confiance dans le gouvernement de M. Mechichi et ils veulent voir la Tunisie prendre une voie plus positive. L’Union européenne tient à éviter une crise qui entraînerait une nouvelle vague importante de migration vers ses côtes sud. Ces facteurs peuvent expliquer pourquoi l’administration Biden s’est contentée d’exprimer sa « préoccupation » à propos des événements du week-end, en espérant que Saied pourra installer un gouvernement plus efficace pour faire face aux nombreuses crises de la Tunisie.

*Membre du programme Moyen-Orient du Centre d’études stratégiques et internationales de Washington.

Centre d’études stratégiques et internationales, 27 juillet 2021

Etiquettes : Tunisie, Kaïs Saïed, crise politique, printemps arabe, crise sanitaire, crise économique, Hichem Mechichi,