L’UE appelée à ne plus favoriser le Maroc au détriment de ses voisins

Il semble que les répercussions du retentissant scandale d’espionnage « Pegasus » dans lequel est tombé le régime du Makhzen seront une catastrophe pour lui, non seulement du côté algérien, mais aussi des pays de l’Union européenne, qui ont toujours placé le Maroc dans une meilleure position que ses voisins maghrébins, dans le cadre de la politique de voisinage adoptée par Bruxelles.

Une étude d’un institut allemand spécialisé dans les affaires de sécurité internationale a révélé que les privilèges économiques et l’aide dont le Maroc bénéficie souvent dans ses relations avec les pays de l’Union européenne, au détriment de ses voisins comme l’Algérie et la Tunisie, ne contribuent pas à en faire un voisin, mais plutôt un État voyou qui cherche à dominer.

Cette conclusion est le résultat d’une étude préparée par l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité (une institution qui conseille le parlement allemand), et est intervenue dans un contexte de tension sans précédent entre le Maroc et certains pays européens comme l’Allemagne et l’Espagne, et la plupart récemment la France en raison du scandale d’espionnage « Pegasus ».

L’étude recommande de revoir la stratégie de l’Union européenne dans la région du Maghreb et d’œuvrer pour arrêter les tentatives d’hégémonie menées par le régime makhzen, par ses pratiques contraires au droit international au Maghreb arabe, qui ont mis la région à la merci d’un conflit régional qui a plus de quatre décennies.

L’étude allemande accuse l’Union européenne de favoriser le Maroc au détriment de ses autres voisins du Maghreb, notamment l’Algérie et la Tunisie, et souligne la nécessité de faire face aux politiques expansionnistes du Maroc, qui ont provoqué des tensions, notamment avec l’Algérie, et elle estime aussi que la poursuite de la politique européenne en faveur du Maroc frustre les relations de l’Union avec les autres voisins du Maroc.

Le Maroc connaît des crises avec les pays de l’Union européenne difficiles à surmonter jusqu’à présent. Les contacts diplomatiques entre Rabat et Berlin sont coupés depuis le printemps dernier, en raison du rejet par l’Allemagne des efforts du Maroc pour adapter la position de Berlin sur la question saharienne au service de la proposition Marocains, Berlin a été le premier pays à avoir vivement critiqué le tweet de l’ex président américain Donald Trump, qui a reconnu la prétendue souveraineté du régime makhzen sur les territoires sahraouis occupées.

Les relations entre le Maroc et l’Espagne sont également au pire pour la même raison qui a étouffé ses relations avec Berlin, Madrid refusant d’accepter la proposition marocaine concernant la question sahraouie et le chantage marocain contre l’Espagne a également ouvert la voie à des milliers d’immigrants illégaux pour franchir les frontières espagnoles, dans une position condamnée par les pays de l’Union européenne en solidarité avec l’Espagne.

La reprise de la crise avec l’Algérie est intervenue dans le contexte de l’emploi du régime makhzen en Kabylie, pour augmenter le niveau de tension chronique entre les deux pays, qui a atteint son paroxysme ces derniers jours en raison du problème d’espionnage « Pegasus », qui est considéré comme le plus dangereux depuis des décennies, et le même problème qui a laissé les relations du Makhzen dans un état de froid avec son allié traditionnel la France.

Les résultats de cette étude et les évolutions qui caractérisent aujourd’hui les relations du makhzen avec les grands pays de l’Union européenne vont pousser Bruxelles à revoir sa politique traditionnelle fondée sur le fait de favoriser le régime du makhzen au Maghreb, et de lui faire davantage pression pour qu’il corrige ses politiques et pratiques voyous dans le bassin méditerranéen et en Afrique du Nord.

Ahmed Achour

Dzair-tube, 27/07/2021

Etiquettes : Maroc, Sahara Occidental, Europe, Union Européenne, UE, Algérie, Tunisie, Maghreb,