Boughali : «Le Maroc a franchi toutes les lignes rouges»

«L’Algérie demeurera unie et apte à riposter à toute hostilité», a affirmé, ce lundi, Ibrahim Boughali, président de la Chambre basse lors d’une séance plénière consacrée à la clôture de la session législative ordinaire 2020-2021.

Devant le Premier ministre, Aimene Benabderrahmene, le président du Conseil de la nation, Saleh Goudjil, et des membres de l’exécutif, le troisième homme du pays prononcera un discours fort en connotations politiques. Il profitera de l’occasion pour inciter les représentants de la nation à la «mobilisation» en collaboration avec les autres institutions de l’Etat afin de consacrer le développement escompté par le peuple et que le chef de l’Etat a enclenché depuis son élection à la tête du pays.

De son avis, « l’acharnement sur notre unité n’est plus un secret». Preuve en est, poursuit-il, «les provocations orchestrées dernièrement par le régime marocain ayant transgressé les us et règles internationales et franchi toutes les lignes rouges». Analysant cette nouvelle donne politique, Boughali pense que «le Maroc a échoué à contenir ses crises internes et il n’a pas trouvé mieux que de jeter son dévolu sur l’Algérie pour détourner l’attention sur les véritables questions qui concernent sa région».

«À travers ses hostilités insensées, il tente d’assimiler les droits du peuple sahraoui qui lutte pour retrouver sa liberté avec des causes fomentées qu’il suscite par la propagande et le soutien à des organisations terroristes séparatistes dont le but est de perturber la stabilité du pays et de créer une anarchie dans toute la région avec la complicité flagrante de forces ennemies enviant l’Algérie pour sa cohésion et sa sécurité. Un acquis qui est intervenu après un soulèvement populaire qui a corrigé le processus et a rendu la parole au peuple pour choisir librement ses représentants», explique le président de l’Assemblée comme pour dire que les ambitions marocaines sont bel et bien démasquées.

«Le colonisateur veut revenir sous d’autres formes»

Pour faire face à ces menaces multiformes, Boughali a recommandé d’agir comme «un seul homme» précisant que le pays a besoin de tous ses enfants pour s’affranchir de la situation actuelle marquée par une crise sanitaire sans précédent qui continue de sévir et de menacer le développement économique. Ce qui engendre, d’après lui, de multiples problèmes sociaux et que «les représentants du peuple doivent prendre à bras le corps en ouvrant des canaux de dialogue avec toutes les catégories de la société en impliquant les acteurs du mouvement associatif». Ila insisté à stimuler le sens du patriotisme et une prise de conscience notamment à propos des «dangers qui ciblent la nation».

D’un ton plus ferme encore, Boughali rappelle que notre unité nationale est l’œuvre de nombreux sacrifices de martyrs tombés au champ d’honneur contre «un colonisateur qui ambitionne de revenir sous d’autres formes et couleurs pour attiser la fitna en utilisant ses agents sur le plan interne et externe». Plus virulent encore, Boughali a affirmé que «ce colonisateur demeure idiot étant donné qu’il n’a pas retenu la leçon et n’est pas conscient du génie du peuple algérien et de la capacité de toute la région à affronter toutes les menaces». Il a précisé que «tout le monde doit se sentir concerné par l’affrontement des soucis qui ciblent le pays depuis deux décennies». «Nous avons assez de courage et de sagesse pour mener à bien cette mission et ce, en s’inspirant des programmes ambitieux et rationnels du président de la République. Ce qui nous procure une capacité à dépasser toutes les crises quelle que soit leur ampleur. L’Algérie enfante des hommes intègres et elle s’apprête à corriger toutes les démarches loin du faux populisme. L’action a été enclenchée à travers un processus politique clair et transparent qui mise notamment sur le traitement des questions économiques et sociales loin de la politique de la fuite en avant», a-t-il précisé, avant d’insister sur la nécessaire implication de la communauté établie à l’étranger dans la voie qu’a empruntée la nouvelle Algérie.

En guise de conclusion, Boughali a rappelé l’engagement de l’Etat à défendre les causes justes, notamment la question palestinienne et sahraouie, et précise, à ce titre, que l’approche algérienne est «juste» et a pour ambition de rapprocher également les fractions libyennes dans le cadre d’une réconciliation et d’un dialogue démocratique. Il a félicité, au final, les membres du gouvernement en affirmant qu’il est «convaincu qu’ils seront à la hauteur des attentes et de la confiance placée en eux».

Karima Alloun

Horizons, 26/07/2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, espionnage, Ibrahim Boughali,