La démocratie tunisienne en crise après l’éviction du premier ministre

Cette décision constitue le plus grand défi jamais posé à la Tunisie après la révolution de 2011 qui a déclenché le printemps arabe et chassé l’autocratie.

TUNIS – La Tunisie a été confrontée lundi à sa plus grande crise en une décennie de démocratie après que le président Kais Saied a évincé le gouvernement et gelé les activités du Parlement, une décision que ses adversaires ont qualifiée de coup d’État auquel il faudrait s’opposer dans la rue.

Dans une déclaration faite tard dimanche, M. Saied a invoqué la Constitution pour démettre le Premier ministre Hichem Mechichi et décréter le gel des activités du Parlement pour une période de 30 jours, affirmant qu’il gouvernerait aux côtés d’un nouveau premier ministre.

Cette décision est intervenue après une journée de manifestations contre le gouvernement et le plus grand parti au Parlement, le parti islamiste modéré Ennahdha, à la suite d’un pic de cas de Covid-19 et d’une colère croissante face au dysfonctionnement politique chronique et au malaise économique.

Il s’agit du plus grand défi que la Tunisie ait eu à relever depuis sa révolution de 2011, qui a déclenché le printemps arabe et chassé une autocratie au profit d’un régime démocratique, mais qui n’a pas réussi à assurer une bonne gouvernance ou la prospérité.

Dans les heures qui ont suivi l’annonce de Saied, des foules immenses se sont rassemblées pour le soutenir à Tunis et dans d’autres villes, l’acclamant, dansant et ululant, tandis que les militaires bloquaient le Parlement et la télévision d’État.

Le président du Parlement, Rached Ghannouchi, chef d’Ennahdha, qui a joué un rôle dans les gouvernements de coalition successifs, a dénoncé ces mesures comme un coup d’État et une atteinte à la démocratie.

Aux premières heures de lundi, M. Ghannouchi est arrivé au Parlement où il a déclaré qu’il convoquerait une session pour défier M. Saied, mais l’armée stationnée à l’extérieur du bâtiment a empêché l’ancien exilé politique de 80 ans d’entrer.

« Je suis contre le rassemblement de tous les pouvoirs entre les mains d’une seule personne », a-t-il déclaré à l’extérieur du bâtiment du Parlement. Il avait auparavant appelé les Tunisiens à descendre dans la rue, comme ils l’avaient fait le jour de la révolution en 2011, pour s’opposer à cette démarche.

Des dizaines de partisans d’Ennahdha ont affronté des partisans de Saied près du Parlement, échangeant des insultes alors que la police les séparait, selon les images télévisées.

Plus tard dans la journée de lundi, Al Jazeera a annoncé que son bureau à Tunis avait été pris d’assaut par la police et que tous les journalistes avaient été priés de partir. Les raisons de cette descente de police n’ont pas été précisées dans l’immédiat.

Lundi, le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que l’administration Biden était préoccupée par l’évolution de la situation dans le pays.

À la question de savoir si la situation constitue un coup d’État, elle a répondu qu’il s’agissait d’une décision juridique qui n’avait pas encore été prise.

Toutefois, Mme Psaki a déclaré que les responsables de l’administration sont « en contact à un niveau élevé » avec leurs homologues en Tunisie « pour en savoir plus sur la situation, appeler au calme et soutenir les efforts tunisiens pour aller de l’avant dans le respect des principes démocratiques. »

Saied, un indépendant politique qui a balayé le bureau en 2019 après avoir fait campagne comme le fléau d’une élite corrompue et incompétente, a rejeté les accusations selon lesquelles il avait mené un coup d’État.

Il a déclaré que ses actions étaient fondées sur l’article 80 de la constitution et les a encadrées comme une réponse populaire à la paralysie économique et politique qui a embourbé la Tunisie pendant des années.

Toutefois, le tribunal spécial prévu par la Constitution de 2014 pour trancher les litiges entre les différentes branches de l’État tunisien n’a jamais été mis en place, après des années de querelles sur le choix des juges à inclure, ce qui permet des interprétations rivales de la loi.

Une situation plus grave

Deux des autres principaux partis au Parlement, Cœur de Tunisie et Karama, ont rejoint Ennahdha pour accuser Saied de coup d’Etat. L’ancien président Moncef Marzouki, qui a aidé à superviser la transition vers la démocratie après la révolution, a déclaré que cela pourrait représenter le début d’une pente « vers une situation encore pire ».

Dans sa déclaration annonçant la destitution de M. Mechichi et le gel du Parlement, M. Saied a déclaré qu’il avait également suspendu l’immunité juridique des membres du Parlement et qu’il prenait le contrôle du bureau du procureur général.

Il a mis en garde contre toute réponse armée à ses actions. « Quiconque tire une balle, les forces armées répondront par des balles », a déclaré Saied, qui bénéficie du soutien d’un large éventail de Tunisiens, dont des islamistes et des gauchistes.

Des dizaines de milliers de personnes soutenant le président sont restées dans les rues de Tunis et d’autres villes, certains allumant des feux d’artifice, pendant des heures après son annonce, alors que des hélicoptères tournaient au-dessus de leurs têtes.

« Nous avons été soulagés d’eux », a déclaré Lamia Meftahi, une femme faisant la fête dans le centre de Tunis après la déclaration de Saied, en parlant du parlement et du gouvernement. « C’est le moment le plus heureux depuis la révolution ».

Le président et le parlement ont tous deux été élus lors de votes populaires distincts en 2019, tandis que Mechichi a pris ses fonctions l’été dernier, remplaçant un autre gouvernement éphémère.

Le président est empêtré dans des différends politiques avec Mechichi depuis un an, alors que le pays est aux prises avec une crise économique, une crise fiscale imminente et une réponse chancelante à la pandémie.

Selon la constitution, le président n’est directement responsable que des affaires étrangères et de l’armée, mais après une débâcle du gouvernement avec des centres de vaccination sans rendez-vous la semaine dernière, il a demandé à l’armée de prendre en charge la réponse à la pandémie.

La montée en flèche des taux d’infection et de mortalité en Tunisie a ajouté à la colère de la population contre le gouvernement, alors que les partis politiques du pays se chamaillent.

NBC News, 26/07/2021

Etiquettes : Tunisie, Kaïs Saïed, Hichem Mechichi,