Le propriétaire d’Amazon et du Washington Post, espionné par Pegasus

Un logiciel espion israélien cible le téléphone portable du président du parlement catalan

Madrid (QNN) – Le président du parlement régional catalan a exigé mardi que le gouvernement espagnol ouvre une enquête officielle sur les informations selon lesquelles son téléphone portable aurait été la cible d’espionnage par les services de sécurité espagnols utilisant des logiciels espions israéliens.

Roger Torrent et au moins deux autres partisans de l’indépendance ont été avertis qu’ils avaient été ciblés l’année dernière dans ce que les experts ont qualifié de « cas possible d’espionnage politique national » en Europe, selon une enquête menée par le Guardian et El País.

L’enquête a révélé que le logiciel espion israélien, Pegasus, avait exploité une vulnérabilité précédente du logiciel WhatsApp qui aurait donné à l’opérateur un accès potentiel à tout sur le téléphone mobile de la cible, y compris les e-mails, les SMS et les photographies. Il aurait également pu allumer l’enregistreur et l’appareil photo du téléphone, le transformant en un appareil d’écoute.

EL PAÍS et The Guardian ont eu accès à un certificat émis par Citizen Lab, un groupe de cybersécurité de la Munk School of Global Affairs and Public Policy de l’Université de Toronto, qui a enquêté en exclusivité sur la faille de l’application de messagerie en 2019, qui valide la fait que le téléphone de l’orateur a été attaqué avec le logiciel espion NSO. « L’enquête a identifié que le numéro appartient à M. Roger Torrent », indique l’analyse.

Les attaquants ont eu recours à un appel WhatsApp manqué « qui n’a pas nécessité de réponse » pour cibler le téléphone du politicien, et il contient « de nombreuses preuves qui pourraient établir que Torrent était surveillé ».

Le téléphone de Torrent figure sur une liste d’une centaine de cas à travers le monde qui ont été compilés par Citizen Lab de « représentants de la société civile » qui ont été attaqués sans discernement via la vulnérabilité WhatsApp, selon l’institution canadienne. Citizen Lab affirme que 130 militants ont été victimes injustifiées du programme NSO depuis 2016.

Amnesty International avait déposé une plainte contre la société de logiciels espions NSO, exigeant de révoquer la licence d’exportation de sécurité de la société israélienne, mais un tribunal israélien l’a rejetée .

La société israélienne est accusée d’avoir vendu le logiciel espion à des gouvernements qui l’utilisent pour espionner des militants des droits humains, des journalistes et des personnalités publiques. Des rapports ont révélé que Pegasus avait été utilisé par les autorités saoudiennes pour espionner le journaliste Jamal Khashoggi avant de l’assassiner. Des rapports ont également révélé qu’il avait été utilisé pour pirater le téléphone portable du PDG d’Amazon et propriétaire du Washington Post, Jeff Bezos.

Quds News Network, 14/07/2020

Etiquettes : Pegasus, espionnage, NSO Group, The Washington Post, Amazon, Jeff Bezos, Whatsapp, Roger Torrent, Catalogne,