La République du Rif : un État autoproclamé et non reconnu internationalement.

La République du Rif (Tagduda n Arrif) en berbère, est un État bordé par la mer Méditerranée au nord, l’Algérie à l’est, les plaines qui le séparent du Maroc au sud et l’océan Atlantique à l’ouest. Composé de montagnes et de plaines, le Rif s’étend sur près de 500 km de Tanger à Berkane et Kebdana (frontière entre l’Algérie et le Maroc), irrigué par la Moulouya, en passant d’ouest en est, par Ceuta, Tétouan, Chefchaouen, Targuist, Al Hoceïma, Driouch, Melilla et Nador.

Par Rabah Arkam

La guerre entre la République du Rif d’Abdelkrim, les Espagnols et les Français entre 1921 et 1926 reste largement méconnue. Cette guerre coloniale extrêmement violente marque pourtant une étape décisive dans l’histoire de l’anticolonialisme et dans la construction de la nation rifaine.

Après l’indépendance du Maroc où l’histoire du protectorat, qui reste pertinente dans le contexte actuel où la dette extérieure est toujours perçue comme synonyme de perte de souveraineté où la suprématie de la France sur le Maroc est établie.

En 1958, 30 000 soldats marocains, dirigés par le futur Hassan II, alors chef d’état-major des armées, répriment un 1er soulèvement dans le Rif (près de 3 000 morts).Sous la domination de la monarchie marocaine, l’État du Rif se trouvera, de fait, exclu de la vie politique marocaine tout au long du règne d’Hassan II. Un deuxième soulèvement a eu lieu dans la région en 1984 et, selon diverses sources, a fait des dizaines de morts et des emprisonnements avec de lourdes peines. Auparavant, le rôle principal était tenu par Abdelkrim El-Khattabi, originaire du petit village d’Ajdir dans la tribu des Aït Ouriaghel, était enseignant et journaliste pour le quotidien de Melilla, Le Télégramme du Rif. Il pensait que cela rapprocherait culturellement les deux peuples. Mais découvrant le travail forcé dans les mines du Rif qui alimentent l’industrie militaire espagnole, et le travail forcé dans les champs, Abdelkrim retourne dans son village natal pour soulever les tribus du Rif et commencer la Résistance et la rébellion pour un peuple souverain.

La pauvreté dans le Rif oblige des dizaines de milliers de Rifains à se rendre massivement chaque année dans les pays européens pour travailler d’abord dans les mines de charbon du nord de la France et celles de la Belgique, puis aux Pays-Bas et plus récemment en Espagne. Cette émigration permet, malgré l’isolement relatif de cette région, une amélioration relative des conditions de vie des populations locales. Une grande partie de la population rurale est analphabète. Mais la population des grandes villes du Rif fait partie de la classe moyenne, pour certains aisée, pour tous cultivée. De ce fait, le taux d’analphabétisme dans les villes du Rif est l’un des plus bas.

Mais la mort atroce de Mohcine Fikri, un vendeur de poisson, a soudainement réveillé la République du Rif. Depuis, les habitants de la commune d’Al-Hoceïma manifestent pacifiquement contre, pêle-mêle, l’autoritarisme, la corruption, le chômage de masse, la pauvreté… Et maintenant contre la répression : une trentaine de leaders du mouvement ont été arrêtés, dont la figure de la contestation, Nasser Zefzafi, 39 ans, après deux jours de cavale.

La République du Rif revient sur le devant de la scène, un demi-siècle après les odieux événements qui ont vu l’armée marocaine réprimer dans la violence, pour ne pas dire plus, la moindre source de révolte parmi cette population considérée comme ennemie. Si les acteurs ont changé, le fond de l’affaire reste le même.

Les sources locales et étrangères de défense des droits de l’homme affirment que les tortures subies par les populations du Rif, les plus atroces existent toujours, les sévices même dans les parties les plus intimes de leurs corps. La question reste à poser, peut-être le jour viendra-t-il où la question sera reconnue.

Rabah Arkam
Rabah Arkam, né en Kabylie (Algérie), ingénieur de profession, militant de la cause et de l’identité amazighes (berbères) en Algérie et en Afrique du Nord, est un militant des droits de l’homme, lutte pour la démocratie et la laïcité en Algérie dans un État fédéral, il est l’auteur de plusieurs articles.

Pressenza, 26/07/2021

Etiquettes : Maroc, Rif, République du Rif, Hirak, Algérie,