L’espionnage met à mal les relations France-Maroc

Des allégations d’espionnage mettent à mal les liens du Maroc avec la France

Rabat nie avoir mis le téléphone de Macron sur écoute, mais ces allégations interviennent alors que la politique étrangère du royaume s’affirme de plus en plus.

Avant même les allégations selon lesquelles le Maroc aurait tenté de mettre sur écoute des téléphones appartenant au président français Emmanuel Macron, le royaume d’Afrique du Nord vivait des moments tendus avec les puissances européennes.

Rabat avait autorisé les migrants à entrer en Espagne parce qu’il était agacé par Madrid. Il s’était chamaillé avec l’Allemagne au sujet de sa position sur le territoire contesté du Sahara occidental.

Aujourd’hui, les allégations d’espionnage rendues publiques la semaine dernière concernant l’utilisation par les gouvernements du logiciel malveillant Pegasus, créé par le groupe israélien NSO, ont fait monter la tension d’un cran. Ces allégations sont apparues dans le cadre d’une enquête menée par l’organisation journalistique à but non lucratif Forbidden Stories et 17 médias partenaires.

Le journal français Le Monde a déclaré que le Maroc pourrait avoir ciblé des téléphones portables appartenant à M. Macron et à 15 ministres français dans le cadre d’une opération de cyberespionnage qui pourrait également avoir ciblé 6 000 téléphones appartenant à des fonctionnaires et à des hommes politiques algériens, entre autres. L’Algérie est le voisin et l’ennemi juré du Maroc.

La France, ancienne puissance coloniale, compte Rabat parmi ses proches alliés dans la lutte contre le djihadisme et est le premier partenaire commercial du Maroc.

Riccardo Fabiani, directeur pour l’Afrique du Nord à l’International Crisis Group, a déclaré que le moment choisi pour les révélations était « particulièrement préjudiciable pour le Maroc qui traverse deux crises diplomatiques majeures avec l’Espagne et l’Allemagne. Il ne peut pas ouvrir un troisième front avec la France ».

Les relations du Maroc avec l’Espagne se sont tendues au début de l’année lorsque Madrid a accueilli, pour un traitement médical, Brahim Ghali, chef du Front Polisario, une organisation basée en Algérie qui réclame l’indépendance du territoire contesté du Sahara occidental. En mai, un afflux de milliers de migrants du Maroc vers Ceuta, une enclave espagnole en Afrique du Nord, a été attribué à Rabat qui a relâché les contrôles aux frontières, mécontent de la visite de Ghali.

Le royaume, qui contrôle la majeure partie du Sahara occidental, s’est également brouillé avec l’Allemagne. En mai, il a rappelé son ambassadeur après que l’Allemagne a déclaré qu’elle ne changerait pas sa position sur le Sahara occidental, même si les États-Unis, sous la présidence de Donald Trump, ont reconnu la souveraineté marocaine dans le cadre d’un accord par lequel Rabat a normalisé ses liens avec Israël. Un plan de l’ONU pour un référendum visant à déterminer le statut du Sahara occidental est bloqué depuis des décennies.

« On peut dire que la position du Maroc en Europe n’a jamais été aussi basse », a déclaré la société américaine North Africa Risk Consulting. L’espionnage potentiel « s’inscrit dans le cadre d’une politique étrangère marocaine de plus en plus agressive ». politique étrangère marocaine de plus en plus agressive », ajoute le cabinet.

Fabiani de Crisis Group a fait valoir que le changement de position de Washington a « rendu le Maroc plus inflexible » sur le Sahara Occidental et l’a encouragé à essayer d’obtenir une reconnaissance plus large de son contrôle sur le territoire.

La France a ouvert une enquête sur les allégations d’espionnage. Après que Macron a rencontré des responsables de la sécurité jeudi, l’Elysée a déclaré : « Le président prend le sujet très au sérieux et suit de très près les progrès de l’enquête. » Mais il a souligné qu' »aucune certitude n’était apparue à ce stade » que les allégations étaient vraies.

Pour sa part, le Maroc a nié avec véhémence avoir entrepris de telles actions ou avoir acheté un logiciel pour infiltrer les téléphones portables.

Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc à Paris, a déclaré au Journal du Dimanche que ceux qui ont porté des accusations aussi accablantes contre son pays doivent maintenant fournir des preuves. « Dans cette histoire, le Maroc est une victime », a-t-il déclaré. « Il s’agit d’une tentative de déstabilisation ».

Olivier Baratelli, un avocat français qui représente le Maroc, a été cité par les médias français comme ayant déclaré que le royaume poursuivrait à la fois Forbidden Stories et Amnesty International pour diffamation à Paris. Le groupe de défense des droits de l’homme a fourni des recherches techniques pour l’enquête des médias. Auparavant, il avait déclaré avoir des preuves que le Maroc avait utilisé Pegasus pour infiltrer les téléphones des journalistes locaux et des militants des droits de l’homme.

Rabat a déclaré qu’Amnesty n’avait montré aucune preuve liant le Maroc à l’espionnage des journalistes.

La France est le premier partenaire commercial et d’investissement du Maroc et un soutien indéfectible de ses intérêts au Sahara Occidental au Conseil de Sécurité de l’ONU.

« Le Maroc a toujours voulu savoir ce que nous pensons réellement de la politique du Sahara, et pas seulement ce que nous leur disons », a déclaré un ancien diplomate français. « Ils se soucient aussi vraiment de ce que les différents acteurs français pensent de la question du Sahara ».

Si la France a soutenu sans faille la position marocaine sur le Sahara occidental, a déclaré Fabiani, Paris « n’est pas toujours d’accord avec ses positions tranchées sur la question ». Il ne serait pas surprenant, a-t-il dit, que « les Marocains veuillent garder un œil sur les Français ».

Le fait que la France soit également un partenaire proche de l’Algérie, le principal sponsor du Polisario, a contribué à la méfiance, a-t-il ajouté.

Même si les accusations d’espionnage embarrassent le Maroc et ébranlent la France, les deux pays voudront contenir les retombées dans l’intérêt de la coopération en matière de sécurité, estiment les observateurs.

Les renseignements marocains sont « très alertes et très efficaces », selon l’ancien diplomate français. « Ils ont beaucoup aidé la France à enquêter sur les attaques terroristes depuis l’attentat de Madrid en 2005, ainsi qu’à rester au fait de la menace islamiste en Europe », a-t-il déclaré.

« Je pense que si le cycle de l’information évolue, les deux pays seront heureux de laisser cette affaire mourir », a-t-il ajouté.

Financial Times, 25/07/2021

Etiquettes : Maroc, France, Espionnage, Logiciels Espions, ONS Group, Pegasus,