Le Maroc brandit l’arme de la migration illégale

Melilla subit le plus grand saut à la barrière en sept ans avec l’entrée de 238 migrants

Un nouveau groupe de personnes entre dans la ville autonome 11 jours après l’arrivée de plus d’une centaine d’immigrants.

Melilla a subi ce jeudi le plus grand saut de barrière de ces sept dernières années avec l’entrée irrégulière de 238 immigrants. Ils font partie des plus de 300 personnes qui ont fait la tentative, vers 6 h 50, en passant par la zone proche du poste frontière de Barrio Chino, qui est fermé depuis le début de la pandémie, il y a un peu plus de 16 mois.

Dans cette section du périmètre frontalier, comme dans la zone où la semaine dernière ont eu lieu deux sauts massifs presque consécutifs qui ont entraîné l’entrée de 139 Subsahariens, le ministère de l’intérieur n’a pas effectué les travaux de remodelage qu’il a réalisés à d’autres points considérés comme « vulnérables », où il a installé des barres connues sous le nom de « peignes inversés ».

Le saut record du gouvernement de Pedro Sánchez par-dessus la clôture de Melilla a eu lieu à l’aube, alors que le ciel était déjà dégagé. Les immigrants, comme c’est devenu une habitude depuis que le gouvernement précédent a installé le grillage anti-escalade avec de minuscules trous, étaient équipés de crochets artisanaux et un grand nombre d’entre eux ont réussi à escalader les six mètres de barrière frontalière pour passer, d’un seul bond, du Maroc à l’Espagne.

Ensuite, comme toujours, ils ont parcouru différents quartiers de Melilla jusqu’à atteindre le Centre de séjour temporaire pour immigrants (CETI). Les Subsahariens criaient « boza » et « asile » pour chanter la victoire, célébrant leur entrée sur le territoire européen avec des signes évidents de joie. Ils formaient une longue file d’attente qui laissait déjà penser que l’entrée avait été assez importante. A l’entrée du CETI, où ils ont reçu leur première assistance, on a dit qu’ils étaient environ 300, mais les chiffres officiels fournis par la délégation gouvernementale font état de 238 arrivants.

Il faut remonter au 28 mai 2014 pour trouver un saut à la clôture avec plus d’entrées à Melilla. Ce jour-là, un demi-millier de personnes ont réussi à y accéder lors d’un saut qui s’est soldé par d’importants dommages au périmètre frontalier et par la visite d’urgence du secrétaire d’État à la sécurité de l’époque, Francisco Martínez, qui était le numéro deux du ministre Jorge Fernández Díaz.

Depuis lors, les sauts les plus nombreux n’avaient guère dépassé les 200 entrées, dont l’un à l’époque où Sánchez était à la tête du gouvernement espagnol, le 21 octobre 2018. Cette année-là, le 6 janvier, toujours avec Rajoy à La Moncloa, il y en a eu un autre avec ces chiffres sur l’Épiphanie.

Le saut par-dessus la clôture d’aujourd’hui a eu lieu le lendemain de l’Aid El Kebir, la grande Pâque musulmane, qui est généralement célébrée sur trois jours. Encore une fois, des dates festives, une coïncidence qui semble indiquer qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence et que les migrants regardent attentivement le calendrier avant de faire leurs tentatives, peut-être dans l’idée qu’il n’y aurait pas autant de surveillance de part et d’autre du périmètre.

En fait, comme l’a signalé la déléguée du gouvernement, Sabrina Moh, il y a quelques jours, la frontière de Melilla compte davantage d’agents depuis que deux sauts de clôture ont été concentrés la semaine dernière dans le tronçon situé entre la frontière de Beni-Enzar et Barrio Chino. Ce renforcement devait se poursuivre tout au long de cette semaine et sera probablement maintenu après l’afflux important qui a eu lieu ce jeudi.

Les deux sauts de la semaine dernière, séparés par 48 heures, ont donné lieu à 119 et 20 entrées irrégulières. Avec les 238 d’aujourd’hui, Melilla en a enregistré près de 380 en seulement 11 jours. Dans la ville, certains font déjà le lien entre cette circonstance et un éventuel test du Maroc au gouvernement remanié de Sánchez, comme un autre chapitre de la crise entre les deux pays depuis la tension frontalière à Ceuta il y a deux mois, qui dans une moindre mesure a également affecté Melilla.

La délégation gouvernementale a souligné la collaboration des forces marocaines dans le dispositif de sécurité visant à contenir les deux sauts de clôture des 12 et 14 juillet. Ce jeudi, cependant, il n’en est pas question.

Les 238 derniers immigrants entrés irrégulièrement à Melilla ont été isolés dans le CETI pour passer la quarantaine, comme cela a été fait avec les 139 de la semaine dernière. Cette pression migratoire accrue sur la ville intervient à un moment où ce centre d’immigration est en dessous de sa capacité maximale, proche de 800 places, grâce aux transferts vers le continent qui ont eu lieu ces derniers mois.

Ce dernier saut vers la clôture a également fait 21 blessés, dont trois agents de la Guardia Civil, qui ont été légèrement blessés, deux d’entre eux avec les crochets que les immigrants portaient. Les 18 autres sont des Subsahariens, la plupart souffrant de contusions mineures, sauf un, qui a subi une fracture du tibia et du péroné et se trouve à l’hôpital régional de Melilla.

El Mundo, 22/07/2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Melilla, migration,