Talibans : Le président afhgan doit partir

Pour parvenir à un accord de paix, les talibans disent que le président afghan doit partir

ISLAMABAD (AP) – Les talibans affirment qu’ils ne veulent pas monopoliser le pouvoir, mais ils insistent sur le fait qu’il n’y aura pas de paix en Afghanistan tant qu’un nouveau gouvernement négocié ne sera pas mis en place à Kaboul et que le président Ashraf Ghani ne sera pas destitué.

Dans une interview accordée à l’Associated Press, le porte-parole des talibans, Suhail Shaheen, qui est également membre de l’équipe de négociation du groupe, a exposé la position des insurgés sur ce qui devrait suivre dans un pays au bord du précipice.

Ces dernières semaines, les talibans ont rapidement conquis des territoires, se sont emparés de postes-frontières stratégiques et menacent un certain nombre de capitales provinciales, alors que les derniers soldats américains et de l’OTAN quittent l’Afghanistan. Cette semaine, le plus haut gradé de l’armée américaine, le général Mark Milley, a déclaré lors d’une conférence de presse au Pentagone que les talibans avaient une « dynamique stratégique » et il n’a pas exclu une prise de pouvoir complète par les talibans. Mais il a ajouté que ce n’était pas inévitable. « Je ne pense pas que la fin du jeu soit encore écrite », a-t-il déclaré.

Les souvenirs de la dernière période de pouvoir des talibans, il y a une vingtaine d’années, lorsqu’ils appliquaient une forme sévère d’islam qui privait les filles d’éducation et interdisait aux femmes de travailler, ont alimenté la crainte d’un retour des talibans. Les Afghans qui peuvent se le permettre demandent par milliers des visas pour quitter l’Afghanistan, craignant une violente descente dans le chaos. Le retrait des États-Unis et de l’OTAN est achevé à plus de 95 % et devrait être terminé le 31 août.

M. Shaheen a déclaré que les talibans déposeraient les armes lorsqu’un gouvernement négocié acceptable pour toutes les parties au conflit serait installé à Kaboul et que le gouvernement de M. Ghani serait parti.

« Je tiens à préciser que nous ne croyons pas au monopole du pouvoir, car tous les gouvernements qui ont cherché à monopoliser le pouvoir en Afghanistan dans le passé n’ont pas réussi », a déclaré Mme Shaheen, en incluant apparemment le règne de cinq ans des talibans dans cette évaluation. « Nous ne voulons donc pas répéter cette même formule ».

Mais il s’est également montré intransigeant sur le maintien au pouvoir de Ghani, le qualifiant de fauteur de guerre et l’accusant d’avoir utilisé son discours de mardi, à l’occasion de la fête sainte islamique de l’Aïd-al-Adha, pour promettre une offensive contre les talibans. Shaheen a rejeté le droit de Ghani à gouverner, ressuscitant les allégations de fraude généralisée qui ont entouré la victoire électorale de Ghani en 2019. Après ce vote, Ghani et son rival Abdullah Abdullah se sont tous deux déclarés présidents. Après un accord de compromis, Abdullah est maintenant le numéro 2 du gouvernement et dirige le conseil de réconciliation.

M. Ghani a souvent déclaré qu’il resterait en fonction jusqu’à ce que de nouvelles élections permettent de désigner le prochain gouvernement. Ses détracteurs – y compris ceux qui ne font pas partie des talibans – l’accusent de ne chercher qu’à conserver le pouvoir, ce qui provoque des divisions parmi les partisans du gouvernement.

Le week-end dernier, Abdullah a dirigé une délégation de haut niveau dans la capitale qatarie, Doha, pour des pourparlers avec des dirigeants talibans. Elle s’est terminée par des promesses de nouveaux pourparlers, ainsi que par une plus grande attention à la protection des civils et des infrastructures.

Shaheen a qualifié les pourparlers de bon début. Mais il a déclaré que les demandes répétées du gouvernement pour un cessez-le-feu pendant que Ghani reste au pouvoir revenaient à exiger une reddition des talibans.

« Ils ne veulent pas de réconciliation, mais ils veulent se rendre », a-t-il déclaré.

Avant tout cessez-le-feu, il doit y avoir un accord sur un nouveau gouvernement « acceptable pour nous et pour les autres Afghans », a-t-il ajouté. Ensuite, « il n’y aura pas de guerre ».

Shaheen a déclaré que sous ce nouveau gouvernement, les femmes seront autorisées à travailler, à aller à l’école et à participer à la vie politique, mais qu’elles devront porter le hijab, ou foulard. Il a ajouté que les femmes ne seront pas obligées d’être accompagnées d’un parent masculin pour quitter leur domicile, et que les commandants talibans des districts nouvellement occupés ont ordonné que les universités, les écoles et les marchés fonctionnent comme avant, y compris avec la participation des femmes et des filles.

Cependant, des rapports répétés de districts capturés font état de talibans imposant des restrictions sévères aux femmes, allant jusqu’à mettre le feu aux écoles. Une vidéo macabre a été diffusée, montrant des talibans tuant des commandos capturés dans le nord de l’Afghanistan.

M. Shaheen a déclaré que certains commandants talibans avaient ignoré les ordres de la direction contre les comportements répressifs et drastiques et que plusieurs d’entre eux avaient été traduits devant un tribunal militaire taliban et punis, mais il n’a pas donné de détails. Il a affirmé que la vidéo était fausse et qu’il s’agissait d’un montage de plusieurs séquences distinctes.

M. Shaheen a déclaré qu’il n’était pas prévu de faire une poussée militaire sur Kaboul et que les talibans s’étaient jusqu’à présent « abstenus » de prendre les capitales provinciales. Mais il a averti qu’ils pourraient le faire, étant donné les armes et les équipements qu’ils ont acquis dans les districts nouvellement capturés. Il a affirmé que la majorité des succès remportés par les talibans sur le champ de bataille sont le fruit de négociations et non de combats.

« Les districts qui nous sont tombés dessus et les forces militaires qui nous ont rejoints … l’ont été grâce à la médiation du peuple, grâce à des pourparlers », a-t-il déclaré. « Ils (ne sont pas tombés) à la suite de combats … il aurait été très difficile pour nous de prendre 194 districts en seulement huit semaines. »

Les talibans contrôlent environ la moitié des 419 centres de district de l’Afghanistan et, s’ils n’ont encore pris aucune des 34 capitales provinciales, ils exercent une pression sur environ la moitié d’entre elles, a indiqué M. Milley. Ces derniers jours, les États-Unis ont mené des frappes aériennes pour soutenir les troupes gouvernementales afghanes assiégées dans la ville de Kandahar, dans le sud du pays, autour de laquelle les talibans se sont rassemblés, a déclaré jeudi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

La chute rapide des districts et la réponse apparemment découragée des forces gouvernementales afghanes ont incité les chefs de guerre alliés des États-Unis à ressusciter des milices au passé violent. Pour de nombreux Afghans lassés par plus de quatre décennies de guerre, cela fait craindre une répétition de la brutale guerre civile du début des années 1990, au cours de laquelle ces mêmes seigneurs de la guerre se disputaient le pouvoir.

« Vous savez, personne, personne ne veut d’une guerre civile, y compris moi », a déclaré Shaheen.

Shaheen a également répété les promesses des talibans visant à rassurer les Afghans qui craignent le groupe.

Washington a promis de relocaliser des milliers d’interprètes de l’armée américaine. M. Shaheen a déclaré qu’ils n’avaient rien à craindre des talibans et a nié les avoir menacés. Mais, a-t-il ajouté, si certains veulent prendre asile en Occident en raison de la pauvreté de l’économie afghane, « c’est à eux de décider ».

Il a également nié que les talibans aient menacé les journalistes et la société civile naissante de l’Afghanistan, qui a été la cible de dizaines d’assassinats au cours de l’année écoulée. Le groupe État islamique a assumé la responsabilité de certains d’entre eux, mais le gouvernement afghan a imputé la plupart des meurtres aux talibans, qui accusent à leur tour le gouvernement afghan de les perpétrer pour les diffamer. Le gouvernement a rarement procédé à des arrestations dans le cadre de ces meurtres ou révélé les conclusions de ses enquêtes.

M. Shaheen a déclaré que les journalistes, y compris ceux qui travaillent pour des médias occidentaux, n’ont rien à craindre d’un gouvernement qui inclut les talibans.

« Nous n’avons pas envoyé de lettres aux journalistes (les menaçant), en particulier à ceux qui travaillent pour des médias étrangers. Ils peuvent poursuivre leur travail même à l’avenir », a-t-il déclaré.

Etiquettes : Afghanistan, Talibans, Ashraf Ghani, pourparlers de paix,