Le monde réclame une enquête sur l’utilisation de Pegasus

Le projet Pegasus suscite des demandes d’enquête sur l’utilisation du logiciel espion de l’ONS.

L’opposition indienne perturbe le parlement pour demander une enquête alors que les procureurs de Paris examinent les allégations.

Les révélations selon lesquelles des dizaines de journalistes ont été espionnés par des gouvernements utilisant le logiciel espion du groupe NSO ont enflammé les critiques dans le monde entier et accéléré les demandes d’enquêtes sur les allégations d’espionnage.

Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, dit Amlo, dont les numéros de téléphone de la famille, du cardiologue et des conseillers politiques figuraient dans la liste divulguée alors qu’il était en campagne, a promis d’annuler tous les contrats gouvernementaux en cours avec le groupe NSO.

Cet appel a été lancé alors que des politiciens de l’opposition indienne ont perturbé le parlement mardi pour demander une enquête complète sur l’utilisation présumée par le gouvernement du logiciel d’espionnage Pegasus sur les personnes figurant sur la liste, y compris des citoyens indiens, des politiciens, des journalistes et des avocats.

Les fuites concernant Pegasus ont dominé les deux premiers jours de la session de la mousson au Parlement indien, et mardi, la Chambre a été ajournée deux fois en raison du tumulte et des protestations des politiciens de l’opposition.

Des membres du parti d’opposition, le Congrès, dont le propre Rahul Gandhi figurait parmi les personnes dont le nom figurait sur la liste, ont brandi des pancartes dans l’hémicycle et crié fort, demandant la démission du ministre de l’intérieur, Amit Shah, en raison des allégations d’espionnage.

Le Congrès et d’autres partis d’opposition ont également demandé une enquête indépendante sur l’utilisation présumée du logiciel espion Pegasus par le gouvernement de Narendra Modi.

Le porte-parole du Congrès, Shaktisinh Gohil, a déclaré que le gouvernement devait indiquer clairement s’il avait ou non acheté le logiciel Pegasus. « Si c’est le cas, le gouvernement devrait ordonner la création d’une commission parlementaire mixte pour enquêter sur toute cette affaire », a-t-il déclaré.

Selon les fuites, ceux de Gandhi, ainsi que de plusieurs de ses proches collaborateurs et d’un stratège politique qui travaille pour le Congrès, figuraient parmi les 300 numéros indiens vérifiés qui apparaissaient dans les données fuitées. Deux des numéros de téléphone de Gandhi ont été sélectionnés en 2017 et en 2019 avant les élections générales de 2019, où le Congrès a subi une perte importante face au parti Bharatiya Janata de Modi.

Parmi les autres personnes figurant sur la liste figurent deux ministres, plus de 40 journalistes, trois dirigeants de l’opposition, des dizaines de militants et un juge en exercice.

L’opposition a accusé le gouvernement Modi d’utiliser le logiciel Pegasus pour espionner ses opposants politiques, ainsi que des avocats, des journalistes et des militants des droits de l’homme dont le travail était critique envers le gouvernement. Lundi, elle l’a qualifié d' »attaque contre les fondements démocratiques de notre pays ».

Le gouvernement Modi a affirmé qu’aucune surveillance non autorisée n’avait été effectuée. L’ancien ministre des technologies de l’information, Ravi Shankar Prasad, a déclaré qu’il n’y avait « pas l’ombre d’une preuve liant le gouvernement indien ou le BJP » aux allégations et a été l’une des nombreuses personnalités du BJP à qualifier les fuites de complot international visant à diffamer l’Inde.

La nouvelle est intervenue alors que les procureurs de Paris ont déclaré mardi qu’ils avaient ouvert une enquête sur les allégations selon lesquelles les services de renseignement marocains ont utilisé le logiciel de surveillance israélien Pegasus pour espionner plusieurs journalistes français.

Les procureurs de Paris examineront 10 chefs d’accusation différents, notamment l’existence d’une violation de la vie privée, d’un accès frauduleux à des appareils électroniques personnels et d’une association criminelle.

Le site d’investigation Mediapart a déposé une plainte en justice à la suite de ces allégations, que le Maroc a démenties, après avoir confirmé que les analyses médico-légales ont montré que le téléphone de son directeur de la rédaction et cofondateur, Edwy Plenel, avait été sélectionné, ainsi que celui de sa rédactrice en chef des questions de genre, Lénaïg Bredoux, qui s’est spécialisée dans les reportages sur les violences et le harcèlement sexuels.

L’hebdomadaire satirique français Le Canard Enchaîné a également fait part de son intention de déposer une plainte en justice.

L’ancienne journaliste du Canard Enchaîné, Dominique Simonnot, qui dirige actuellement l’organisme indépendant de surveillance des prisons, a confirmé à France Info qu’elle avait été sélectionnée alors qu’elle était encore journaliste : « C’est un véritable scandale ».

Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a déclaré à la radio publique française : « Ce sont des actes extrêmement choquants et, s’ils sont avérés, ils sont extrêmement graves ».
Il a ajouté que la France était « extrêmement attachée à la liberté de la presse » et que toute tentative de restreindre la liberté d’informer des journalistes était « très grave ».

À Bruxelles, la Commission européenne a promis d’utiliser « tous les outils possibles » pour recueillir des informations sur l’espionnage des journalistes après que l’analyse médico-légale des appareils mobiles a montré que le gouvernement hongrois utilisait le logiciel espion Pegasus contre les journalistes d’investigation.

La promesse d’action de la Commission risque de décevoir certains membres du Parlement européen, qui espéraient une réponse plus ferme aux allégations formulées à l’encontre de la Hongrie, déjà empêtrée dans de nombreux litiges avec Bruxelles sur la démocratie et les droits de l’homme.

Didier Reynders, le commissaire européen en charge de la protection des données, a déclaré : « Un tel espionnage des médias, s’il est avéré, est tout simplement inacceptable, et nous nous efforcerons donc de suivre les enquêtes. »

Il a ajouté que les fonctionnaires de Bruxelles responsables des réseaux et des technologies de communication analysaient la situation, mais n’est pas allé jusqu’à promettre l’enquête à grande échelle de la Commission que les membres du Parlement européen ont réclamée.

L’eurodéputée libérale néerlandaise Sophie in ‘t Veld a posé des questions urgentes à la Commission, exigeant de savoir si elle « enquêtera immédiatement et évaluera si la Hongrie a respecté ou non ses obligations » en vertu des traités de l’UE, de la charte des droits fondamentaux et de la loi sur la protection des données (GDPR).

Le gouvernement hongrois a réagi en deux temps aux rapports de Pegasus. Dans un billet de blog publié mardi, il affirme qu’il n’y a pas eu de surveillance illégale en Hongrie depuis l’arrivée au pouvoir d’Orbán en 2010. Il cite également la ministre hongroise de la justice, Judit Varga, qui a déclaré aux médias hongrois que les États « doivent disposer des outils nécessaires pour combattre les nombreuses menaces auxquelles ils sont confrontés aujourd’hui ».

Au Mexique, M. Obrador a rejeté les appels à l’ouverture d’une enquête criminelle à la suite des révélations selon lesquelles le numéro de 15 000 Mexicains figurait dans les données, tout en s’engageant à mettre fin à toute utilisation du logiciel espion israélien.

Il a déclaré : « [Cette enquête] est la preuve irréfutable que nous avons été soumis à un gouvernement autoritaire et antidémocratique qui a violé les droits de l’homme ».

Le Mexique a été le premier client de NSO en 2011, et au moins trois agences – le secrétaire à la défense, le bureau du procureur général et l’agence nationale de renseignement – ont exploité Pegasus sous le gouvernement précédent.

« Je suis absolument sûr que ce gouvernement n’espionne personne. Si nous trouvons des contrats, ils seront annulés. Nous faisons les choses différemment dans ce gouvernement … nous transformons la vie publique. Nous n’espionnons pas les journalistes, les opposants politiques ou les militants », a déclaré M. Obrador.

The Guardian, 20/07/2021

Etiquettes : Pegasus, logiciels espions, NSO Group, espionnage, France, journalistes, Emmanuel Macron, Maroc,


Be the first to comment

Leave a comment