Sur le transfert d’Abdellatif Nasser de Guantanamo au Maroc

WASHINGTON – L’administration Biden a transféré Abdul Latif Nasser, un citoyen marocain, de la prison de Guantánamo Bay au Maroc. M. Nasser a été autorisé à être rapatrié en juillet 2016 dans le cadre d’une décision consensuelle prise par un processus du Comité d’examen périodique que le président Obama a établi en 2011 et que le président Trump a confirmé en 2018. Le conseil est composé de hauts fonctionnaires d’agences, notamment des départements de la défense, de la sécurité intérieure, de la justice et de l’État, ainsi que du bureau du directeur du renseignement national. Une fois que le conseil a pris sa décision, le secrétaire à la Défense prend la décision finale de transférer un détenu, avec l’accord du secrétaire d’État, et en consultation avec le président des chefs d’état-major interarmées, le procureur général, le secrétaire à la Sécurité intérieure et le directeur du Renseignement national. En outre, 30 jours avant un transfert, le Secrétaire à la Défense doit fournir au Congrès une certification et une explication de toute mesure de sécurité, et expliquer pourquoi le transfert est dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis.

Les États-Unis détiennent M. Nasser à Guantánamo depuis 2002 ; il est représenté par Thomas Durkin du cabinet Durkin & Roberts et par l’organisation de défense des droits de l’homme Reprieve. M. Nasser est l’un des 11 prisonniers de Guantánamo que la Commission a autorisé à être transférés.

Hina Shamsi, directrice du National Security Project de l’ACLU, a déclaré :

« C’est un développement encourageant. C’est une parodie que M. Nasser ait continué à croupir à Guantánamo après avoir été autorisé à être transféré au Maroc il y a cinq ans. Cette parodie n’a fait qu’aggraver des années d’injustice, car le fait est que les États-Unis ont détenu M. Nasser à Guantánamo sans inculpation ni procès pendant 19 ans. Nous sommes heureux que le calvaire de M. Nasser dans un système que le monde entier reconnaît comme un symbole des violations américaines des droits de l’homme prenne fin, et nous espérons qu’il aura l’espace nécessaire pour se rétablir en paix.

« L’administration Biden doit de toute urgence négocier et mettre en œuvre des décisions similaires pour d’autres prisonniers innocentés. Mettre fin à deux décennies de détention militaire injuste et abusive d’hommes musulmans à Guantánamo est une obligation en matière de droits de l’homme et une nécessité de sécurité nationale. »

En février 2020, plus de 110 organisations, dont l’ACLU, ont écrit au président Biden pour lui demander de fermer la prison de Guantánamo et de mettre fin sans délai à la détention militaire illimitée. Ces organisations comprennent des groupes axés sur les droits des immigrants, la justice raciale et la lutte contre la discrimination anti-musulmane.

La lettre des groupes déclare :

« Guantánamo incarne le fait que, pendant près de deux décennies après les attentats du 11 septembre 2001, le gouvernement des États-Unis a considéré les communautés de couleur – citoyens et non-citoyens – à travers le prisme de la menace sécuritaire, avec des conséquences dévastatrices. Ce n’est pas un problème du passé. Guantánamo continue de causer des dommages croissants et profonds aux hommes qui y croupissent encore, et l’approche qu’il illustre continue d’alimenter et de justifier le sectarisme, les stéréotypes et la stigmatisation. »

Au total, 779 hommes ont été détenus à Guantánamo depuis l’ouverture de la prison par les États-Unis en 2002 ; 39 y sont toujours détenus.

Libertés civiles américaines Union, 19 JUILLET 2021

Etiquettes : Etats-Unis, Guantanamo, terrorisme, Abdul Latif Nasser, prison, transfère au Maroc, Maroc, Barack Obama,

1 Trackback / Pingback

  1. Maroc : Premier service rendu à l’administration Biden.

Comments are closed.