Maroc : L’Algérie passe à l’offensive

SILENCE RADIO DU ROYAUME DU MAROC SUR L’INCIDENT EXTREMEMENT GRAVE DE SON AMBASSADEUR : L’Algérie passe à l’offensive

Non seulement il est coupable d’un incident diplomatique d’une extrême gravité qu’il soutient un invraisemblable « droit à l’autodétermination du peuple kabyle », le royaume du Maroc entretient un silence assourdissant alors que l’Algérie attend officiellement à ce qu’il clarifie sa position sur la dérive dangereuse de son ambassadeur à New-York.

Si cela nous rappelle les propos grossiers, hostiles et provocateurs, du consul de Rabat à Oran, lequel avait qualifié en juin 2020 notre pays d’ « ennemi », ce qui lui avait valu alors une expulsion du sol algérien, en 2021 nous assistons à une attaque encore plus féroce, de façon officielle et assumée devant la communauté internationale.

En osant saisir les pays membres du Mouvement des non-alignés, lors de leur rencontre la semaine dernière, d’une note officielle portant soutien et défense à un « peuple Kabyle » qui « aspire à l’autodétermination » et qui subirait « la plus longue occupation étrangère », l’ambassadeur Omar Hilale s’est jeté en plein dans la gueule du loup. S’il est bien maintenant que le royaume marocain a été officiellement interpellé par l’Algérie pour clarifier sa position sur cette dérive inacceptable est contraire aux mœurs diplomatiques régissant les relations entre pays, voire même rectifier probablement ce qui serait « un mauvais tir » de la part de son diplomate, il s’est imposé jusque-là un silence inexplicable que l’on pourrait assimiler à une attitude assumée en haut lieu dans le palais de Rabat.

En conséquence de quoi, l’Algérie, qui est dans son droit absolu de passer à un autre stade, venait de rappeler immédiatement son ambassadeur de Rabat pour le besoin de consultations sur la question. Mais ce n’est là qu’une première mesure de la part de la diplomatie algérienne qui a pris cette mesure faute d’avoir une réponse de la part de son homologue de l’Ouest. Pas que, la procédure d’usage n’exclut pas en effet pour Alger de procéder à la convocation de l’ambassadeur marocain en vue de s’expliquer sur l’incident à l’origine des propos de Omar Hilale.
Isolé sur les plans régional et international depuis qu’il a violé le cessez-le-feu avec le Front Polisario, en sus d’une répression féroce des Sahraouis dans leurs territoires occupés, le tout « couronné » du fameux deal triangulaire conclu avec Trump et l’État sioniste, le Maroc croit, depuis lors, pouvoir tout se permettre jusqu’à fourrer son nez dans les affaires internes à l’Algérie.

Un pays auquel il voue toute l’hostilité et la haine du monde non seulement parce qu’il soutient le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination pour une question d’occupation-la dernière en Afrique-reconnue comme telle par la communauté internationale, mais aussi parce que le grand retour de la diplomatie algérienne aux devants de la scène remet de facto le Makhzen à sa place.

Ainsi, en exhibant ce qu’il croit pouvoir passer pour « la question kabyle », histoire de prétendre tenir tête à la diplomatie algérienne, le royaume du Maroc a tenté, dans son entreprise désespérée, le tout pour le tout. Mais l’offensive diplomatique de l’Algérie ne fait que commencer d’autant plus que notre voisin de l’Ouest s’est imposé le black-out !
Farid Guellil

L’Algérie rappelle immédiatement son ambassadeur à Rabat pour consultations

L’Algérie a décidé de rappeler son ambassadeur à Rabat pour consultation avec effet immédiat, suite à la dérive de la représentation diplomatique marocaine à New York qui a distribué une note officielle aux pays membres du mouvement Non-alignés dans laquelle le Maroc « soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l’autodétermination du peuple kabyle », a indiqué, hier, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, repris par l’APS, dont le texte intégral suivant :« Dans la déclaration du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, rendue publique le 16 juillet 2021, il a été indiqué que l’Algérie attendait du royaume du Maroc qu’il clarifie sa position définitive sur la situation d’une extrême gravité créée par les propos inadmissibles de son ambassadeur à New York. Depuis lors, et en l’absence de tout écho positif et approprié de la partie marocaine, il a été décidé aujourd’hui, le rappel, avec effet immédiat, pour consultations, de l’Ambassadeur d’Algérie à Rabat, sans préjudice d’autres mesures éventuelles en fonction de l’évolution de cette affaire ».
R. N.

Le Courrier d’Algérie, 19/07/2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, Kabylie, Omar Hilale,