L’échec retentissant de la diplomatie espagnole au Maroc

La politique étrangère en Afrique du Nord est un échec depuis 1975

José Antequera

Le Maroc n’a jamais été caractérisé par une politique étrangère définie. Il a toujours suivi le soleil qui souffle le plus fort, en fonction de la direction du vent. Lorsque l’Espagne est faible en raison de circonstances historiques, il est temps de revendiquer Ceuta et Melilla ; lorsque les Espagnols se remettent de leurs dépressions et oiseaux historiques, les liens d’amitié, de coopération et de bon voisinage se renforcent. Depuis quelques jours, le royaume alaouite est entré dans une nouvelle phase de sa diplomatie avec Madrid : resserrer l’étau autant que possible. Elle semble même prête à reconnaître l’indépendance de la Catalogne pour lui donner le coup de grâce.

La vague d’immigrants à Ceuta, orchestrée par le régime de Rabat, n’est que la conséquence directe d’un énième changement de stratégie. Depuis un certain temps déjà, Mohammed VI a l’intention d’acculer le riche voisin du nord et de le mettre dans les cordes afin de récupérer la souveraineté sur le Sahara occidental. Finies les années de bonnes manières et de manières exquises avec le roi Juan Carlos I. Aujourd’hui, la « trumpisation », c’est-à-dire le discours dur et agressif contre l’Espagne, est à l’ordre du jour au tribunal alaouite.

Pour mener à bien ce nouveau scénario, le monarque marocain a bien préparé le terrain : il a scellé une alliance indéfectible avec Trump, a rompu avec les pays frères d’Afrique (on ne voit plus le monarque aux sommets de la Ligue arabe et il fonctionne comme  » non-aligné « ) et s’est également rapproché de l’axe Moscou-Pékin, toujours neutre sur la question sahraouie, une position aseptisée qui convient très bien au Maroc. Logiquement, nos voisins du sud changent de politique internationale parce que Washington et Bruxelles changent également de position lorsqu’il s’agit de traiter l’épineux conflit sahraoui. Il est donc totalement impossible de savoir ce que les Marocains feront demain matin.

En tout cas, la donne a changé depuis que l’Espagne a décidé d’accueillir Brahim Ghali pour des raisons sanitaires et humanitaires. L’hospitalisation du leader du Polisario était l’excuse parfaite pour un nouveau retournement de situation et pour pouvoir réclamer la souveraineté sur le Sahara occidental. Ainsi, comme prévu, l' »ami américain » a pris le parti de son allié traditionnel, le Maroc, dans le conflit migratoire qui a éclaté à la frontière sud de Ceuta. Alors que des centaines de Marocains se sont jetés dans les eaux froides d’El Tarajal pour tenter de rejoindre les côtes espagnoles, la diplomatie américaine a souligné « l’importance de la relation bilatérale forte et le rôle clé du Maroc pour favoriser la stabilité dans la région ». Les images qui ont fait le tour du monde montrant des soldats marocains ouvrant le portail pour libérer le flot de migrants à la frontière sud de l’Espagne (déclenchant une crise migratoire sans précédent) n’ont servi à rien. Lorsque le moment est venu de prendre position, Joe Biden, le Biden de gauche, le Biden pro-vert, a misé sur des intérêts géostratégiques mesquins et non sur la raison de la justice et du droit international.

Depuis le naufrage du Maine, la guerre à Cuba et la perte des colonies d’outre-mer, les États-Unis n’ont fait que traiter l’Espagne comme un allié de second rang. Même le Maroc, un État policier qui jette ses habitants (y compris les enfants) à la mer pour qu’ils se débrouillent seuls, est privilégié à la table du bureau ovale lorsqu’il s’agit de distribuer les miettes du nouvel ordre mondial. Sans parler de la position infâme des Américains à l’égard du régime franquiste, qu’ils ont d’abord envisagé de renverser en tant que fasciste puis, pour les besoins de la guerre froide et de la lutte contre les Soviétiques, ont fini par reconnaître et soutenir en échange de l’installation des bases de Rota et Morón de la Frontera, un lourd tribut à la soumission que nous payons encore aujourd’hui.

On connaît la triste histoire de l’Espagne d’après-guerre, analphabète, appauvrie et en noir et blanc, qui, dans les dures années cinquante, attendait l’aide de Washington pour la reconstruction de l’Europe comme une manne du ciel et devait finalement se contenter des restes. De cet épisode, il nous reste une chanson, « Americans we welcome you with joy », et un film de Berlanga (voir Bienvenido, Mister Marshall) dans lequel la cruauté suprématiste avec laquelle nous étions traités par nos prétendus alliés d’outre-Atlantique a été dépeinte pour la postérité.

Aujourd’hui, au milieu d’une énorme crise humanitaire, il a été démontré que l’Espagne ne peut attendre un seul geste de l’administration américaine. Rien de ce que nous faisons ne les amènera à nous considérer comme un partenaire préférentiel par rapport au Maroc, et nous avons presque tout essayé au cours de l’histoire, jusqu’à leur envoyer un président soumis pour fumer un cigare avec l’Oncle Sam dans son ranch au Texas, les pieds sur la table, avant de vendre l’Espagne pour une guerre illégitime et immorale en Irak qui ne nous convenait pas.

Zapatero et le Maroc

Mais si la diplomatie avec Washington a échoué, la stratégie de la tension n’a pas non plus fonctionné comme elle le devrait. La rebuffade de Zapatero à l’égard de la bannière étoilée (en s’asseyant sur la trajectoire du drapeau américain lors d’un défilé militaire) n’a guère contribué à améliorer nos relations toujours tumultueuses avec les Yankees. Les États-Unis seront toujours aux côtés du Maroc, non seulement parce que le royaume alaouite reste le plus vieil allié de Washington (le premier traité de paix et d’amitié signé par le Sultan date de 1787, et ça unit beaucoup) mais parce que les Américains savent qu’en contrôlant le Maghreb avec l’intervention de la CIA et la collaboration d’un roi fantoche, ils continueront à dominer leur précieux bastion en Afrique du Nord face à l’offensive djihadiste d’ISIS, ils garderont la Méditerranée sous surveillance et seront plus proches du pétrole et d’Israël.

Avant de partir, Donald Trump a tout laissé en plan dans le nid de frelons marocain. Un coup parfait pour Mohammed VI, qui se sent désormais soutenu par le grand gendarme international et qui a le feu vert pour déclarer la guerre démographique, migratoire et diplomatique à l’Espagne. L’histoire a ses règles et ses lois immobiles et immuables.

À ce stade, plus d’un expert en politique internationale recommande à Pedro Sánchez de reconsidérer un changement drastique de la politique étrangère et diplomatique de notre pays, de refroidir les relations avec Washington et le bloc atlantiste, de renforcer la coopération avec nos frères latino-américains et d’améliorer la position de l’Espagne en Europe, quelque peu négligée depuis l’époque de Felipe González. Et pendant que nous y sommes, peut-être serait-il bon de commencer à renégocier l’accord de 1953 qui autorisait les bases aériennes américaines sur le sol espagnol, un accord militaire qui expire le 22 mai de cette année. Il ne s’agit pas de revenir à la politique anti-américaine du « yankees go home », mais de maintenir notre dignité en tant que pays.

Logiquement, le roi du Maroc joue toutes ces cartes, certain que l’Espagne est prise entre deux feux. Il n’y a plus de doute : Mohammed VI est un personnage autoritaire classique. Alors que son peuple fait naufrage dans la misère, la Maison royale reçoit une allocation annuelle de 250 millions d’euros. Le magazine Forbes a estimé sa fortune à 5 milliards de dollars (l’homme le plus riche du pays, ce qui n’est pas un grand mérite si l’on considère que la majorité de la population vit avec moins de dix euros par jour). À ce jour, le dictateur qui se fait passer pour un démocrate (nombre des réformes ouvertes qu’il a annoncées sont restées lettre morte) est le cinquième dirigeant le plus riche du continent africain.

L’homme en question possède douze palais, plus de mille domestiques, un château en France, le quatrième hôtel le plus luxueux du monde et l’un des dix yachts les plus imposants de la planète. Un avion privé ne suffit pas pour se déplacer, il lui en faut deux, et son addiction irrépressible aux voitures de luxe est bien connue (on dit qu’il a plus de 600 voitures haut de gamme garées dans le garage royal). Bien sûr, comme tout bon despote, il est accro aux montres en or et aux chiffons : le budget de sa garde-robe dépasse les deux millions d’euros par an. Même le tristement célèbre colonel Kadhafi, un autre oppresseur sans âme, ne s’est pas abaissé à ce point.

Cependant, malgré les richesses accumulées dans sa manche, Mohammed VI n’est pas au mieux de sa forme en termes de popularité. Lorsqu’il est monté sur le trône il y a 22 ans, il a promis de mettre fin à la pauvreté et à la corruption et de veiller au respect des droits de l’homme. Au vu de l’avalanche à la frontière sud de Ceuta ces dernières heures, il est clair qu’il n’a rien obtenu de ce qu’il avait promis. Le pays s’est effondré économiquement et le monarque est au plus bas. La voie supposée vers des réformes démocratiques, la séparation des pouvoirs, la rupture avec l’État théocratique/religieux, la liberté de la presse et le pluralisme politique n’était rien d’autre qu’une tromperie, une farce. Au Maroc, tout le monde sait que ce que dit le roi est valable. En d’autres termes, l’autoritarisme pur et simple, pour ne pas dire la dictature.

Il y a à peine un an, Mohammed VI a subi une nouvelle opération du cœur, et bien que la presse locale ait vendu l’opération comme un grand succès – dépeignant un dirigeant fort et en santé de fer – le Maroc est plongé dans un processus de détérioration institutionnelle imparable, de crise économique tenace et d’instabilité permanente. C’est la seule façon d’expliquer pourquoi le monarque a donné l’ordre d’ouvrir les portes de son pays à des milliers de pauvres loqueteux pour qu’ils cherchent à gagner leur vie en Europe. La guerre migratoire déclarée par le monarque voisin (le « frère » bien-aimé, selon Juan Carlos I) n’est rien d’autre qu’une fuite en avant. La dernière carte tout ou rien d’un souverain décrépit et décadent dont le conte des mille et une nuits est terminé.

Le discours d’invasion d’Abascal

Après l’ouverture de la clôture ordonnée par Mohamed VI, les rues de Ceuta sont remplies ces jours-ci de migrants qui errent sans savoir où aller. « Nous préférons mourir ici que de retourner dans notre pays », déclare l’un des enfants secourus dans les eaux d’El Tarajal. « Viva España, oé », scandent les jeunes naufragés entassés comme des ballots par la Guardia Civil sur les plages de Ceuta. L’image ne pourrait être plus déplorable et embarrassante pour la monarchie marocaine corrompue. Environ 10 000 personnes auraient tenté de passer à la nage du Maroc à l’Espagne. Plus de 8 000 personnes ont été refoulées par la police espagnole (au moment de leur expulsion). La loi autorise ces pratiques administratives, mais les ONG mettent en garde contre le risque de violation des droits de l’homme fondamentaux.

Les centres d’assistance sociale sont surpeuplés et des entrepôts industriels et des centres sportifs ont dû être aménagés pour accueillir les réfugiés. Le gouvernement a demandé aux communautés autonomes de faire un effort pour prendre en charge les centaines de mineurs non accompagnés qui sont arrivés dans notre pays. Les gouvernements régionaux du PP, accablés par leurs pactes avec Vox, ne veulent même pas entendre parler d’accueillir davantage de « menas », comme ils les définissent de manière péjorative.

Entre-temps, la droite a vu dans le conflit avec le Maroc au sujet du Sahara occidental une nouvelle occasion d’essayer de renverser la coalition gouvernementale. L’aile d’extrême droite de Vox (consentie et tolérée par le PP de Pablo Casado, qui ne s’est jamais opposé à elle, bien au contraire) n’a eu aucun scrupule à alimenter le discours de haine envers les immigrés en vendant le conflit migratoire comme une invasion des ennemis de l’Espagne à cause de Sánchez et de ses prétendus flirts avec le Front Polisario.

Quelques jours après le déclenchement de la crise migratoire, Santiago Abascal s’est rendu à Ceuta pour faire du prosélytisme en matière de politique anti-immigration, l’un des points forts du trumpisme qui fait des incursions dans toute l’Europe et notamment dans des pays comme l’Italie, la Pologne et la Hongrie. Abascal voulait entrer dans la ville autonome comme ces dictateurs africanistes venus de la Péninsule pour sauver les Espagnols acculés de la menace d’une invasion marocaine. Cette fois, cependant, les habitants de Ceuta ne sont pas vraiment venus l’accueillir à bras ouverts, avec tapis rouge et fanfare, en tant que nouveau Caudillo d’Espagne et seigneur du Protectorat colonial. Loin de prendre le bain de foule voulu par le leader de Vox, les Espagnols musulmans sont descendus dans la rue pour protester contre une visite qui ne fait que dresser les uns contre les autres une ville où quatre cultures – chrétienne, musulmane, hébraïque et hindoue – ont coexisté pacifiquement jusqu’à aujourd’hui. Certains des manifestants ont voulu atteindre le leader voxiste pour lui jeter quelques œufs et la police a dû intervenir. Ce n’était pas un moment épique et glorieux pour le leader de l’ultra.

L’élément déclencheur de la réaction publique de colère a été un tweet incendiaire qu’Abascal avait posté quelques heures avant son voyage controversé : « Ni le gouvernement, ni ses collaborateurs, ni les cinquièmes colonnes de Mohamed VI ne vont nous empêcher de sortir pour défendre nos frontières ». L’étiquette de « cinquième colonne de Mohamed VI » a fini par indigner les habitants de Ceuta qui pratiquent l’islam mais se sentent pleinement espagnols, et cette manifestation intolérable de xénophobie (résultat de l’ignorance d’Abascal de la réalité historique et multiculturelle de la terre de Ceuta) a fini par provoquer un tollé social.

Après avoir pris connaissance du tweet controversé, quelque trois cents personnes irritées par l’offense du chef de Vox se sont rassemblées dans une manifestation pour lui dire qu’il n’était pas le bienvenu dans la ville. Finalement, la délégation du gouvernement et les tribunaux de justice ont interdit les actes politiques de Vox pour des raisons de sécurité, et l’aspirant Caudillo d’Espagne a été contraint de s’enfermer dans le hall d’un hôtel, où il a donné un rassemblement pour un petit groupe de partisans dans lequel il a averti que parmi les immigrants qui arrivent dans notre pays il y a de dangereux terroristes ISIS. Le CNI a confirmé ce sombre présage, mais essayer de criminaliser des centaines de milliers de musulmans qui vivent et travaillent pacifiquement et honnêtement en Espagne à cause de quelques fanatiques de la guerre sainte revient à accuser toute la colonie russe espagnole d’appartenir à la mafia de Moscou. Un véritable non-sens idéologique qui n’a d’autre but que de continuer à semer la violence raciale contre le différent, contre l’étranger, contre l’autre.

Il est clair qu’Abascal tente d’attiser les esprits et les instincts les plus bas à la frontière sud, au point de semer la flamme de l’intolérance et de la discorde au sein de la population pacifique de Ceuta et Melilla. Leur idéologie basée sur la « guerre culturelle » est un pur poison pour la société espagnole. Alors que la controverse sur les affiches électorales que Vox a accrochées dans le métro de Madrid – dans lesquelles le groupe d’extrême droite criminalisait les mineurs non accompagnés arrivant en Espagne comme des délinquants – était encore fraîche, le conflit diplomatique avec le Maroc a servi davantage d’engrais ou de terreau aux politiques racistes de l’extrême droite.

La mèche de Vox semble avoir pris feu rapidement. Le 27 mai dernier, lors d’une séance plénière à l’Assemblée de Ceuta, le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a été contraint de suspendre la séance après un échange d’insultes et de reproches entre le porte-parole de Voxista, Carlos Verdejo, et les autres groupes au sujet de la grave crise migratoire. C’était le spectacle ou le show d’insultes et de mauvaises manières que Vox met habituellement en scène, et qui, dans ce cas, était également avilissant pour la démocratie. Et le poison idéologique répandu par le parti d’Abascal ne se répand pas seulement dans toute la société espagnole, mais il a également embrouillé les institutions les plus honorables de notre système politique démocratique.

Diario16, 19/07/2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Pedro Sanchez, Ceuta, Melilla, Sahara Occidental, Rodriguez Zapatero, Felipe Gonzalez,


Be the first to comment

Leave a comment