Le Maroc reconnaît l’espagnolité de Ceuta, il y érige un mur

Rabat érige une autre clôture à Ceuta pleine de concertinas deux mois après la crise avec Madrid

Deux mois après la plus grande crise diplomatique de ces dernières années avec le Maroc à la suite de l’affaire Ghali et de l’entrée subséquente à Ceuta de milliers de personnes par la digue de Tarajal, Rabat a commencé les travaux d’érection d’une nouvelle clôture sur le périmètre frontalier avec la ville autonome.

La construction est composée de trois murs d’interception qui entraveraient le transit des personnes. Le projet d’imperméabilisation par lequel le pays voisin veut redorer son blason prévoit de placer des rangées de barbelé- semblables à ceux que l’Espagne a retirés – tout au long des bancs de sable marocains. En octobre, un nouveau plan débutera, dans lequel 12 000 mètres cubes de sable seront transférés le long de la digue de Ceuta, afin que l’eau puisse submerger toute la barrière jusqu’aux points de surveillance de la Guardia Civil.

Ce projet serait en contradiction avec l’annonce faite par le président du gouvernement de son intention de retirer le brise-lames de la clôture frontalière après que les barbelés aient blessé des migrants dans leur tentative de traverser la frontière à la nage.

En matière de sécurité, le directeur du Centre d’Intelligence contre le terrorisme et le crime organisé (CITCO), le général Manuel Navarrete, a souligné la coopération policière  » efficace  » avec le Maroc et a reconnu que l’un des aspects analysés, malgré  » peu de cas « , est celui de l’infiltration de djihadistes dans les réseaux migratoires. Navarrete l’a admis dans le dernier numéro du magazine de la Fundación Víctimas del Terrorismo (Fondation des victimes du terrorisme).

El Diario de Leon, 19/07/2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Ceuta, Melilla, clôture, mur, barbelés, migration,