Le Maroc espionnait le journaliste espagnol Ignacio Cembrero

VIA PEGASUS
Une enquête journalistique internationale révèle l’espionnage de 50 000 militants et hommes politiques
L’enquête de Forbidden Stories montre un abus mondial de l’arme de la cybersurveillance par le biais de données qui auraient été vendues à des régimes autoritaires dans au moins dix pays.

Des militants des droits de l’homme, des journalistes et des avocats du monde entier ont été espionnés par des gouvernements utilisant un logiciel de piratage connu sous le nom de Pegasus et vendu par la société de surveillance israélienne NSO Group, selon une enquête menée par un consortium comprenant le Guardian, Le Monde, Süddeutsche Zeitung et le Washington Post, parmi 16 autres médias. Une violation massive des données de l’entreprise a révélé une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone censés avoir été identifiés comme des cibles potentielles par les clients de NSO depuis 2016. Parmi eux, le journaliste espagnol et collaborateur d’El Confidencial Ignacio Cembrero, qui couvre l’actualité marocaine depuis des décennies.

NSO affirme que son produit n’est destiné qu’à acquérir des données auprès de « criminels et de terroristes », mais l’enquête montre la portée mondiale de l’abus d’une arme de cybersurveillance que l’entreprise israélienne aurait vendue à des gouvernements, pour la plupart autoritaires, dans au moins dix pays : l’Azerbaïdjan, le Bahreïn, le Kazakhstan, le Mexique, le Maroc, le Rwanda, l’Arabie saoudite, la Hongrie, l’Inde et les Émirats arabes unis (EAU). Il est impossible de déterminer si les appareils dont les numéros ont été divulgués ont finalement été piratés, car les données montrent seulement que les clients de NSO les ont identifiés en prélude à un éventuel espionnage.

La recherche révèle que le Mexique est le pays qui a collecté le plus de numéros de téléphone. En deuxième position, on trouve le Maroc et les Émirats arabes unis, qui auraient sélectionné plus de 10 000 numéros de téléphone. La liste marocaine comprend le numéro de Cembrero. « Les services secrets marocains ont placé le logiciel malveillant israélien Pegasus, fabriqué par NSO, sur mon téléphone portable », affirme le journaliste. « Mon téléphone portable a été espionné en 2019, mais à cause d’une erreur commise dans un journal officialiste marocain, je suis sûr qu’il est encore espionné aujourd’hui. Ce journal a reproduit deux conversations que je n’ai eues que via WhatsApp. Les services secrets marocains s’intéressent à mes conversions, mais leur priorité était mon répertoire téléphonique, me dit-on dans l’équipe d’enquête », ajoute-t-il. L’un des cas de journalistes potentiellement espionnés par « Pegasus » qui a le plus résonné est celui du Mexicain Cecilio Pineda, assassiné en 2017 et qui figure deux fois sur la liste. La deuxième fois que son nom a été enregistré, c’était quelques jours avant qu’il ne soit abattu sur une moto alors qu’il attendait dans une station de lavage de voitures. Jusqu’à présent, son téléphone n’a pas été retrouvé, de sorte qu’aucune analyse médico-légale n’a pu être effectuée pour déterminer s’il était infecté par le logiciel de NSO. La société se défend en disant qu’il n’y a aucune preuve que le meurtre est lié. Les cas de Cembrero et de Pineda ne sont pas uniques. Plus de 180 journalistes du Financial Times, CNN, New York Times, France 24, The Economist, Associated Press et Reuters font partie des données.

‘Forbidden Stories’, basée à Paris, est une organisation à but non lucratif qui dépend du soutien financier public. Grâce à la collaboration entre journalistes, elle a formé un consortium de médias locaux et internationaux pour enquêter sur le « Projet Pegasus ». Amnesty International a également eu accès à la liste qui a fait l’objet d’une fuite et qui a été partagée. Amnesty International publiera le premier chapitre de cette exclusivité mondiale à 21 heures en Espagne. Elle révélera l’identité des personnes figurant sur la liste, notamment des hommes d’affaires, des personnalités religieuses, des universitaires, des membres d’ONG, des syndicats et des fonctionnaires. Ce n’est pas la première fois que Pegasus fait la une des journaux. À l’automne 2019, Facebook a annoncé que l’entreprise israélienne avait exploité la vulnérabilité de WhatsApp pour espionner une centaine de militants. Les deux sociétés américaines ont déposé une plainte en Californie contre les sociétés israéliennes NSO Group Technologies Ltd et Q Cyber Technologies Ltd, les accusant d’utiliser les serveurs de l’application de messagerie pour acheminer le logiciel espion, en le déguisant en appels, en messages ou en demandes apparemment inoffensives de modification de la configuration. « Entre avril et mai 2019, les défendeurs ont également utilisé et fait utiliser les serveurs relais de WhatsApp sans autorisation pour envoyer des paquets de données chiffrées destinés à activer le code malveillant injecté dans la mémoire des appareils cibles », ajoute la plainte. La même année, une autre enquête journalistique a révélé que 1 400 numéros de téléphone dans le monde avaient été ciblés par Pegasus, dont le téléphone portable de Roger Torrent, alors président du parlement catalan.

El Confidencial, 18/07/2021

Etiquettes : Forbidden Stories, Amnesty International, Pegasus, NSO Group, espionnage, journalistes, Maroc, logiciels espagnols,


Be the first to comment

Leave a comment