Quand le Maroc se réarme, Ceuta et Melilla tremblent

Le rapport « Le Maroc, le détroit de Gibraltar et la menace militaire pour l’Espagne », produit par l’Institut pour la sécurité et la culture, avertit que « les intérêts économiques et l’intégrité territoriale de l’Espagne pourraient être sérieusement menacés à l’avenir ».

José Antequera

En 1991, le Maroc et le Front Polisario ont signé un cessez-le-feu soutenu par l’ONU. A partir de ce moment, le conflit territorial sera régi par la Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental (MINURSO), une consultation populaire qui devait théoriquement se tenir le 26 janvier 1992. Cependant, aucune urne n’a jamais été installée dans cette partie du désert. Le Front Polisario a blâmé le Maroc pour les retards dans le vote. Rabat, pour sa part, a accusé l’Algérie et le Polisario de transférer des Sahraouis algériens dans la région pour en augmenter la population.

James Baker, nommé envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, a réussi à faire signer au gouvernement marocain et au Polisario les accords historiques de Houston, qui promettaient une sortie définitive du labyrinthe sahraoui. C’était en 1997. Cependant, le premier plan Baker, qui proposait une répartition solomonique des terres, a échoué, et le plan Baker II, lancé en 2003, n’a pas non plus été accepté par le Maroc, dont la dernière proposition était une autonomie pour les territoires occupés au lieu du référendum tant attendu. Cette fois, c’est le Front Polisario qui a refusé.

M. Baker a été clair et catégorique sur la situation des Sahraouis (« Je ne crois pas qu’il y ait une solution à cette crise ») tandis que Mohammed VI a maintenu son « non » au référendum, déclarant : « Nous ne céderons pas un pouce de notre pays bien-aimé et de notre désert, nous ne céderons pas un seul grain de son sable ». La solution consistant à construire un mur de plus de 2 000 kilomètres qui sépare le Sahara occidental (la partie marocaine de la partie sahraouie) du nord au sud n’a été qu’un pis-aller qui n’a rien résolu.

Aujourd’hui, alors que les plages de Ceuta se remplissent à nouveau d’immigrants marocains, l’Espagne s’étonne de voir que jeter la population africaine contre la frontière n’est pas une nouvelle tactique du roi du Maroc. Ce qui se passe ces jours-ci à la frontière s’inscrit dans une tradition militaire, une stratégie de la tension, une manière de comprendre la politique du fait accompli du royaume alaouite.

Tous les historiens s’accordent à dire que le déclin physique de Franco et la faiblesse de l’Espagne à l’époque ont donné au roi du Maroc l’impulsion nécessaire à son offensive sur le Sahara. L’Espagne a eu raison dans le processus qui devait être mené à bien, car le référendum organisé sous l’égide de l’ONU était le seul moyen de sortir du conflit. Mais avec le dictateur alité et intubé, le régime franquiste mourant n’était pas d’humeur à conclure des conventions et des traités internationaux, mais plutôt à essayer de sauver les quelques meubles qui lui restaient. Il est évident que l’Espagne s’est désengagée du Sahara, qu’elle en est sortie par la porte de derrière, faisant une infâme abdication de responsabilité et abandonnant une poignée de ressortissants à leur sort. D’une certaine manière, ce que nous payons aujourd’hui, c’est le désastre colonial que le Caudillo a laissé comme un cadeau empoisonné aux générations futures d’Espagnols.

Cependant, le problème du Sahara ne peut être imputé exclusivement à un régime franquiste qui n’a pas su mener une décolonisation humainement raisonnable. Aucun des gouvernements successifs de la démocratie n’a été capable de gérer la patate chaude. Les cabinets socialistes ont évolué entre la reconnaissance des droits des Sahraouis (avec une petite bouche), et une ambiguïté calculée pour ne pas contrarier le supposé partenaire marocain. Le Parti populaire de droite, quant à lui, a traité la question avec indifférence ou comme un problème mineur du passé qui ne concerne plus notre pays.

C’est un fait avéré que le roi Juan Carlos a utilisé la question du Sahara comme monnaie d’échange pour asseoir son règne et maintenir des liens de bon voisinage avec le Maroc, voisin toujours mal à l’aise. Dès lors, les relations entre le monarque espagnol et Hassan II ont toujours été excellentes (Juan Carlos appelait son homologue son « frère ») et la coopération économique et commerciale a été fondamentale. Cependant, le jeu des apparences, les délégations et les voyages d’affaires, les dîners de gala et les réunions au sommet entre les deux maisons royales n’ont pas réussi à cacher la tumeur latente que représente le Sahara occidental. Au-delà des postures diplomatiques, la seule certitude est qu’au fil du temps, le problème sahraoui, loin d’être résolu, est devenu un tabou pour tous les gouvernements qui se sont succédé en démocratie depuis 1977. Ainsi, Adolfo Suárez a défendu le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, mais des circonstances évidentes l’ont empêché d’aller plus loin (de toute évidence, le bruit du sabre et un coup d’État comme celui du 23F l’ont obligé à parquer toute question internationale).

Felipe González, quant à lui, a créé de grands espoirs de résolution du conflit, allant même jusqu’à se rendre dans les camps de réfugiés sahraouis, où il a harangué de cette manière les personnes désespérées : « Nous avons honte que le gouvernement espagnol n’ait pas seulement réalisé une mauvaise colonisation mais une pire décolonisation, en remettant le territoire aux mains de gouvernements réactionnaires comme ceux du Maroc et de la Mauritanie. Nous savons que votre expérience est celle d’avoir reçu de nombreuses promesses qui n’ont jamais été tenues. Pas pour vous promettre quelque chose mais pour m’engager dans l’histoire. Notre parti sera à vos côtés jusqu’à la victoire finale ». Aujourd’hui, tout le monde sait que Felipe est retourné à Madrid et que ce n’était guère plus que de belles paroles. L’Espagne a rejoint l’OTAN et l’Europe, les liens d’amitié avec les États-Unis se sont renforcés et, une fois de plus, nous avons oublié ces pauvres Espagnols abandonnés à leur sort quelque part dans le désert. C’est peut-être pour cela que les Sahraouis se souviennent de Felipe González comme du grand traître de toute cette histoire.

Bien qu’il ait formellement continué à défendre le référendum d’autodétermination, José María Aznar n’a rien résolu non plus ; en fait, il a laissé le conflit en jachère ou en veilleuse. La passion anglophile du président populaire est bien connue (il s’est jeté dans l’Axe Atlantique, a suivi la politique de Washington et a impliqué l’Espagne dans une guerre illégale contre l’Irak), de sorte que tout ce qui sentait l’Afrique et les musulmans lui donnait une certaine urticaire. Ainsi, Aznar a continué la longue tradition de fermer les yeux sur le Sahara Occidental. Sa phrase mythique « J’ai dit tout ce que j’avais à dire sur cette question » restera dans les annales. En 2003, un journaliste l’interrogeait sur le plan Baker (aujourd’hui mort et enterré) qui offrait aux Sahraouis une première phase d’autonomie au sein de l’État marocain avant d’en arriver au référendum controversé dans quelques années. Apparemment, l’Espagne a continué à se laver les mains de l’affaire.

Paradoxalement, après l’Aznarisme, un leader progressiste et réformateur comme José Luis Rodríguez Zapatero était peut-être le plus conservateur sur toute la question du protectorat, appelant parfois les Sahraouis à oublier la consultation populaire et les invitant à adopter des « formules imaginatives » pour résoudre le conflit de longue date. Cette position a provoqué une réponse immédiate et furieuse du Front Polisario, qui a exigé une rectification immédiate. Un autre conflit à ajouter à la longue liste des gaffes diplomatiques espagnoles.

On ne peut guère en dire plus de Mariano Rajoy, si ce n’est qu’il a continué à jouer le jeu de la patate chaude dans le désert. D’une certaine manière, c’est logique, le Galicien n’entrera pas dans l’histoire comme un homme audacieux lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes et des conflits internationaux.

Et c’est ainsi que nous en sommes arrivés à notre époque. Pedro Sánchez a reçu un héritage empoisonné, comme on a pu le constater lorsque la ministre des affaires étrangères Arancha González Laya a autorisé l’hospitalisation controversée du Ghali, une décision qui a failli nous coûter une guerre avec le Maroc. Il était inutile qu’un homme de gauche comme le deuxième vice-président Pablo Iglesias, aujourd’hui démissionnaire, insiste sans cesse sur la nécessité d’organiser un référendum d’autodétermination en application des résolutions de l’ONU. Tout se passe comme d’habitude, ou peut-être même pire, car la droite (PP et Vox) a lancé une de ses campagnes féroces contre Sánchez, l’accusant d’avoir généré une crise diplomatique avec le Maroc en prenant parti pour le Front Polisario. En réalité, la bravade chauvine de Pablo Casado et Santiago Abascal fait partie de la démagogie et de la posture habituelles des partis conservateurs espagnols, puisque même le roi Felipe VI, pas du tout suspecté d’être un podestat rouge, a exigé il y a cinq ans, lors de son discours à la 71e session de l’Assemblée générale de l’ONU, le droit à l’autodétermination pour le Sahara occidental. Une fois de plus, le bloc PP/Vox est exposé.

Ceuta et Melilla

Sans aucun doute, la décision de Mohammed VI d’ouvrir la frontière sans discernement pour permettre le passage d’immigrants porte un message implicite de menace pour l’Espagne : l’Espagne doit reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara, comme l’ont déjà fait les États-Unis. Toutefois, le différend sahraoui bien ancré n’est peut-être pas la pire source de conflit entre l’Espagne et le Maroc, mais plutôt la revendication historique de la monarchie alaouite sur Ceuta, Melilla et les îles Canaries. Rabat a toujours convoité le sol africain de l’Espagne comme ses perles manquantes, ses bijoux restants pour compléter le vieux rêve du Grand Maroc. Nos voisins ont-ils de solides raisons de poursuivre un rêve expansionniste qui les assaille de manière récurrente et cyclique ? L’histoire ne leur donne pas raison, car les territoires contestés ont toujours fait partie de la couronne espagnole.

Quant à Ceuta, en 1640, elle ne suit pas le Portugal dans sa sécession et préfère rester sous la souveraineté de Philippe IV. En 1656, la ville a obtenu une charte de nature et s’est vu attribuer le titre de « Most Faithful », qui s’ajoutait à son statut de ville « Noble et Loyale ». En 1668, le traité de Lisbonne signé entre l’Espagne et le Portugal reconnaît la souveraineté espagnole sur Ceuta. De toute évidence, le Maroc n’existait même pas. Cependant, depuis 1956, date de l’indépendance du Maroc, nos voisins nord-africains ont revendiqué la souveraineté sur la ville, une demande que l’Espagne n’a jamais négociée. Depuis lors, les désaccords, les insinuations et les crises diplomatiques au sujet de Ceuta n’ont pas cessé.

La ville de Melilla a suivi une évolution historique similaire. L’expansion des Portugais et des Castillans dans le nord du royaume de Fès au cours du XVe siècle culmine avec l’entrée de Pedro de Estopiñán dans la ville (1497), qui devient dépendante du duché de Medina Sidonia et, à partir de 1556, de la couronne espagnole.

La domination espagnole des îles Canaries remonte au 14e siècle et à la première époque des grandes explorations, lorsque les Européens (principalement les Majorquins, les Portugais et les Génois) ont commencé à s’y installer et à soumettre les populations indigènes. Après une série de conquêtes par des particuliers et des seigneurs féodaux, les droits sur les îles ont été cédés aux monarques catholiques en 1477.

Aujourd’hui, la Constitution espagnole de 1978 reconnaît l’intégration de toutes ces enclaves, en tant que communautés autonomes à part entière, dans la structure territoriale de l’État. Néanmoins, les velléités expansionnistes du Maroc ne connaissent pas de limites et il continue à pratiquer la politique du chantage et des menaces de temps en temps contre le gouvernement espagnol de l’époque. Des analystes politiques prestigieux ont déjà interprété la récente crise migratoire et diplomatique déclenchée sur la plage El Tarajal de Ceuta comme une première phase du grand plan ou scénario élaboré par le Maroc, qui pourrait à tout moment lancer une offensive pour revendiquer la propriété de tous ces territoires qui sont sous le drapeau national espagnol depuis des siècles devant la communauté internationale.

Mais le régime de Rabat a-t-il une chance de réussir, et est-il possible qu’un jour son partenaire privilégié, les États-Unis, décide de franchir un dangereux Rubicon en soutenant les demandes farfelues du Maroc ? Ce qui est clair, c’est que chaque nouvelle manœuvre marocaine sur Ceuta et Melilla, chaque nouvelle vague de migrants lancée contre la frontière sud, coïncide avec un moment d’extrême faiblesse en Espagne, comme ce fut le cas avec la Marche verte, lorsque le régime de Franco se décomposait alors que le dictateur luttait dans ses derniers retranchements. On peut dire que rarement, en quarante ans de démocratie, notre pays a montré autant de signes d’épuisement profond qu’aujourd’hui. L’impasse politique, la crise économique galopante, la décadence de la monarchie des Bourbons, les tensions, la guerre des partis, l’obsolescence des institutions à réformer d’urgence et le processus d’indépendance de la Catalogne ont décidé le roi Mohammed VI à ouvrir un nouveau front contre le gouvernement de Madrid. Certains l’encouragent, comme Carles Puigdemont, qui, depuis Waterloo, lance l’idée folle que Ceuta et Melilla sont des propriétés marocaines.

Il est clair que quelque chose bouge de l’autre côté de la frontière, alors que nos agents de renseignement CNI continuent d’en apprendre très peu sur ce qui se passe là-bas. Ainsi, Driss Lachgar, secrétaire général du parti socialiste marocain (Unión Socialista de Fuerzas Populares, USFP) a adressé une lettre au Premier ministre espagnol Pedro Sánchez il y a quelques jours, l’exhortant à négocier le statu quo dans les villes autonomes. « Nous pensons qu’il est temps de commencer à discuter calmement et raisonnablement de l’avenir de Ceuta et Melilla, en tenant compte des intérêts des populations espagnoles et marocaines qui y vivent », indique la lettre. Si tel est le discours tenu par les socialistes marocains, les plus sympathiques, les plus tolérants et les plus pacifistes, il y a sans doute lieu de s’inquiéter.

Les derniers rapports de sécurité traités par le gouvernement espagnol révèlent que le Maroc se réarme pour consolider sa suprématie régionale. Le régime de Rabat a acquis pour plus de 5 milliards de dollars d’armes et investit dans le développement d’une industrie militaire naissante. Ses forces armées se modernisent avec des chasseurs F-16, des véhicules blindés Abrams, des hélicoptères Apache, des batteries antimissiles, des navires et des drones, entre autres équipements. Dans ce contexte, il convient de noter que le service militaire est à nouveau obligatoire dans le pays après une longue période.

Il n’est pas nécessaire d’être un expert chevronné en matière de renseignements secrets pour conclure que la course aux armements du Maroc ne vise pas seulement à obtenir l’hégémonie sur son rival le plus direct dans la région, l’Algérie, mais aussi à défier l’Espagne dans un avenir pas trop lointain. Tous ces points essentiels peuvent être tirés du rapport « Le Maroc, le détroit de Gibraltar et la menace militaire pour l’Espagne » de l’Institut pour la sécurité et la culture, qui avertit que « les intérêts économiques de l’Espagne et son intégrité territoriale pourraient être sérieusement menacés à l’avenir ». Et ils préviennent : « Le fait que deux voisins de l’Espagne puissent entrer dans une situation de pré-guerre, ou du moins de forte hostilité et de tension, devrait être une priorité pour la sécurité nationale et nécessite une analyse spécifique ».

Logiquement, le changement abrupt et défiant de la politique étrangère du Maroc, plaçant Ceuta et Melilla à l’ordre du jour des négociations, n’aurait jamais été possible sans l’approbation des États-Unis. En effet, peu avant que Donald Trump ne quitte la Maison Blanche après avoir perdu l’élection au profit de Joe Biden, le magnat new-yorkais a renouvelé son traité d’amitié avec le Maroc dans lequel il reconnaît la souveraineté du royaume alaouite sur le Sahara occidental en échange de la normalisation par Rabat de ses relations diplomatiques avec Israël. Une fois de plus, l’avenir de l’intégrité territoriale de l’Espagne est en jeu à Washington.

Diario16, 18/07/2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Melilla, Sahara Occidental,


Be the first to comment

Leave a comment