L’Algérie rappelle son ambassadeur à Rabat pour consultation

L’Algérie a décidé de rappeler son ambassadeur à Rabat pour consultation avec effet immédiat, suite à la dérive de la représentation diplomatique marocaine à New York qui a distribué une note officielle aux pays membres du mouvement Non-alignés dans laquelle le Maroc “soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l’autodétermination du peuple kabyle”, indique, dimanche, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, dont voici le texte intégral:

“Dans la déclaration du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, rendue publique le 16 juillet 2021, il a été indiqué que l’Algérie attendait du Royaume du Maroc qu’il clarifie sa position définitive sur la situation d’une extrême gravité créée par les propos inadmissibles de son ambassadeur à New York.

Depuis lors, et en l’absence de tout écho positif et approprié de la partie marocaine, il a été décidé aujourd’hui, le rappel, avec effet immédiat, pour consultations, de l’Ambassadeur d’Algérie à Rabat, sans préjudice d’autres mesures éventuelles en fonction de l’évolution de cette affaire”.

Voulant à tout prix acter définitivement sa colonisation du Sahara occidental, le Maroc ne recule désormais devant rien. Après avoir normalisé ses relations avec Israël en dépit de l’opposition d’une bonne partie de sa population, et recours au chantage aux immigrants avec l’Espagne et l’Union européenne en général, Rabat abat une nouvelle carte diabolique avec l’Algérie, l’un des soutiens de poids du peuple sahraoui qui lutte pour son indépendance.

Ce vendredi, le ministère algérien a réagi vigoureusement à une nouvelle attaque marocaine qui vise directement l’unité de l’Algérie. Un précédent grave et dangereux de la part du voisin de l’Ouest qui désormais ne cache plus ses intentions belliqueuses.

L’Algérie, par la voix du département de Ramtane Lamamra, a condamné une « une dérive particulièrement dangereuse » du Maroc qui a affiché publiquement et explicitement un prétendu « droit à l’autodétermination du peuple kabyle ».

Etiquettes : Algérie, Maroc, Kabylie, Omar Hilale, MAK,