La justice…une autorité ou un pouvoir ?

par Madjid Khelassi

Un ministre de la justice, en exercice, poursuivi par la justice de son pays ! Cela se passe en France , c’est-à-dire dans un pays juste séparé de l’Algérie par la mer Méditerranée.

Le ministre en question, est mis en examen dans une affaire de conflit d’intérêt.

Réagissant à cette mise en examen, le président français Emmanuel Macron déclare sans ambages : «la justice est une autorité. Pas un pouvoir. Je ne la laisserai pas devenir un pouvoir» !

Question : cette situation (la mise en examen d’un ministre de la justice en poste) a-t-elle une miette de chance de se produire chez nous ?

La réponse envisage cette possibilité uniquement dans une autre vie…politique.

Car la justice chez nous est un pouvoir absolu. Ne dit-on pas pouvoir judiciaire, quand on évoque la justice ?

Pouvoir, -qui mis à part quelques figures marquantes de la période post-indépendance, comme Amar Bentoumi , ou Abdelmalek Benhabyles- , fit perdre aux ministres du secteur, cette perception qui permet de rendre la justice selon le droit et la loi, et les égara dans une parodie de justice, qui plus tard fut nommée justice du téléphone ou justice de nuit.

Lutte de clans…disait-on, quand des parties se déchirent dans la course aux postes et aux privilèges et dans laquelle la justice fut conviée pour faire un boulot aux antipodes de sa « sacralité ».

Puis vinrent 4 règnes, presque 4 ères… qui, dans l’ère quaternaire, fit habiter la justice dans le tabernacle des scandales. Et où Louh incarna tout…sauf la justice.

Louh à la justice fut un splendide oxymore, qui engendra, comme jamais auparavant, des conceptualités d’une perversité inimaginable. On appela ça la Issaba.

La justice incarnée par la Issaba, explosa sur elle-même, et atomisa la plus importante charretée des dirigeants du pays depuis 62…( avec l’inattendue escale prison) et nous convainquit définitivement que l’Algérie n’était pas un pays mais une clique.

Un ministre de la justice en exercice, mis en examen en France pour prise illégale d’intérêt…liberté, égalité, exemplarité. Des concepts jamais tâtés chez nous. Dans une autre ère peut-être .

La Nation, 18/07/2021

Etiquettes : France, Algérie, Eric Dupond-Moretti, justice, pouvoir, autorité, Emmanuel Macron,


Be the first to comment

Leave a comment