Le Maroc renforce la colonisation de Ceuta par l’Espagne

Le Maroc finalise une nouvelle clôture à la frontière avec Ceuta avec les concertinas que le gouvernement espagnol avait promis d’enlever.
-La nouvelle clôture installée sur le sol marocain longe la frontière à quelques mètres de la clôture espagnole et est couronnée par deux spirales de concertinas que l’Espagne considère comme « nuisibles ».
-Il y a plusieurs mois, le ministère de l’intérieur a nié que la clôture marocaine avait pour but de stopper l’immigration, mais plutôt de « protéger un camp militaire ».
-Aujourd’hui, des sources de la Guardia Civil et du Maroc reconnaissent qu’il s’agit d’une mesure d’endiguement de la migration qui vise à entraver l’arrivée des migrants à la clôture espagnole.

Le gouvernement espagnol n’a pas encore retiré les concertinas de la clôture frontalière de Ceuta, ce qu’il avait promis de faire lors de la dernière législature, car il s’agit d’un « matériau nuisible », et pendant ce temps, le Maroc est sur le point de terminer une nouvelle clôture surmontée du même type de lames. Lorsque la construction de la nouvelle clôture grillagée sur des terres marocaines pour renforcer la frontière espagnole a commencé, comme l’a rapporté le journal El Mundo, des sources de l’Intérieur ont nié à eldiario.es qu’il s’agissait d’une mesure visant à freiner l’immigration, mais qu’elle visait à « protéger les camps militaires » dans la région. En février, Fernando Grande-Marlaska a insisté sur le fait que l’information concernant la création d’un nouvel obstacle du côté alaouite « était un mensonge ».

Les mois ont passé, les travaux de construction se sont poursuivis et le temps a montré que le Maroc est sur le point de terminer une clôture en fil de fer barbelé qui complète celle du côté espagnol. eldiario.es a visité cette nouvelle clôture marocaine, qui entoure le périmètre de huit kilomètres des autres clôtures existantes à Ceuta. La nouvelle clôture, d’environ deux mètres de haut, est constituée de deux concertinas superposés, l’un sur l’autre, à quelques mètres des clôtures qui existent déjà à la frontière avec Ceuta.

Après la version de l’Intérieur il y a quelques mois, des sources de la Guardia Civil expliquent à eldiario.es qu' »il s’agit d’une mesure de confinement qui nous permet de réagir et d’agir du côté espagnol en sept minutes, ce qui correspond au temps que peuvent mettre les gens pour sauter la clôture, et qui donne une marge de temps pour l’arrivée des patrouilles mobiles ». En outre, le Maroc renforce la zone avec davantage d’agents de la Gendarmerie royale, qui opèrent entre l’installation et le périmètre frontalier.

À cette occasion, le ministère de l’Intérieur a refusé de préciser la nature de cette clôture : « L’Intérieur n’a jamais exprimé d’avis sur d’éventuelles infrastructures, travaux ou autres provenant d’autres pays », selon des sources officielles.

Le chemin qui longe la clôture s’étend sur toute la longueur de la frontière de Ceuta, mais en territoire marocain. Des postes de contrôle et de petites casernes pour les agents de surveillance de la gendarmerie royale ont été installés autour de la clôture. La construction a commencé dans les zones « les plus vulnérables », comme les appelle le gouvernement espagnol, où les sauts les plus récents ont eu lieu l’été dernier. À l’heure actuelle, seule la partie du quartier de Benzú reste à clôturer.

Dans les montagnes de Beliones – sur la route de Castillejos à Tanger – où les migrants avaient l’habitude de camper pour tenter d’entrer en Europe, il n’y a plus personne. Cependant, on peut encore voir la clôture de barbelés, ainsi que des bulldozers et des matériaux de construction. Les machines fonctionnent toujours, et les soldats opérant sur le site dorment dans des tentes pour garder un œil sur le matériel.

Le Maroc affirme qu’il est « antérieur » aux fonds européens.

Bien que la construction de la clôture ait commencé lorsque l’Espagne a annoncé le retrait des concertinas, les autorités marocaines soutiennent que ce projet de renforcement de la frontière est antérieur à l’arrivée du PSOE au gouvernement et aux accords économiques conclus avec l’Union européenne (UE) l’été dernier, qui ont promis au pays du Maghreb 140 millions d’euros pour contrôler la migration et empêcher l’arrivée de personnes en Espagne.

Le directeur de l’immigration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’intérieur, Khalid Zerouali, a donné plus de détails sur « cette petite clôture », selon ses propres termes, dans une interview accordée à eldiario.es dans son bureau à Rabat. « Sa construction a commencé avant de recevoir le don européen. Il fait partie d’un projet visant à renforcer les dispositions du Maroc en Méditerranée sur 1 000 kilomètres. Il provient d’une analyse qui a débuté en 2016, alors que nous avions identifié certaines améliorations et que nous sommes en train de les intégrer », précise Zeroauli.

Le responsable de la surveillance des frontières dans le pays voisin fait valoir que « les dispositifs doivent être vivants, ils doivent être adaptés à la pression pour empêcher les attaques des personnes qui tentent de traverser ». Il explique qu’ils ont décidé de procéder à « une évaluation il y a trois ans qui a conclu que les dispositifs devaient être améliorés, et ils sont en train d’être intégrés dans notre budget ».

L’une de ces mesures de contrôle, dit-il, est la clôture en cours de construction, parallèle à celles déjà en place à la frontière avec Ceuta. Il ne précise pas le coût de cette clôture en particulier, mais il affirme que l’entretien des dispositifs de contrôle dans le nord du pays, d’Oujda à Kenitra, « coûte au moins 200 millions par an ».

Bien que le Maroc reconnaisse qu’il s’agit d’une mesure de contrôle de la migration, le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, l’a démenti à plusieurs reprises cette année. En janvier dernier, le département qu’il dirige a défendu que les lames placées par le Maroc à cet endroit ne font pas partie « d’une clôture entre l’Espagne et le Maroc » et « n’ont rien à voir avec la frontière ». Il a également assuré qu’ils étaient installés pour « protéger » le camp militaire de la gendarmerie marocaine.

S’adressant à eldiario.es à Rabat lors d’une visite ultérieure du roi et de la reine d’Espagne, Grande-Marlaska a soutenu : « Nous avons déjà dit que c’est un mensonge ». Il a ajouté qu' »ils travaillent toujours en coopération et en coordination absolues car la frontière entre le Maroc et l’Espagne est une frontière des deux pays ».

« S’ils comprennent que la frontière est hermétique, ils ne viendront pas ».

Avec les barbelés, le Maroc cherche à dissuader l’arrivée de nouveaux migrants dans le pays. « La vulnérabilité des frontières est un facteur d’attraction important, et les migrants sont de plus en plus nombreux. Lorsqu’ils comprendront que la frontière est étanche, ils ne chercheront pas au Maroc, ils chercheront ailleurs », affirme M. Zerouali.

En 2014, les autorités marocaines ont déjà construit une quatrième clôture en fil de rasoir de cinq mètres de large sur trois mètres de haut à Melilla, pour laquelle elles ont reçu 30 millions d’euros de l’Union européenne.

De son côté, l’Espagne continue de renforcer le contrôle à la frontière de Ceuta avec le Maroc et installera cet été des systèmes de vidéosurveillance, des caméras thermiques et des caméras de reconnaissance faciale, tandis que les concertinas restent au sommet des clôtures de barbelés. « Afin de remplacer les concertinas par des moyens de dissuasion plus efficaces qui ne portent pas atteinte aux droits de l’homme, il est nécessaire de réaliser d’abord les tâches de renforcement de la frontière, qui sont déjà en cours », ont déclaré des sources du ministère de l’Intérieur à eldiario.es.

« Le système de télévision en circuit fermé à Ceuta est terminé, et les dossiers pour le système de reconnaissance faciale, qui sera mis en œuvre en été, sont déjà en cours. En outre, des progrès ont également été réalisés dans les procédures administratives pour les travaux au poste de Tarajal », ont expliqué ces mêmes sources.

Zerouali refuse de commenter la suppression des concertinas du côté espagnol. Il se limite à répondre que « nous le faisons parce que nous sommes un État responsable et que nous ne pouvons pas laisser un accès facile aux trafiquants ou aux criminels qui profitent de la vulnérabilité des migrants ».

Lorsque les concertinas seront retirés, ceux que le Maroc achève d’installer resteront à quelques mètres seulement des concertinas actuels. C’est pourquoi les ONG accusent l’Espagne de se laver les mains de la situation et de déléguer au Maroc.

En 2018, il y a eu trois sauts à la clôture de Ceuta, en janvier, juillet et août, au cours desquels 918 personnes ont réussi à entrer en Espagne, bien que 116 aient été renvoyées au Maroc en raison de l’accord bilatéral, pratiquement en désuétude, de 1992, qui permet l’expulsion de ressortissants de pays tiers si le Maroc les accepte. L’opération a fait l’objet de nombreuses critiques et sa légalité a été remise en question par des experts. Deux mois plus tard, le refoulement express a été répété avec 55 personnes qui ont réussi à franchir la triple barrière séparant le Maroc de Melilla et qui n’ont pas demandé l’asile. M. Zerouali affirme qu’ils ne seront pas toujours d’accord pour appliquer l’accord : « Cela dépendra de nos agents qui verront que ces personnes sont réellement entrées par notre pays ».