Le marché européen du gaz se prépare à un arrêt du au conflit Maroc-Espagne

Le verdict de la Cour sur la souveraineté du Sahara occidental pourrait perturber les approvisionnements.

John Dizard

Comme le disaient les agents américains en Asie centrale, « le bonheur, c’est de multiples pipelines ». Les Américains tentaient de financer et de construire des routes pour contourner le blocage géopolitique de la Russie sur le transport des combustibles fossiles. Cet automne, l’UE pourrait découvrir à quel point la vie quotidienne peut être malheureuse (et coûteuse) si vous ne disposez pas de plusieurs pipelines, en l’occurrence vers l’Espagne.

Les amateurs de litiges internationaux obscurs, complexes et violents (comme moi) attendaient que la Cour de justice de l’Union européenne se prononce sur un différend concernant l’extension de l’accord d’association entre l’UE et le Maroc au territoire du Sahara occidental, ou Maroc du Sud, comme les Marocains préfèrent l’appeler.

La grande question économique se résumait à l’octroi par le Maroc de droits de pêche dans les eaux du Sahara occidental aux États membres de l’UE, qui sont particulièrement importants pour l’Espagne.

Aujourd’hui, la CJUE pourrait s’apprêter à rendre une première décision dans une affaire vieille de deux ans portée par le Front Polisario, un groupe politique qui réclame l’indépendance du Sahara occidental. Cette région est un territoire contesté depuis le retrait des troupes espagnoles en 1975. L’occupation de la zone par le Maroc n’a pas été reconnue comme pleinement légitime par l’UE ou l’ONU, ni, jusqu’à la présidence de Trump, par les États-Unis.

Au début de l’année, un porte-parole du tribunal a déclaré qu’une décision prendrait « plusieurs mois ». Certains partisans de l’affaire estiment qu’elle pourrait intervenir en septembre.

En décembre 2020, cependant, l’administration Trump sortante a reconnu la souveraineté du Maroc comme légitime, dans le cadre d’un accord selon lequel le Maroc établirait des relations diplomatiques formelles avec Israël dans le cadre des « Accords d’Abraham ». L’équipe Biden a, avec une certaine réticence, affirmé la position de Trump sur le Sahara occidental.

L’effet de ce changement a été d’enhardir le Maroc à multiplier ses prétensions de souveraineté. Donc si, comme je l’attends, la CJUE annonce qu’elle reconnaît le Polisario comme les représentants légitimes du peuple sahraoui, vous pouvez vous attendre à ce que le gouvernement marocain explose.

Il se trouve qu’il a un moyen douloureux de faire savoir à l’UE, et à l’Espagne en particulier, à quel point il est mécontent. L’Espagne importe une part importante de ses besoins en gaz naturel d’Algérie. Le gaz est acheminé par deux gazoducs, dont l’un a été posé sous l’eau directement vers l’Espagne. L’autre, le gazoduc Maghreb-Europe, traverse le territoire marocain avant de franchir le détroit de Gibraltar pour se connecter aux réseaux gaziers espagnol et portugais.

Petit problème : l’accord pour le droit de passage de ce gazoduc expire en octobre de cette année, soit un mois environ après que la CJUE ait pu mettre un doigt dans l’œil du Maroc. Les Marocains pourraient donc riposter en refusant de prolonger le contrat. Comme s’il s’agissait d’une préparation, le processus de renouvellement du contrat de gazoduc a été prolongé par la partie marocaine.

Heureusement pour l’Espagne, elle a réalisé d’importants investissements dans des installations portuaires de GNL, ce qui lui permet d’importer le même gaz algérien, mais à un coût plus élevé. Nouveau problème : à la mi-juin, une défaillance technique de l’installation algérienne d’exportation de GNL de Skikda a entraîné la fermeture de l’installation, probablement pour une période prolongée.

Mais comme l’Espagne fait partie de l’Europe, il y a sûrement suffisamment de connexions par gazoduc avec la France pour compenser toute insuffisance de l’approvisionnement algérien, non ? Eh bien, non. Il existait des projets de connexions gazières supplémentaires avec l’Europe du Nord, mais ils se sont heurtés à une opposition réglementaire et écologique.

Quoi qu’il en soit, les stocks de gaz en Europe sont actuellement très bas, d’autant que les Russes ont tardé à exporter du gaz par le réseau ukrainien. Les prix du gaz naturel aux points d’importation européens sont donc déjà assez élevés. Les importateurs asiatiques, avides de gaz, ont refusé les cargaisons de GNL.

Tout cela signifie que l’Espagne pourrait devoir importer du GNL acheté sur le marché au comptant cet automne pour garder les lumières allumées et les poêles allumés pendant l’hiver. La flambée des prix qui en résultera pourrait être suffisamment élevée pour remettre en service les centrales électriques européennes alimentées au charbon, même en tenant compte du coût du carbone. Ce n’est pas une bonne chose à un moment où l’Europe est en train de lancer ses ambitieux projets de « zéro émission nette de carbone » et de rompre sa dépendance aux combustibles fossiles.

La situation pourrait devenir encore plus délicate si le Maroc décidait, de manière unilatérale, d’autoriser davantage de migrants à franchir ses frontières en direction de l’Europe. Le Maroc pourrait également décider d’annuler les permis des navires de pêche de l’UE pour opérer dans leur définition des eaux marocaines.

Je pense que le Conseil européen, ainsi que quelques États membres, feront appel de la décision de la CJUE. Mais pas avant d’avoir brûlé du charbon et importé du gaz coûteux. Et tout appel ne permettra probablement que de gagner un an de retard avant que tout ne recommence.

Financial Times, 16/07/2021

Etiquettes : Maroc, Algérie, Espagne, gaz, gazoduc, Medgaz, Maghreb-Europe,


Be the first to comment

Leave a comment