France: indignation suite aux restrictions imposées par Londres

Les voyageurs s’indignent de la décision du Royaume-Uni de maintenir les restrictions sur la France.

LONDRES (AP) – Les touristes et l’industrie du voyage ont exprimé leur frustration et leur colère samedi après que la Grande-Bretagne a annulé son projet d’assouplir les restrictions sur les voyages en France deux jours seulement après leur entrée en vigueur, en invoquant des inquiétudes concernant une variante du coronavirus.

Dans une annonce faite tard vendredi, le gouvernement britannique a déclaré que les personnes arrivant de France devaient s’auto-isoler pendant 10 jours à leur entrée en Grande-Bretagne, même si elles sont entièrement vaccinées. Cette annonce a été faite quelques jours seulement après que le gouvernement a déclaré que les résidents britanniques entièrement vaccinés ne seront plus soumis à la quarantaine à partir de lundi lorsqu’ils arriveront de dizaines de pays classés dans la catégorie « ambre », ou moyenne, du système britannique de feux de circulation du risque de coronavirus. La liste orange comprend les États-Unis, le Canada et une grande partie de l’Europe.

Les autorités sanitaires britanniques affirment que la France est distinguée en raison des cas de la variante bêta, identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, qui serait plus résistante aux vaccins que les autres souches du virus. La variante bêta représente environ 10 % des cas en France, mais beaucoup moins de 1 % des cas en Grande-Bretagne. Dans ces deux pays, la variante delta, identifiée pour la première fois en Inde, est dominante.

L’épidémiologiste John Edmunds, membre du groupe consultatif scientifique du gouvernement britannique, a déclaré qu’il existe de bonnes preuves que la variante bêta « peut échapper plus efficacement à la réponse immunitaire générée par le vaccin AstraZeneca ».

Le vaccin AstraZeneca a été utilisé pour la majorité des vaccinations britanniques.

Avant la pandémie, plus de 17 millions de résidents britanniques se rendaient en France chaque année. Gemma Antrobus, de l’Association des tour-opérateurs indépendants, a déclaré que l’annonce de vendredi avait pris l’industrie du voyage par surprise.

« Personne ne s’attendait à ce que cela arrive », a-t-elle déclaré à la BBC. « Donc, vraiment, l’industrie du voyage est autant sous le choc que les consommateurs sont en ce moment et vraiment nous aurions juste à ramasser les morceaux et de faire face à elle et aider nos clients à travers cette situation assez terrible. »

La Grande-Bretagne a actuellement des taux de COVID-19 plus élevés que la France, avec plus de 51 000 nouvelles infections confirmées vendredi, le plus grand nombre depuis six mois. Les hospitalisations et les décès sont également en hausse, mais restent bien inférieurs aux pics d’infection précédents.

Georgina Thomas, une infirmière britannique en visite chez ses parents dans l’ouest de la France, s’est dite « frustrée par l’approche incohérente adoptée par le gouvernement. Tout cela ne semble pas logique ».

« Si une quarantaine est nécessaire, qu’il en soit ainsi, mais je suis convaincue que mon risque sera plus élevé à mon retour au Royaume-Uni », a-t-elle ajouté.

Malgré la montée en flèche des cas, les restrictions restantes devraient être levées en Angleterre lundi, bien que le gouvernement conseille aux gens de rester prudents et de continuer à prendre leurs distances sociales. Les masques faciaux seront toujours obligatoires dans les bus et les métros de Londres et dans certains autres réseaux de transport en commun.

Le gouvernement affirme que l’assouplissement des restrictions est possible car près de 90 % des adultes britanniques ont reçu une dose de vaccin, et plus des deux tiers ont reçu les deux doses.

Mais le législateur conservateur Jeremy Hunt, ancien ministre britannique de la santé, a déclaré que le nombre d’hospitalisations augmentait et que le voyant d’alerte de la pression sur le service de santé « clignote en rouge ».

« Je pense qu’à l’approche du mois de septembre, nous allons presque certainement voir les infections atteindre un nouveau pic quotidien en dépassant le niveau de 68 000 par jour, qui était le précédent record quotidien en janvier », a-t-il déclaré à la BBC. « Si elles continuent à augmenter alors que les écoles reprennent, je pense que nous allons devoir reconsidérer certaines décisions très difficiles. »

Associated Press, 17/07/2021

Etiquettes : France, Royaume Uni, GB, restriction, covid 19, voyage, frontières,