Le Maroc se prépare pour une vaste opération de hacking

La coopération officielle entre le Maroc et Israël porte une marque militaire. Après avoir reçu un premier lot de drones israéliens, le royaume vient de signer un accord de coopération en matière de cybersécurité, selon le site israélien I24News. « . Il s’agit du premier accord de cyberdéfense mis en place entre les deux pays depuis le début des relations l’an dernier », dit-il.

Dans cette nouvelle ère des relations avec Tel Aviv, le Maroc n’a pas visé le moyen de lutter contre la pandémie qui ravage le pays ni contre la pauvreté et le sous-développement. Son intérêt semble se focaliser sur a guerre qu’il mène au Sahara Occidental et qu’il compte soutenir avec une cyberguerre dont les cibles seront l’Algérie, l’Espagne et les Nations Unies.

Ainsi, Rabat compte revenir aux vieilles pratiques révélées par les documents confidentiels de la diplomatie marocaines publiés sur la toile par le hacker Chris Coleman. Parmi eux, des documents confidentiels du Département des opérations de paix de l’ONU (DPKO) subtilisés par les services marocains ainsi que d’autres documents émanant d’autres services dépendant du Secrétariat général de l’ONU. Pour défendre ses ambitions expansionnistes a besoin de connaître les intentions de acteurs principaux du dossier concernant le contentieux du Sahara Occidental dont les nombreuses richesses naturelles constituent l’obsession de la monarchie alaouite et ses soutiens français et américains.

Pour cela, les autorités marocaines semblent compter sur le soutien d’Israël et son expérience dans ce domaine, l’Etat hébreu étant connu pour ses logiciels espions et son expérience avérée en matière de hacking et espionnage.

Etiquettes : Maroc, Algérie, Israël, cybersécurité, cyberguerre, informatique, piratage, hacking, Pegasus, logiciels espions,