La défaite d’Anoual, cent ans d’oubli

Abdelkrim interviewé par un journaliste espagnol

Il y a un siècle, l’armée espagnole a subi l’une des plus grandes défaites de son histoire à Anoual, une ville perdue dans la région du Rif au Maroc. En 18 jours, entre 8 000 et 13 000 soldats ont perdu la vie au profit des tribus du Rif. Cette catastrophe, qui a ouvert la voie à deux décennies tragiques en Espagne, ne figure pas à l’ordre du jour de l’État marocain ni de l’État espagnol, plongés dans la crise diplomatique actuelle.

Ce soleil de juillet s’abat sur la plaine marocaine d’Anoual avec une brutalité qui permet de se mettre à la place des milliers de soldats espagnols tombés en fuyant d’ici à Melilla. Ce démantèlement a eu lieu il y a un siècle, entre le 22 juillet et le 9 août 1921. Beaucoup sont morts de soif dans leurs forts, les légendaires blockhaus, assiégés par les Rifains. D’autres ont été tués par balles en tentant de fuir. D’autres encore ont été torturés après s’être rendus à quelques kilomètres de là, dans le fort de Monte Arruit, avec les oreilles, le nez et les testicules mutilés.

L’historien Juan Pando écrit dans son Historia secreta de Anual (Historia secreta de Anual, Temas de Hoy, 1999) : « Jamais auparavant l’Espagne contemporaine n’avait perdu une armée entière. En bloc et de manière épouvantable – la plupart d’entre eux ont été tués après avoir capitulé sur leurs positions ». Et le journaliste Manuel Leguineche, auteur de l’annuel 1921. El desastre de España en el Rif (Alfaguara, 1996), la qualifie de « pire guerre au pire moment au pire endroit du monde (…). Une bataille dont personne ne voulait entendre parler pendant 75 ans ».

Anoual est une esplanade près d’un village de quelques centaines d’habitants, à 60 kilomètres de Melilla à vol d’oiseau et à 50 de la ville de Nador. C’est là qu’est tombé le général Silvestre, le plus jeune général de l’armée espagnole à l’âge de 50 ans, qui venait de se forger une carrière héroïque dans la guerre de Cuba et qui arborait trois testicules comme preuve exemplaire de son courage. Silvestre est battu par un homme sans aucune expérience militaire : Abdelkrim el Jatabi (1882-1963), traducteur au service de l’Espagne, collaborateur du journal espagnol El Telegrama del Rif, qui avait été nommé kadí kodat, ou juge des juges, à Melilla en 1914. En d’autres termes, la plus haute autorité judiciaire en matière d' »affaires indigènes ».

L’intention de Silvestre était de conquérir Al Hoceima, à 30 kilomètres d’Anoual en ligne droite. Mais il est pris en embuscade par Abdelkrim et ses troupes fuient en désordre vers Melilla. La route était jonchée de milliers de cadavres, entre 8 000 et 13 000. Ce désastre a révélé une radiographie de l’Espagne qui mettait en évidence tous les maux du pays : une armée corrompue, mal entraînée et mal armée pour les prétentions coloniales qu’elle avait ; un monarque, Alphonse XIII, à vocation militaire, qui a soutenu le général Silvestre, son grand favori, puis le général Miguel Primo de Rivera, auteur d’un coup d’État, comme sa bouée de sauvetage ; et une classe politique incapable de se responsabiliser, malgré les tentatives de députés comme le socialiste Indalecio Prieto.

Au milieu de ce désastre, la dignité de l’armée s’est manifestée par la figure du général de division Juan Picasso, l’oncle du peintre de Malaga. Il a été chargé d’enquêter sur ce qui s’est passé à Anoual. Après neuf mois de travail, il présente un rapport de 2 433 pages, le fameux dossier Picasso, au Congrès des députés. Les nombreux témoignages qu’il a recueillis font que de nombreuses personnes tournent la tête vers Alphonse XIII comme l’un des principaux responsables de la catastrophe. Se voyant en danger, le roi parraine l’avènement de la dictature de Primo de Rivera (1923-1930). Puis vint la République et Alfonso XIII s’exila. Et puis Francisco Franco a recruté près de 100 000 Marocains pour combattre les Espagnols qui défendaient la Constitution de 1931. La plupart d’entre eux étaient des Rifains. Et ils ont utilisé la même violence pendant la guerre civile que celle qu’ils avaient utilisée et subie pendant des décennies.

Toute cette accumulation de malheurs s’est forgée sur cette plaine d’Anoual, où il ne reste aujourd’hui qu’un petit monument sur lequel est peint le visage d’Abdelkrim et une plaque en arabe sur laquelle on peut lire : « Protège ton histoire ». Mais l’histoire du Rif est peu préservée. Il n’y a pas un seul musée. Dans les manuels scolaires, on trouve à peine un paragraphe consacré à « l’épopée d’Anoual ». La figure d’Abdelkrim reste embarrassante pour le Maroc. Parce qu’Abdelkrim était le chef qui a réussi à unir les tribus du Rif contre l’Espagne et contre… le Maroc. Il a vaincu l’armée espagnole et a créé une république indépendante entre 1921 et 1926. Ensuite, l’Espagne et la France ont perpétré les bombardements chimiques contre la population civile de ce territoire.

Omar Lemallam, président de l’association Mémoire du Rif, explique que le nom d’Abdelkrim n’a été donné dans le Rif qu’à une école, un marais, une avenue et un institut. Il ajoute que depuis les manifestations du soi-disant Hirak du Rif fin 2016, les aides à la mémoire du Rif ont été coupées.

« Les pouvoirs en place, souligne Lemallam, estiment que lorsqu’on commence à parler d’Abdelkrim et de la résistance, on finit par parler d’autres choses. » C’est-à-dire le rêve d’un Rif autonome ou indépendant. « Ce qui fait l’importance d’Abdelkrim », poursuit Lemallam, « ce ne sont pas les batailles qu’il a gagnées, mais le fait qu’il ait réussi à unir des tribus rivales pour tenter de construire un État moderne.

Aujourd’hui, les tribus n’ont pas le poids qu’elles avaient dans la culture rifaine. Mais chacun se distingue encore par son accent, par la façon dont il prononce certains mots. La figure d’Abdelkrim, qui n’a jamais été oubliée dans le Rif, a repris de la vigueur avec les manifestations du Hirak. La mèche qui a déclenché les manifestations est la mort en 2016 d’un vendeur de poisson, écrasé dans un camion poubelle alors qu’il tentait d’empêcher la police de confisquer sa marchandise.

Ces manifestations ont commencé par des chants joyeux réclamant des hôpitaux, des emplois et d’autres revendications sociales. Mais au lieu de crier « Dieu, patrie et roi », comme l’État le proclame sur des milliers de fresques murales, les Rifains ont scandé « Dieu, patrie et peuple ». Les manifestations se sont terminées par une répression sans précédent sous le règne de l’actuel monarque, Mohammed VI. Des centaines de jeunes Rifains ont été emprisonnés et d’autres ont fui en bateau vers l’Espagne. Les quatre principales figures du Hirak, dont la plus charismatique, Nasser Zafzafi, sont toujours en prison, où elles purgent des peines allant jusqu’à 20 ans pour atteinte à l’intégrité de l’État. La Cour suprême a confirmé leurs peines en juin.

Le seul espoir pour la libération de Zafzafi et des trois militants condamnés est que Mohammed VI les gracie. Certains Rifains espèrent que cette grâce royale sera accordée à l’occasion de la fête de l’Agneau, prévue autour du 22 juillet lui-même, qui marque le centenaire de l’Anoual. D’autres craignent qu’il faille attendre plusieurs années avant qu’ils ne soient graciés.

Les frontières terrestres de Ceuta et Melilla avec le Maroc sont fermées depuis mars 2020 en raison de la pandémie. Cette crise sanitaire a été aggravée par les tensions diplomatiques entre les deux pays. Cette tension est apparue après que le Maroc a tenté d’amener le gouvernement espagnol à modifier sa position sur le Sahara occidental et après que le ministère espagnol des affaires étrangères a autorisé, en avril, l’accueil du dirigeant du Front Polisario, Brahim Gali, dans un hôpital de Logroño. Par conséquent, il n’est pas prévu d’ouvrir les frontières. Et ce, malgré le fait que la population rifaine proche des villes autonomes espagnoles ait manifesté à plusieurs reprises pour leur ouverture.

L’historien Vicente Moga, né en 1953 dans les mines rifaines d’Oixán, sous le protectorat espagnol, et directeur des Archives générales de Melilla, regrette qu’une occasion de créer une « dynamique de conciliation entre les deux peuples qui se sont affrontés il y a si longtemps » ait été perdue en ce centenaire. Moga prépare l’édition complète en cinq volumes du dossier Picasso, qu’il présentera à Melilla le 30 octobre. Et il annonce que le 29 juillet, l’exposition « Cent ans de solitude ». Anoual 1921-2021.

Moga affirme que l’establishment militaire espagnol se souvient encore de l’année comme d’un affront. Il dit qu’ils préfèrent parler de la « reconquête » ultérieure du Rif plutôt que du « désastre ». « A Melilla, on ne parle que des panthéons des héros, alors qu’au Maroc, l’histoire de l’Anoual est à peine divulguée », déplore l’historien. La photo d’Abdelkrim est toujours présente dans de nombreux foyers du Rif, derrière des portes fermées. Mais plus personne ne revendique son héritage en public. Un ancien supporter des manifestations, qui requiert l’anonymat, résume ce qui pourrait être l’opinion de beaucoup d’autres : « Je ne fais plus rien. C’est une chose de se battre pour ses principes… C’en est une autre de se suicider.

Cent ans après l’Anoual, le Makhzen, comme on appelle souvent le palais royal au Maroc, contrôle tout mouvement sur les terres des descendants d’Abdelkrim. Lorsque nous arrivons à Anoual, une Mercedes noire s’arrête derrière la voiture des auteurs de ce rapport. Deux hommes sortent de la voiture. Ils ne sont pas des touristes et ne ressentent pas le besoin de s’identifier, bien que l’un d’entre eux enregistre les journalistes sur son téléphone.

Après un certain temps, ils acceptent d’échanger leurs impressions. On raconte qu’avant la fermeture de la frontière avec Melilla, des bus venaient de Melilla le week-end pour voir la plaine. Lorsqu’on leur demande de quoi vivent les habitants de la région aujourd’hui, ils rient. Et puis l’un d’eux s’aventure : « De l’agriculture ». Et l’autre d’ajouter : « Mais la plupart des jeunes rêvent d’aller en Espagne ». Et il demande en plaisantant : « Vous n’avez pas de visa pour moi ?

Le traumatisme que représentait l’Anoual pour l’Espagne se reflète dans la littérature dans des œuvres telles que La forja de un rebelde d’Arturo Barea, Imán de Ramón J. Sender et, pour citer une œuvre plus récente, El nombre de los nuestros de Lorenzo Silva. Parmi les recherches historiques, certaines des plus populaires sont Abrazo mortal de Sebastian Balfour et la biographie Abd-el-Krim el Jatabi de María Rosa de Madariaga. L’ouvrage posthume de l’historien et journaliste Jorge M. Reverte, El vuelo de los buitres (Galaxia Gutenberg), souligne la perspective rifaine.

Le protectorat espagnol en Afrique du Nord (1912-1956) était divisé en deux zones : l’une près de Melilla et l’autre près de Ceuta. Entre les deux, il y avait Al Hoceima, où la tribu d’Abdelkrim régnait. Le général Manuel Fernández Silvestre avait l’intention de conquérir la ville tant désirée, ce qui l’empêchait d’exercer un contrôle total sur le protectorat. Le général avait atteint l’esplanade de l’Anoual en janvier 1921 sans rencontrer de résistance et pensait que la victoire était à portée de main. Mais le premier avertissement que sa bonne étoile était sur le point de pâlir est venu le 1er juin, du Mont Abarran, une position avancée à neuf kilomètres de l’Anoual. Ce jour-là, les troupes d’Abdelkrim ont tué 24 soldats espagnols. Silvestre a été informé qu’Abdelkrim unissait plusieurs tribus rivales, mais il a ignoré l’information.

Le deuxième et dernier signal d’alarme est venu du mont Igueriben, qui domine la plaine annuelle. Quelque 350 soldats espagnols s’y trouvaient depuis le 7 juin. La source d’eau la plus proche se trouvait à quatre kilomètres. Les forces d’Abdelkrim ont encerclé le blockhaus et l’ont attaqué le 17 juillet. Les Espagnols ont rapidement manqué d’eau. Quatre jours plus tard, 339 étaient morts. Si peu de survivants sont arrivés à l’Anoual, et si effrayés qu’ils se sont dissous.

De plus en plus de soldats tombent dans les imposantes gorges d’Izumar, poursuivis par les troupes d’Abdelkrim. On ne sait pas si le général Silvestre a été touché par une balle ou s’est suicidé. La plupart des morts étaient des pauvres qui n’avaient pas pu échapper au service militaire en payant une taxe, comme l’ont fait des milliers de citoyens de la classe moyenne. Les Rifains appelaient ces soldats « ceux aux pantalons rapiécés » ou « les mangeurs de crapauds ».

L’Espagne était un pays en déclin qui avait ramassé les miettes coloniales que le Royaume-Uni et la France lui avaient laissées en Afrique du Nord, chacun se méfiant de l’autre. L’Espagne est chargée de gérer son « protectorat » et de moderniser la région. Dans le même temps, l’exploitation des mines est négociée avec les différentes tribus.

À 30 kilomètres de Melilla se trouvent les ruines des mines de fer d’Uixán, où se trouvait autrefois une colonie espagnole. Aujourd’hui, un garçon berger crie le mot « arumis » lorsqu’il voit les étrangers, le même mot amazigh utilisé pour décrire les « chrétiens » il y a un siècle. La richesse a disparu depuis longtemps.

Aujourd’hui, les héritiers des soldats rifains d’Abdelkrim, à proximité de ces mines épuisées, vivent de l’agriculture et des transferts de fonds des migrants en Europe. « D’autres personnes font le commerce de voitures importées d’Europe », explique M. Lemallam.

Au milieu de ce démantèlement, sur la route de Melilla, apparaît le 14e régiment de cavalerie d’Alcántara, commandé par le lieutenant-colonel Fernando Primo de Rivera, frère du futur dictateur Miguel Primo de Rivera. Cet officier et ses 691 hommes ont couvert la retraite de plus de 3 000 soldats avec le sacrifice de ceux qui savent qu’ils vont mourir. Ils ont chargé à plusieurs reprises contre un ennemi plus nombreux et sont presque tous morts. En 2013, ce régiment a reçu collectivement la Croix lauréate de San Fernando, la plus haute décoration militaire espagnole. L’écrivain Arturo Pérez-Reverte regrette qu’aucun film n’ait été réalisé sur eux. Certains critiques soulignent également que le sacrifice « suicidaire » du régiment était illogique et reflétait un mépris de la vie typique de l’époque.

Certains intellectuels rifains familiers de l’Anoual ignorent tout du régiment d’Alcantara. Et d’autres, comme Husein Bojdadi, coordinateur du groupe Thawsna (culture, en amazigh) chargé de documenter le patrimoine oral dans le Rif oriental, estiment que les Espagnols accordent trop d’importance à l’acte.

C’est dans le fort de Monte Arruit que le désastre Anoual a été le plus dramatiquement vécu. Là, les survivants de l’Anoual et les soldats qui gardaient les casernes, environ 3 000 au total, ont été encerclés du 29 juillet au 9 août, en attendant que les troupes de Melilla leur viennent en aide. Cela n’est jamais arrivé. Épuisés par les tirs ennemis et la soif, la plupart des soldats se rendent. Mais ils ont été tués, certains décapités, une fois qu’ils ont rendu leurs armes.

En arrivant au Monte Arruit, on est surpris de constater qu’il n’y a pas de colline, mais une pente douce. Au sommet de celle-ci se trouvait le fort. Et maintenant, à cet endroit où tant d’Espagnols ont souffert de la peur et de la soif, il y a un réservoir d’eau appartenant à l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, où flotte le drapeau rouge du Maroc. Arruit comptait 500 habitants il y a un siècle et en compte aujourd’hui 50 000.

Husein Bojdadi, un habitant du village, commente : « Les Espagnols ont dit que les gens de la tribu d’Arruit, les Beni Bu Yahi, étaient des traîtres. Mais ils ne disent pas qu’ils n’ont pas respecté les accords avec cette tribu. Certains commandants abusaient des femmes. C’est un fait important que l’on oublie souvent. Et l’autre est que lorsque les Espagnols se sont rendus, six Rifains sont venus réquisitionner les armes. Et il y avait des soldats à l’intérieur qui ne voulaient pas se rendre et ils ont tiré sur les Rifians.

L’historienne Rosa María de Madariaga estime qu’il est normal que les habitants d’Arruit tentent de « blanchir » le comportement de la tribu Beni Bou Yahi. Elle précise que ceux qui ont massacré les soldats désarmés n’appartenaient pas à la résistance rifaine sous Abdelkrim, mais à des cabilas (tribus) de la région orientale, dont certaines, comme les Beni Bou Yahi, « n’étaient même pas berbérophones, mais arabophones ». Néanmoins, De Madariaga suppose qu’il y a un « grain de vérité » dans la version véhiculée par Arruit : « Que les agents [espagnols] de la police indigène aient fréquemment violé les femmes des cabilas est un fait indiscutable. Le socialiste Indalecio Prieto a dénoncé dans un célèbre discours au Parlement en octobre 1921 le cas d’un capitaine qui avait violé environ « 50 femmes maures ». En ce qui concerne la fusillade des Rifains, l’historien explique qu’elle a eu lieu lorsqu’un groupe d’une trentaine d’hommes kabyles s’est approché du fort, en brandissant des drapeaux blancs, dans l’intention de tenir des pourparlers, et que la panique a augmenté parmi les assiégés. « C’est alors que l’ordre a été entendu de tirer sur ceux qui étaient déjà aux portes, laissant le sol jonché d’une cinquantaine de cadavres », raconte De Madariaga. Il conclut que le meurtre des soldats espagnols, après qu’ils aient rendu leurs armes, « était une vengeance pour le mitraillage des Beni Bou Yahi, qui essayaient de négocier avec les Espagnols pour qu’ils cèdent la position ».

Bojdadi ajoute que, malgré cet événement traumatisant, les anciens d’Arruit gardaient un bon souvenir des Espagnols. « Parce qu’ils ont laissé des routes, des écoles, ils nous ont appris à cultiver… Même aujourd’hui, quand il ne pleut plus depuis longtemps, il y a ceux qui disent que c’est à cause de la vengeance des Espagnols. Quant aux jeunes d’ici, ils ne demandent qu’à aller en Espagne, car ils la voient comme un eldorado », conclut-il.

Il y a de moins en moins de traces de la présence espagnole dans le Rif. La génération de Nasser Zafzafi, 41 ans, parle à peine l’espagnol. Mais les personnes âgées comme son père le font. Néanmoins, l’école espagnole Melchor de Jovellanos se distingue sur la place centrale d’Al Hoceima. Le professeur d’histoire Miguel Ángel Rodríguez Tato, qui avoue être très intéressé par l’histoire du peuple rifain, en est le secrétaire. « Je suis attiré par leur anarchisme. Ils sont très indomptés. Cette société a été si pauvre qu’il n’y a même pas eu d’élite capable de vivre des ressources des autres. C’est pourquoi il n’y a pas de châteaux, pas de palais, pas de forteresses ».

El Pais, 16/07/2021

Etiquettes : Maroc, Rif, Espagne, bataille d’Anoual, Abdelkrim El Khattabi, République du Rif,


Be the first to comment

Leave a comment