Algérie: La danse de l’eau

Par Madjid Khelassi

Coupures d’eau , chômage , cherté de la vie, moral des populations mis à bas par le Covid…L’été 2021 prend les allures d’un enfer terrestre pour l’homo algérianus.

Dans le sud du pays, à Ouargla plus précisément , un mouvement de revendication d’embauche des chômeurs tourne à l’affrontement avec les forces de l’ordre.

Dans la nuit de lundi dernier , à Bains-romains ( actuelle Hammamet), les habitants de cette localité côtière, ont fermé la route et mis le feu aux poubelles pour protester contre les coupures d’eau.

A Bab-ezzouar , les habitants ont à deux reprises, fermé l’autoroute qui mène à l’aéroport, pour protester contre l’absence de l’eau de leurs robinets plusieurs jours durant.

Émeutes de la soif…a dit la presse . Et tarissement de la patience voire de l’espoir d’une vie tranquille pourrait-on dire !

Bienvenue dans l’Algérie pétrolifère , plus grand pays d’Afrique où l’eau se transforme en feu des colères. Et dans laquelle un grand pan de la société souffre d’une pathologie inguérissable…qui s’appelle le désespoir.

Désespoir qui mène à la Harga , au suicide , à la perte des repères.

Bienvenue dans l’Algérie qui a amassé un pactole au temps du pétrole enivrant…pour ensuite le dilapider entre castes et rejetons, entre Neuilly et le Panama.

Été 2013 : Et l’eau vint à manquer…exacerbant les problèmes de tous les jours , jetant les foules assoiffées dans les rues, sur les routes…prêt à en découdre à cause d’un gosier devenu le catalyseur de leur colère.

Après la Française des Eaux, l’Algérienne des Eaux, et présentement la SEAAL…Firmes présidant aux destinées de nos déshydratations, on pensait être guéri de la citerne, du jerrican et tutti quanti.

Que nenni ! Le stress hydrique made in minuit est là. L’effritement du cadre de vie aussi.

Les canalisations sifflent , les robinets rotent, et la danse de l’eau vire au « waterboarding »dans le pays des plus grandes nappes d’eaux du monde …qu’on dit « dormantes » dans le Sahara. Mais qui s’en soucie ? Personne…évidemment.

La Nation, 14/07/2021

Etiquettes : Algérie, pénurie, d’eau, sécheresse, stress hydrique,


Be the first to comment

Leave a comment