Maroc: L’histoire derrière la photo qui a fait le tour du monde

La photo a fait le tour du monde – maintenant la mère raconte ce qui s’est passé
Un jour de mai, des rumeurs ont commencé à circuler – la frontière avec l’enclave espagnole était ouverte. Des milliers de personnes sont allées nager. Parmi eux se trouvait une femme avec un bébé de quatre semaines attaché dans le dos.

C’est le 18 mai. Le temps est clément et soudain la mer est pleine de migrants désespérés – pour la plupart des Marocains – essayant de traverser à la nage jusqu’à la frontière de l’enclave espagnole de Ceuta.

La police des frontières est débordée par le flux de personnes. Il y a des rumeurs selon lesquelles la frontière est ouverte, et de plus en plus d’Africains plongent dans la mer dans l’espoir d’atteindre le territoire européen.

En attente d’une opportunité

L’un d’eux était Naima Bakkali (30 ans). Elle a attaché son bébé de quatre semaines, Jawaher, dans son dos et est allée nager avec ses deux fils qui savaient nager eux-mêmes.

– J’essayais d’arriver à Ceuta depuis longtemps. J’attendais juste une opportunité. Quand j’ai appris que la frontière était ouverte, j’ai rassemblé les enfants et je suis allée à la plage, raconte Naima à la chaîne de télévision néerlandaise RTL.

Dans l’eau, c’était chaotique. La police des frontières a tenté de chasser les migrants. Naima a commencé à manquer d’énergie.

– J’ai réalisé que je ne savais plus nager. Il faisait si froid et j’avais si peur pour mon bébé. J’ai appelé à l’aide et quelqu’un a lancé une bouée de sauvetage, mais je n’ai pas pu faire plus, dit-elle.

Il y avait de hautes vagues et Naima se battait pour sa vie et celle de l’enfant lorsque le garde-frontière Juan Francisco Valle les a rejoints. Jawaher, quatre semaines, était alors complètement pâle et glacial. Valle ne savait pas si elle était vivante, mais la souleva hors de la mer et la porta à terre.

Le moment a été photographié, et a fait le tour du monde.

– Soudain, il était là. Je suis tellement reconnaissante, dit Naima avec le petit Jawaher dans ses bras.

Beaucoup se demandent pourquoi quelqu’un est prêt à risquer la vie de ses enfants pour fuir sa patrie. Naima dit que la famille allait bien jusqu’à ce que la pandémie de corona frappe. Ils vivaient à Tétouan, au Maroc, et avaient l’habitude d’acheter des produits bon marché hors taxes à Ceuta et de les vendre au Maroc. Mais lorsque les frontières ont été fermées, la base économique s’est effondrée.

– Tout a mal tourné depuis l’arrivée du corona. Nous n’avons pas trouvé de travail, nous n’avions pas d’argent. Je veux juste vivre dans un endroit où on peut gagner de l’argent, et mes enfants peuvent aller à l’école et vivre en paix, dit Naima.

La famille a demandé l’asile en Espagne, mais ne sait pas si elle sera autorisée à rester.

Environ 6 000 migrants ont réussi à traverser la frontière ce jour-là. 1000 d’entre eux étaient des enfants. L’Espagne a envoyé des troupes à Ceuta pour calmer l’ambiance, et la grande majorité des migrants ont maintenant été renvoyés au Maroc.

Crise diplomatique

Les relations entre l’Espagne et le Maroc sont toujours tendues, alors que les migrants ont traversé la frontière après le retrait des gardes-frontières marocains. Ce retrait est le résultat de l’autorisation de l’Espagne au leader du Front Polisario pour la libération du Sahara occidental, Brahim Ghali, de recevoir un traitement médical à Madrid.

Le Front Polisario se bat pour l’indépendance du Sahara occidental, qui était auparavant une colonie espagnole jusqu’en 1975, et que le Maroc a annexé. Le Maroc considère le Polisario comme une organisation terroriste.

TV2, 12/07/2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Ceuta, migration,