Une délégation afghane et des talibans vont parler de paix au Qatar

KABOUL, Afghanistan (AP) – Une délégation de haut niveau du gouvernement afghan, qui comprendra le chef du conseil de réconciliation du pays, doit rencontrer les talibans à Doha pour relancer un processus de paix depuis longtemps bloqué, a déclaré mardi un responsable afghan.

On s’attend à ce que les Talibans amènent leurs hauts dirigeants à la table des négociations lorsque les deux parties se rencontreront, probablement vendredi, a déclaré le fonctionnaire qui a parlé sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à informer les journalistes. Les talibans ont un bureau politique dans la capitale qatarie, Doha.

Le regain d’intérêt pour un accord de paix intervient alors que les États-Unis réduisent leur présence militaire en Afghanistan. Le commandant américain sortant, le général Scott Miller, a récemment prévenu que l’augmentation de la violence compromettait sérieusement les chances de l’Afghanistan de trouver une issue pacifique à des décennies de guerre.

Dans le même temps, les combattants talibans ont pris le contrôle de vastes étendues du pays. Bien que le nombre exact de districts désormais sous le contrôle des talibans ne soit pas connu, on pense qu’ils règnent désormais dans plus d’un tiers des 421 districts et centres de district de l’Afghanistan.

Plusieurs de ces districts sont stratégiques et bordent l’Iran, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Les renforts ont également mis en évidence les faiblesses des forces de sécurité et de défense nationales afghanes. De nombreux districts sont tombés sans combattre et plus de 1 000 soldats ont fui au Tadjikistan. Il a été signalé à plusieurs reprises que des troupes n’ont pas été réapprovisionnées ou ont été laissées sans renfort. Elles sont souvent désarmées et dépassées en nombre par leurs adversaires talibans.

Les pourparlers de Doha seront dirigés par un haut fonctionnaire du gouvernement, Abdullah Abdullah, qui dirige le conseil de réconciliation de l’Afghanistan.

L’ancien président Hamid Karzai devrait également faire partie des délégués. Les négociations visent à mettre fin à la violence qui n’a cessé de croître depuis que les États-Unis ont signé un accord avec le mouvement insurgé en février de l’année dernière.

M. Karzai a appelé le gouvernement à ne pas laisser passer l’occasion et à poursuivre sur la voie de la paix.

Il a également exprimé l’espoir qu’un jour, l’Afghanistan aura une femme comme présidente, et a exhorté les femmes à rester dans leur emploi et à poursuivre leur éducation.

« Ce pays a tout, des jeunes, des personnes éduquées », a-t-il déclaré. « Je demande à la jeune génération de ne pas quitter votre pays, restez ici. … Vous devez avoir confiance en votre pays, la paix viendra. »

Des milliers d’Afghans tentent de quitter le pays sur fond d’inquiétude croissante quant à l’avenir.

Dans un nouveau signe d’inquiétude sur ce qui nous attend, la France a exhorté ses citoyens à quitter l’Afghanistan et a annoncé qu’elle organisait un vol spécial samedi pour les évacuer de Kaboul. Rien n’indique que l’ambassade de France sera fermée.

L’Australie a fermé son ambassade. Les États-Unis ont réduit le personnel de leur ambassade, mais affirment qu’ils ne prévoient pas d’évacuation et ont annoncé la réouverture de leur service des visas après une fermeture temporaire due à une épidémie de COVID-19.

Mardi également, une explosion a secoué la capitale de Kaboul, faisant quatre morts et 11 blessés, selon le porte-parole de la police, Ferdaws Faramaz.

Personne n’a immédiatement revendiqué la responsabilité de l’attaque. Les talibans et le gouvernement s’accusent mutuellement de mener des attaques dans la capitale, tandis que le groupe État islamique est souvent le seul à revendiquer une attaque.

Associated Press, 14/07/2021

Etiquettes : Afghanistan, Talibans, Qatar, pourparlers de paix,


Be the first to comment

Leave a comment